Le Brésil

69 % dépensent plus qu’ils ne gagnent, ou « cravate »

En juillet 2021, la Fédération brésilienne des banques (Febraban) a publié un nouvel indicateur financier : le « Brazilian Financial Health Index (I-SFB) ». Les recherches de Febraban sont menées en coopération technique avec la Banque centrale, des institutions financières et des universitaires liés au monde universitaire. Il s’agit, selon l’entité, « d’un outil de diagnostic de la santé financière générale des personnes, ainsi que des différentes dimensions qui la composent ». Cet article fournit une synthèse d’une note technique publiée dans la 18e Lettre de l’Observatoire des politiques publiques, de l’entrepreneuriat et de la conjoncture de l’Université municipale de São Caetano do Sul (disponible ici).

L’enquête Febraban a travaillé avec un échantillon de 4 863 répondants, de septembre à novembre 2020. Avec un score compris entre zéro et 100, la moyenne de l’I-SFB vérifié parmi les répondants était de 57, avec quelques constats : i) 69,4 % à égalité ou à dépenser plus qu’ils ne gagnent ; ii) 65,7 % réfléchissent beaucoup avant de dépenser de l’argent ; iii) Seulement 21,9% représenteraient une dépense élevée inattendue ; iv) 58,4 % affirment que, d’une certaine manière, cela se répercute sur leur vie familiale ; v) Pour 53,5%, les engagements financiers ont réduit le niveau de vie ; vi) Seuls 34,1% se sentent capables de reconnaître un bon investissement ; vii) Seuls 37,9% sont capables de se rendre compte qu’ils ont besoin de demander conseil ; viii) 64,7% ne sont pas sûrs de leur avenir financier ; et enfin; ix) 6 sur 10 considèrent que la façon dont ils gèrent leurs finances ne leur permet pas de profiter de la vie.

Que disent les recherches de Febraban

Les enquêtes périodiques sur les processus économiques et sociaux au Brésil ont leur mérite, étant donné que les séries statistiques dans le pays sont rares. Cependant, l’enquête Febraban semble manquer de la bonne distance entre enquête / lecture / analyse des données et les intérêts de l’entité promouvant la chercher.

La recherche ne mentionne pas l’univers que représente l’échantillon : la population brésilienne ? tous les clients de la banque ? seulement certains segments de clientèle spécifiques capables de réaliser des investissements ? Ce n’est jamais bien établi, malgré le fait que le titre de la recherche suggère que l’indice sert à mesurer les conditions financières « du Brésilien ». Il est seulement mentionné que les personnes interrogées sont des personnes de plus de 18 ans « qui entretiennent une relation avec le système financier national ». Il y a cependant des millions de Brésiliens qui n’ont pas de compte bancaire. Ces personnes sont-elles exclues de l’univers de la recherche ?

L’assise financière des personnes interrogées est mentionnée dans la méthodologie et mesurée dans le questionnaire, cependant, il n’y a pas de croisement de résultats, sauf entre situation financière et situation géographique, sexe et âge. L’indice de santé financière selon le revenu familial n’est pas présenté. Une lacune sérieuse pour un indice qui traite de la « santé financière » des Brésiliens.

Il convient également de se demander : l’utilisation de la méthode de l’échelle de Likert – largement utilisée par les équipes marketing dans les sondages d’opinion – serait-elle la plus appropriée pour saisir la réalité d’un sujet aussi sensible à la vie de la population que la situation financière individuelle et familiale ? situation? Prenons par exemple l’une des affirmations du questionnaire : « Je sais gérer mes dépenses » – une affirmation attise la vanité du répondant. Il est difficile pour quiconque d’admettre qu’il gère mal ses dépenses.


Avec le taux le plus élevé pour septembre depuis le Real, l’inflation franchit les 10 % et continue d’accélérer


Selon l’indicateur, une personne à faible revenu peut être considérée comme incapable de remplir ses obligations et de prendre des décisions ; avoir peu de discipline et de maîtrise de soi; sentiment d’insécurité face à l’avenir et ne pas être en mesure de faire des choix qui leur permettent de profiter de la vie. Cette personne aura un score très bas sur son I-SFB. Cependant, cela garantit-il que cette personne est un mauvais gestionnaire de ses finances personnelles ? L’éducation financière, dans ce cas, résoudra-t-elle le problème à la racine, qui réside dans le faible niveau de revenu de la plupart des Brésiliens ?

