Le Venezuela

AN discute des lois de sauvegarde du patrimoine de la République

La Commission permanente de la culture et des loisirs de l’Assemblée nationale (AN) a entamé la discussion du projet de loi pour la sauvegarde du patrimoine vivant et du patrimoine immatériel de la République et de la loi sur la jouissance et l’utilisation du temps libre et la surveillance des loisirs.

Le président de l’organe législatif susmentionné, le député Earle Herrera, a précisé qu’en ce qui concerne le premier projet, la commission légiférera pour contribuer à la sauvegarde du patrimoine ou des expressions culturelles, par l’État vénézuélien.

Il a rappelé que le Venezuela fait partie de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO, pour son acronyme en français), dont l’organisme nous a reconnu avec plusieurs héritages culturels de l’humanité, et en ce sens, considérée comme capitale pour légiférer la question.

«Nous, les Vénézuéliens, savons que Coro et son port, la ville universitaire de Caracas, le parc national de Canaima, les diables dansants du Venezuela et La Parranda de San Pedro, sont les cinq sites du patrimoine mondial, situés au Venezuela, inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO Placer. Le moment est venu de légiférer pour préserver cet héritage », a déclaré Herrera.

Concernant la proposition de projet de loi sur la jouissance et l’utilisation du temps libre et des loisirs, le parlementaire a rappelé qu’il allait légiférer pour que l’État et ses organes correspondants garantissent aux adultes, aux personnes âgées, aux adolescents et aux enfants la jouissance de ce droit même dans les pires circonstances de détention et d’isolement; tant que les mesures de biosécurité établies par les autorités compétentes sont maintenues », a-t-il souligné. / AN Appuyez sur

Vous pourriez également aimer...