Le Brésil

apprenez à connaître le système des organes publics pour la défense de l’environnement!

Photo: Wikimedia Commons.

Au Brésil, la défense de l’environnement s’articule dans un système d’agences publiques appelé SISNAMA (Système national de l’environnement), qui comprend des entités telles que le ministère de l’Environnement, avec la fonction de supervision et de planification, et l’IBAMA (Institut brésilien pour l’environnement et les ressources naturelles renouvelables), l’organisme qui applique les règles de protection environnementale.

Dans ce texte, politisez! en partenariat avec Bridje, il vous explique ce qu’est le SISNAMA, comment il est né et comment agissent les organes qui le composent.

Qu’est-ce que SISNAMA et comment est-il né?

SISNAMA est l’acronyme de Système national d’environnement, l’ensemble des organismes publics (de l’Union, des Etats, des communes, du District fédéral et des territoires [1], ainsi que les organismes non gouvernementaux institués par les pouvoirs publics) chargés de la protection de l’environnement au Brésil. C’est un système car tous les organes qui le composent fonctionnent selon les mêmes principes et orientations, chacun exerçant sa fonction pour atteindre le même objectif: la défense de la environnement écologiquement équilibré.

Un environnement écologiquement équilibré est la façon dont la Constitution fédérale traite ce que nous appelons communément «Droit à l’environnement». Les droits des citoyens, en effet, ne sont pas la garantie d’un simple «environnement», mais d’un environnement préservé, équilibré, utile à l’humanité, mais protégé des actions dévastatrices. Il est prévu à l’art. 225 de la Constitution:

Art. 225. Toute personne a droit à un environnement écologiquement équilibré, bien pour l’usage commun des populations et indispensable à une qualité de vie saine, imposant à la puissance publique et à la communauté le devoir de le défendre et de le préserver pour les personnes présentes. et les générations futures.

Le SISNAMA a été créé pour intégrer les politiques publiques de protection de l’environnement dans un effort de direction nationale, sans laisser aux États et aux municipalités une certaine autonomie pour agir dans leurs régions respectives.

Vous voulez plus de contenu sur l’environnement? Que diriez-vous de regarder notre vidéo sur 5 points pour comprendre les incendies dans le Pantanal et en Amazonie?

Le système est né en 1981 avec la promulgation de la loi 6938/81, véritable jalon dans l’histoire de la protection de l’environnement brésilienne, depuis articulé la protection de l’environnement sous l’idée d’un système national unique. Auparavant, les États et les municipalités avaient plus d’autonomie pour rédiger leurs propres réglementations environnementales. Il y avait, bien sûr, des règlements fédéraux traitant de l’exploration et de la conservation de l’environnement, comme le Code forestier de 1965. Mais la législation était rare et de nombreuses lacunes pouvaient être comblées par les États et les municipalités. Le fait est qu’il n’y avait pas coordination nationale soucieux de l’environnement, normes harmonieuses, efforts conjoints. C’était l’espace occupé par SISNAMA.

Lisez aussi: qu’est-ce que le greenwashing?

En plus de la mise en œuvre de ce système, la loi a également inauguré le soi-disant Politique nationale de l’environnement (PNMA), une série d’articles qui définissent les concepts de base sur l’environnement et fournissent des lignes directrices et des objectifs à suivre par toutes les agences responsables de la protection de l’environnement au Brésil. Selon le Dr Paulo de Bessa Antunes, professeur de droit de l’environnement à l’UNIRIO, la mesure était «une réaction du gouvernement fédéral au mouvement croissant des États en vue de contrôler la pollution sur leurs territoires».

Ainsi, la loi n ° 6 938/81 a intégré l’ensemble de l’action publique dans le domaine environnemental en une seule système (SISNAMA), régi par politiques nationales (PNMA) uniformes.

La structure et les organes du SISNAMA

SISNAMA est composé du «organes et entités de l’Union, des Etats, du District Fédéral, des Territoires et des Communes, ainsi que les fondations instituées par le Pouvoir Public, chargées de la protection et de l’amélioration de la qualité de l’environnement»(Art. 6 de la loi 6.938 / 81).