L’enquête ne fait pas allusion au contexte social du pays pour mesurer la « santé financière » des Brésiliens. Une partie importante de la population brésilienne dépend de projets sociaux pour survivre, comme le programme Bolsa Família, un revenu bien inférieur au salaire minimum. Même ceux qui vivent au salaire minimum ont peu de possibilités de dépenser au-delà de ce qui est strictement nécessaire, comme la nourriture, les médicaments, les vêtements et, dans de nombreux cas, le paiement du loyer.

recherche febraban

De plus, un nombre important de personnes sont au chômage ou vivent de manière informelle. Ajoutez à cela la précarité du travail (avec un impact sur les revenus), surtout depuis la Réforme du travail en 2017. Cette population fait-elle partie du groupe des enquêtés ? De telles informations seraient importantes pour, à partir du croisement des données, mieux évaluer le résultat de la recherche. Peut-on simplement attribuer à la population, qui dépense plus qu’elle ne reçoit, une mauvaise gestion ou un manque de compétences financières ou faut-il faire le lien entre cela et la mauvaise répartition des revenus, les bas salaires, le chômage et le travail précaire ?

En ce sens, la recherche limite la discussion sur la « santé financière » des Brésiliens à un problème de mauvaise gestion (individuelle) de l’argent, sans prendre en compte la question de la mauvaise répartition des revenus.


Avec des fortunes dans les paradis fiscaux, les « ploutocrates » commandent la politique économique au Brésil


Il n’y a pas d’énoncés plus précis sur l’endettement des gens ou sur les motivations qui ont conduit à l’endettement, ou encore sur les moyens de s’endetter – découvert, prêts déductibles sur salaire, prêts personnels, usuriers, entre autres.

Certaines questions du quiz n’apparaissent pas dans les résultats de l’enquête publique. Par exemple: « Lequel des produits et services que je vais lire maintenant possédez-vous ? Compte courant; financement; titres; retraite, etc. ».

Compte tenu des problèmes méthodologiques évoqués, les pourcentages de résultats trouvés ne semblent pas refléter la réalité de la « santé financière des Brésiliens » en général. La moyenne de 57 pour la population brésilienne (sur un score allant jusqu’à 100) semble élevée au vu de ce que nous vivons empiriquement et d’autres indicateurs disponibles (tels que l’indice de pauvreté absolue, défaut, entre autres).

Le rôle même des institutions financières, en tant que promoteurs du surendettement, n’est repris dans aucune des affirmations du questionnaire. Les institutions financières ne sont pas passives dans le processus.

Parmi les objectifs non déclarés de Febraban avec la recherche figurent :

a) Améliorer l’image des banques.

b) Se conformer partiellement à la loi n° 14.181/2021, la « Loi sur le surendettement », qui visait à améliorer la discipline du crédit à la consommation et « prévoit la prévention et le traitement du surendettement ». La loi, entre autres mesures, promeut l’inclusion dans le Code de défense de la consommation (CDC) de la promotion d’actions visant à l’éducation financière et environnementale des consommateurs ; la mise en place de mécanismes de prévention et de traitement extrajudiciaire et judiciaire du surendettement et de protection des consommateurs ; et les centres de conciliation et de médiation des conflits liés au surendettement. En vertu de cette loi, les entreprises qui accordent du crédit deviennent coresponsables de l’octroi du crédit.

c) Supprimer la focalisation sur les spreads bancaires élevés et responsabiliser la gestion des individus et des familles.

d) Montrer que la santé financière des Brésiliens est un problème, mais pas si grave ; il y a donc des marges pour augmenter le crédit individuel et familial (« I-SFB c’est bien ; c’est à un bon niveau »).

e) Encourager la retraite complémentaire.

f) Renforcer, en tant que « bon sens », que le problème financier du Brésilien n’est pas le « faible revenu » (faibles salaires et absence de droits), mais dans l’incapacité de gérer ce qu’il gagne.

Malgré l’impact de la pandémie de coronavirus sur la vie financière des familles, la crise sanitaire n’a même pas été évoquée dans l’enquête, suscitant une grande surprise à la lecture du questionnaire et des résultats publiés.

Qui sont les auteurs

Ana Caroline Tosetti avancer est titulaire d’un diplôme en économie et d’une maîtrise en administration de l’Université municipale de São Caetano do Sul (USC).

Claudio P. Noronha il est titulaire d’un diplôme en administration des affaires et d’un diplôme de troisième cycle en mondialisation et culture. Master et docteur en sciences des religions et conseiller auprès de l’ABC Bank Workers Union.

Jefferson José da Conceição diplômé en économie de l’UFRJ. Il détient une maîtrise en administration, un doctorat en sociologie et un conseiller du doyen des études de premier cycle et professeur à l’USCS. Coordinateur de l’Observatoire des politiques publiques, de l’entrepreneuriat et de la conjoncture à l’USCS (Conjuscs).

Viviane Machado elle est titulaire d’une maîtrise en économie politique, d’une technicienne dieese à la sous-section de la Confédération nationale des travailleurs du secteur financier (Contraf-CUT) et d’une collaboratrice à l’Observatoire Conjuscs.

Vous pourriez également aimer...