Le Venezuela

AN approuve la loi pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

En session extraordinaire, l’Assemblée nationale, après avoir soumis à la lecture de chacun des articles du projet de loi pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, a décidé d’approuver cet instrument juridique qui fournira tous les échafaudages juridiques pour protéger les cultures populaires et leurs différentes expressions.

Lors de son discours, le député Earle Herrera a expliqué que cette loi a été largement consultée parmi les fidèles masculins et féminins, ainsi qu’avec les réseaux de pouvoir populaire liés aux expressions du patrimoine immatériel au Venezuela, une initiative qui a été débattue et analysée par toutes les parties prenantes et protagonistes. qui rendent possible l’événement culturel.

En lisant article par article, il a été possible de réfléchir que les usages, les représentations, les expressions des connaissances et des techniques, ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont inhérents, les communautés, les groupes et, dans certains cas, les individus, sont reconnu comme faisant partie intégrante du patrimoine culturel.

Dans cette suite de la deuxième discussion du projet de loi pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le parlementaire Earle Herrera a souligné qu’il était déjà prêt à être mis aux voix, après le 20 août dernier, il avait demandé devant la plénière le report de le même, après avoir été approuvé les 10 premiers articles.

A cette occasion, Earle Herrera a réitéré que le projet de loi a suscité un intérêt particulier dans divers secteurs de la vie culturelle du pays, soulignant que tous les articles sont basés sur le contenu de la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela, et d’autres lois, où met en évidence la loi approuvant la Convention de l’UNESCO de 2003, adoptée par le pays en août 2006.

Il est à noter que « la dynamique établie par la Commission permanente de la culture et des loisirs a facilité un débat qui était nécessaire, car il était basé sur des expressions de véritable origine populaire, qui à partir de cette année auront leur propre loi », comme l’a souligné par le parlementaire.

Vous pourriez également aimer...