Dans ce système, agences fédérales ils sont principalement responsables de la rédaction des normes générales (comme le PNMA), de la coordination, de la supervision et de l’exécution de la protection de l’environnement dans le pays. Tu agences étatiques et municipales remplissent les mêmes fonctions, mais de manière complémentaire et sur leurs territoires respectifs. Autrement dit, les États et les municipalités peuvent modifier les normes environnementales et les appliquer, tant qu’elles ne contreviennent pas aux normes fédérales, dans le cas des États, et aux normes fédérales et étatiques, dans le cas des municipalités.

La structure du SISNAMA a été définie comme telle par la loi 6.938 / 81, comme on peut le voir dans le schéma ci-dessous:

Source: Bridje.

Organe supérieur: Conseil d’administration

Idéalisé comme chef du système, cet organe collégial serait composé de tous les ministres de l’exécutif fédéral et aurait pour fonction de conseiller le président de la République dans la formulation de la politique nationale et d’autres orientations nationales en matière d’environnement.

Ce conseil n’existe pas aujourd’hui En réalité, bien que cela soit prévu dans la législation [2].

Organe consultatif et délibérant: Conseil national de l’environnement (CONAMA)

À l’origine, le CONAMA, en tant qu’organe délibérant et consultatif du Gouvernement, aurait pour fonction de proposer des règles et des directives au Conseil du Gouvernement. En l’absence pratique d’un organe supérieur, la CONAMA a assumé son rôle en publiant directement les règles générales, les normes et les réglementations sur l’environnement pour l’ensemble du pays. José Afonso da Silva, constitutionnaliste brésilien, en est venu à définir le SISNAMA comme un groupe d’organes coordonné par CONAMA [3].

Selon la loi 6,938 / 81, le but de la CONAMA est «Conseiller, étudier et proposer au Conseil de gouvernement, des orientations de politique gouvernementale pour l’environnement et les ressources naturelles et délibérer, dans le cadre de sa compétence, sur des normes et standards compatibles avec un environnement écologiquement équilibré et essentiels à une qualité de vie saine ».

Voir aussi: que dit le droit de l’environnement?

Bien que le rôle de proposer les normes ont été modifiées, les autres sont restées. L’organe a pour fonction de conseiller directement la Présidence de la République (en l’absence du Conseil de Gouvernement, qui ferait office d’intermédiaire) sur les questions environnementales, ce qui implique la réalisation de rapports, d’études et de recherches dans ce domaine.

Les règles élaborées par la CONAMA sont publiées sous forme de résolutions (type d’acte administratif). L’organe est toujours présidé par le secrétaire à l’environnement (loi 6.938 / 81, seul paragraphe de l’article 8). Son organe collégial est composé de représentants des secteurs fédéral, étatique, municipal, commercial et civil.

Organe central: Ministère de l’environnement (MMA)

Si la loi 6.938 / 81 prévoyait le Secrétariat de l’environnement (aujourd’hui éteint) comme organe central, cette fonction est désormais assurée par le ministère de l’Environnement, créé en 1992.

Art. 6, III de la loi prévoit que son objet, dans le système, est « Planifier, coordonner, superviser et contrôler, en tant qu’agence fédérale, la politique nationale et les orientations gouvernementales définies pour l’environnement ».

Chaque État de la fédération a ses propres entités publiques de protection de l’environnement, mais le ministère de l’Environnement est le organe central, le coordinateur. Par conséquent, la MMA a pour fonction de planifier et d’élaborer des politiques environnementales pour l’ensemble du pays, de les coordonner et de les superviser en tant qu’agence fédérale.

Organes d’exécution: Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (IBAMA) et Institut Chico Mendes pour la conservation de la biodiversité (ICMBio)

Les organismes chargés de exécution les normes de politique environnementale sont Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (IBAMA) et le Institut Chico Mendes pour la conservation de la biodiversité (ICMBio), tous deux liés au ministère de l’Environnement.

L’IBAMA est sans aucun doute l’organisme le plus connu, étant la référence de la population en matière de protection de l’environnement. En effet, dans la figure de ses agents, il se présente physiquement aux forces de l’ordre, la facette la plus proéminente d’un organe exécuteur.

