Alors que Doria nie la crise de l’eau, il y a un manque d’eau à la périphérie de São Paulo

São Paulo – La population du Grand São Paulo risque de connaître une nouvelle crise d’approvisionnement, encore plus grave que celle enregistrée en 2014 et 2015, lorsque les systèmes de Cantareira et d’Alto Tietê ont failli se tarir. Depuis octobre 2020, les pluies dans la région ont été inférieures à la moyenne et l’automne dernier a été le plus sec depuis 20 ans, avec un record en avril, où il n’a plu que 7% de ce qui était prévu pour tout le mois.

Les données de la Sabesp montrent qu’aujourd’hui, tous les réservoirs sont au pire niveau des cinq dernières années. Dans l’ensemble des barrages, le volume d’eau est inférieur de 20 % à celui enregistré en 2013, l’année précédant la dernière sécheresse. La situation est considérée comme grave par les spécialistes des ressources en eau, qui exigent que la Sabesp et le gouvernement de João Doria (PSDB) reconnaissent le problème. La suggestion est que l’État commence immédiatement à mettre en œuvre des mesures pour réduire la consommation d’eau. Y compris pour le secteur économique, responsable de l’essentiel de la demande.

Conseiller de l’Observatoire national pour le droit à l’eau et à l’assainissement, Amauri Polachi explique que la dévastation environnementale et l’absence de programmes de protection et de récupération des sources d’eau sont la principale cause de la crise. Mais, bien que la situation soit « très préoccupante », comme il le prévient, le gouvernement de l’État est « en train de nier cette situation critique. Et dans la crise qui a commencé en 2013 et a duré jusqu’en 2015, cela a été extrêmement néfaste ».

En périphérie, il y a le rationnement

La Sabesp s’est déjà positionnée en minimisant la crise et en écartant le risque de pénurie d’eau sous prétexte que les travaux de transposition ont rendu le système plus résilient. Mais, à la périphérie de São Paulo, le souvenir lié aux jours sans eau et au stockage réalisé dans des bouteilles et des bassines en PET est encore dans les esprits des habitants. Et c’est un souvenir revécu tous les soirs et de nombreux week-ends.

Habitante de Vila Formosa, à l’est de la ville, l’artisan Fernanda Marques rapporte qu’elle a des difficultés à effectuer les tâches quotidiennes en raison des coupures constantes d’approvisionnement.

« Ici, nous sommes tous les jours confrontés au manque d’eau. A 20h, voire plus tôt, on constate que le débit diminue et à 20h30 il n’y a plus d’eau de la rue. Cela interfère beaucoup avec notre routine car nous devons prévoir de faire certaines choses jusqu’à 19h30 ou 20h00 au plus tard. Nous savons déjà que cela se produira tous les jours et que l’eau ne reviendra qu’à l’aube. Même ce manque d’eau se produit depuis quelques mois et le week-end, surtout le dimanche », décrit-il.

À Jardim das Imbuías, du côté sud, la situation n’est pas différente. Le manque constant d’eau affecte même les petites entreprises, comme le dit le producteur culturel Kleber Luís : « En plus de vivre, je travaille au même endroit. J’ai un établissement commercial, un studio de musique qui reçoit des groupes et des artistes pour des répétitions et des enregistrements. Mais nous limitons les horaires d’ouverture car vers 22h00, 22h30, il n’y a pas d’eau et ne rentrera qu’à l’aube, à 4h30 du matin. Le studio est un établissement qui travaille généralement la nuit, mais nous avons eu des difficultés à passer les appels.

la population est pénalisée

Un agent de santé, Edson Pedro Silva, lorsqu’il arrive chez lui à Vila Maria, zone Nord, rencontre toujours des difficultés pour prévenir le covid-19 en raison du manque constant d’eau dans la région. « Il y a plus d’un an, lorsque la pandémie a commencé, la situation s’est aggravée. C’était le moment où nous avions le plus besoin d’eau, je revenais du travail pour prendre une douche, entre autres tâches ménagères. Cela a conduit à de nombreux problèmes que nous n’avions pas prévus », déplore Silva.

Sabesp justifie qu’il n’y ait pas de coupure d’alimentation, mais la baisse de pression dans le réseau pour réduire les pertes d’eau avec fuites. Amauri Polachi explique que cette mesure ne peut servir de justification pour pénaliser une partie de la population, notamment celles des régions périphériques, qui peuvent ne pas disposer de réservoirs d’eau. « Dans une crise de l’eau, il est important de promouvoir la justice environnementale et un approvisionnement en eau équitablement réparti, sans pénaliser les populations les plus vulnérables », conteste-t-il.

On s’attend à ce que la situation des barrages s’améliore au printemps et en été, avec le retour des pluies. Mais il y a un risque que le phénomène La Ninan se produisent à nouveau cette année, entraînant une nouvelle baisse des précipitations.

Consulter le rapport

★★★★★