Le Brésil

Année internationale pour l’abolition du travail des enfants : comprenez !

« L’enfant ne travaille pas. Les enfants sont du travail ». La phrase, qui fait partie d’une chanson publiée par Palavra Cantada dans les années 2000, cherche à montrer comment les enfants devraient être libres de jouer, d’étudier et de se découvrir pleinement.

Cependant, ce n’est pas la réalité pour de nombreux enfants au Brésil. En 2019, 1,8 million d’enfants et d’adolescents âgés de 5 et 17 ans étaient astreints au travail des enfants. Par rapport à 2016, il y a eu une baisse de 16,8 % du nombre de personnes dans cette situation. Le pourcentage en 2016 était de 5,3%, alors qu’en 2019, il est tombé à 4,6%.

Selon l’Organisation mondiale du travail (OIT), le travail des enfants est défini comme « des activités économiques et/ou des activités de survie, avec ou sans but lucratif, rémunérées ou non, exercées par des enfants ou des adolescents de moins de 16 ans, à l’exception des la condition d’apprenti dès l’âge de 14 ans, quel que soit son statut professionnel ».

Au Brésil, la Constitution de 1988 interdit le travail des personnes de moins de 16 ans, sauf en qualité d’apprenti, à partir de 14 ans :

Article 7 Les droits des travailleurs urbains et ruraux, en plus d’autres visant à améliorer leur condition sociale :
XXXIII – interdiction des travaux de nuit, dangereux ou insalubres aux mineurs de moins de dix-huit ans et de tout travail aux mineurs de moins de seize ans, sauf en tant qu’apprenti, à partir de quatorze ans.

Quel est le profil des enfants les plus touchés par cette violation ?

Le travail des enfants est directement lié à un système structurel qui perpétue les inégalités sociales. La preuve en est que 66,1% des enfants dans ces conditions sont noirs et bruns. Alors que les garçons (66,4%) sont les plus vulnérables à cette violation, les filles sont obligées de faire des travaux domestiques. Pourtant, 53,7 % de ces enfants et adolescents appartenaient au groupe des 16 et 17 ans ; 25 % dans le groupe des 14 et 15 ans et 21,3 % dans le groupe des 5 à 13 ans.

Les données ont été publiées dans le cadre de l’Enquête nationale continue sur les ménages (PNAD) – Travail des enfants et des adolescents réalisée par l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE).

Toujours en 2019, 706 000 enfants âgés de 5 à 17 ans étaient employés dans les pires formes de travail des enfants. Selon la liste des pires formes de travail des enfants, ces fonctions comprennent la conduite de tracteurs et de machines agricoles, la transformation du tabac, du sisal et de la canne à sucre, l’extraction et la coupe du bois, le travail dans les carrières, la production de charbon de bois, la construction civile, la collecte des ordures, la sélection et la transformation, commerce, travail domestique et transport de marchandises.

Le travail des enfants prive les enfants de leur enfance et empêche les enfants de développer leur potentiel. Plusieurs croyances populaires au Brésil disent qu’« il vaut mieux qu’un enfant travaille plutôt que de voler ». Cependant, ce n’est pas ce que la loi brésilienne considère, selon laquelle le travail des enfants est considéré comme une violation grave qui affecte les enfants ou les adolescents à moyen et long terme.

Quelles sont les conséquences du travail des enfants dans la vie adulte ?

Il est également important de souligner que selon la Constitution fédérale de 1988, la Consolidation des lois du travail (CLT) et l’Organisation internationale du travail, le travail des enfants est interdit pour les enfants de moins de 16 ans. Il n’y a qu’une exception pour les cas où la personne est un jeune apprenti.

Pour en savoir plus sur la loi sur l’apprentissage, cliquez ici!

Sans possibilité d’étudier, à l’âge adulte, cette personne n’obtiendra pas d’emplois élevés faute de formation et n’aura bientôt pas un salaire décent, c’est-à-dire qu’elle vivra dans une situation de vulnérabilité sociale.

De plus, les enfants qui travaillent dans leur enfance sont plus susceptibles de développer des problèmes de santé plus graves, tels que des problèmes respiratoires, des problèmes de dos et une fatigue excessive. De nombreux enfants meurent même d’activités illégales. Selon les données du Système d’information sur les maladies à déclaration obligatoire (Sinan) du ministère de la Santé, le Brésil a enregistré, entre 2007 et 2018, 43 777 accidents du travail impliquant des enfants et des adolescents âgés de 5 à 17 ans. Au cours de la même période, 261 enfants ont perdu la vie en travaillant.

Dans le décret n° 6 481 du 12 juin 2008, il est possible de contrôler les 89 activités qui présentent un risque grave pour la santé de ces enfants et adolescents.

Dans une interview avec Politiser!, Bruna Ribeiro, journaliste et responsable du projet Child Free from Child Labour, de la Cidade Escola Aprendiz, explique pourquoi cette violation des droits humains a été naturalisée au Brésil :

« Le travail des enfants est perçu comme quelque chose de positif et reproduit des mythes tels que ‘il vaut mieux travailler que d’être dans la rue. Il vaut mieux travailler que d’aller dans le crime », alors qu’en fait les enfants et les adolescents ont besoin d’autres possibilités. Nous ne pouvons pas les condamner à des alternatives de travail et de vol. L’alternative pour tous est d’étudier, de jouer, d’avoir des loisirs, du sport et une vie de famille, qui sont prévus dans l’ECA », révèle-t-il.

En savoir plus : quels droits sont garantis par l’ECA ?

Le Brésil sera-t-il en mesure de mettre fin à la violation d’ici fin 2021 ?

A l’unanimité, l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU) a déclaré que 2021 serait la Année internationale pour l’élimination du travail des enfants.

L’Objectif 8.7 de l’Objectif de Développement Durable (ODD) renforce que, d’ici 2025, il est nécessaire de mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes : « il est nécessaire de prendre des mesures immédiates et efficaces pour éradiquer le travail forcé ».

Cependant, avec la pandémie de Covid-19 dans le pays, cette grave violation des droits humains risque de s’aggraver. Le Fonds international d’urgence des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), une agence des Nations Unies (ONU), a déjà souligné qu’entre avril et juillet 2020, rien que dans la ville de São Paulo, il y avait eu une augmentation de 26% du travail des enfants .

De plus, avec l’isolement social, de nombreux enfants sont devenus encore plus vulnérables à la violence domestique au sein de leur propre foyer sans pouvoir le signaler à quelqu’un en qui ils ont confiance à l’école. De plus, de nombreux enfants n’ont pas accès à Internet pour étudier pendant la pandémie, ce qui rend ce scénario encore plus difficile.

LES RÉFÉRENCES

Enfant libéré du travail des enfants : Mythes du travail des enfants

Travail des enfants : mythes, réalités et perspectives

Rapport – Milieu de l’enfance : Travail des enfants au Brésil


Vous pourriez également aimer...