Selon la loi n ° 7 735/89, qui a créé l’IBAMA, ses fonctions sont d’exercer le pouvoir de la police environnementale et exécuter les actions des politiques environnementales nationales. Pour s’acquitter de ces fonctions, l’agence peut soit effectuer des travaux sur le terrain (tels que l’inspection et l’application des sanctions), soit articuler les actions des agences étatiques et municipales. L’IBAMA a également pour fonction de proposer et d’éditer des normes et standards de qualité environnementale, et d’octroyer des licences et autres autorisations dans les cas prévus par la législation.

A côté d’IBAMA se trouve ICMBio, créé en 2007 par la loi 11.516 / 2007. Les fonctions de mise en œuvre et de mise en œuvre des politiques environnementales nationales des deux organismes sont très similaires. Cependant, l’ICMBio se concentre sur les Unités de Conservation établies par l’Union, telles que Parcs nationaux et zones de protection de l’environnement. Dans ces domaines, l’ICMBio est l’organisme responsable, principalement, de la conservation, de l’exploitation du tourisme, de la police et d’autres activités de mise en œuvre des politiques nationales.

Organes sectionnels et locaux

Le SISNAMA, comme déjà expliqué, est un système national, composé d’organes fédéraux, étatiques et municipaux. Les organes mentionnés dans les points ci-dessus sont les membres fédéral du système; sont au sommet de la hiérarchie pour établir des lignes directrices, des normes et superviser.

Les États et municipalités brésiliens ont autonomie développer leurs propres normes et programmes environnementaux. Cependant, comme la protection de l’environnement brésilienne se fait sous la coordination d’un système, ils agissent de manière complémentaire, n’atteignant que leur juridictions respectives, sans contredire les normes fédérales.

Les organes sectoriels sont des entités publiques et les organes locaux sont des entités municipales. Les premiers sont chargés d’exécuter des programmes, des projets, de contrôler et d’inspecter les activités susceptibles de provoquer une dégradation de l’environnement; les secondes pour contrôler et inspecter ces activités.

Chacun de ces organes, qu’il soit sectoriel ou local, n’a de pouvoir que sur leurs territoires ou juridictions respectifs. LE Inea (Institut d’État de l’environnement), par exemple, est l’agence environnementale de l’État de Rio de Janeiro, directement responsable de la protection des ressources naturelles de l’État. L’octroi de permis d’exploration, le suivi de l’utilisation et de la qualité de l’eau, la réalisation de projets de valorisation environnementale sur le territoire, etc., sont des fonctions pertinentes pour l’agence. LE IAT (Instituto Água e Terra), un autre corps sectionnel, est le corps environnemental du Paraná, et remplit les mêmes fonctions que Inep, mais dans son état respectif. LE Siège (Secrétariat municipal à l’environnement) est une agence environnementale de la ville de Curitiba. La logique est la même: les activités environnementales, prévues par la législation, liées au territoire et à la juridiction de Curitiba sont de la responsabilité du Siège. Tous ces organes font également partie du SISNAMA.

1. Les territoires sont des parties de terres appartenant à l’Union. À l’heure actuelle, le Brésil ne possède pas de territoires, mais la législation et la Constitution fédérale prévoient des règles les concernant si le pays réutilise la classification. Jusqu’en 1988, les États de Roraima, d’Amapá et le district d’État de Fernando de Noronha étaient administrés en tant que territoires.
2. MILARÉ, Édis. Droit de l’environnement: la gestion de l’environnement en bref: doctrine. jurisprudence, glossaire. 5. éd. São Paulo: RT, 2007, p. 295.
3. SILVA, José Afonso da. Droit constitutionnel de l’environnement. 4e éd. São Paulo: Malheiros, 2003, p. 224.

Avez-vous aimé le contenu? Laissez votre avis dans les commentaires!

LES RÉFÉRENCES

Fédéralisme et protection de l’environnement: le rôle du fédéralisme coopératif. Paulo de Bessa Antunes.

Institutionnel – Site IBAMA

Institutionnel – Site ICMBio

Institutionnel – Site web de la CONAMA

MILARÉ, Édis. Droit de l’environnement: la gestion de l’environnement à la une. 5e éd. São Paulo: RT, 2007

SILVA, José Afonso da. Droit constitutionnel de l’environnement. 4e éd. São Paulo: Malheiros, 2003.


Vous pourriez également aimer...