Le Brésil

Après le coup d’État, la force de la rue indiquera à quoi ressemblera l’avenir au Myanmar – Jornal da USP

Les grandes puissances sont attentives au résultat de l’action militaire, qui impacte non seulement l’Asie du Sud-Est, mais la rivalité entre les États-Unis et la Chine

Par Anderson Lima

Les dirigeants des forces armées ont allégué une fraude lors de l’élection et, par conséquent, ils ont donné le coup d’État, dans une tentative de montrer que l’acte avait une légitimité – Photo: Foreign and Commonwealth Office / Wikimedia Commons

Début février, l’armée a renversé le gouvernement actuel du Myanmar, un pays d’Asie du Sud-Est. Ayant eu des élections démocratiques depuis 2011 et après une victoire incontestée aux élections de 2020, avec plus de 80% des voix, le parti dirigé par Aung San Suu Kyi, lauréat du prix Nobel de la paix en 1991, a été empêché d’assumer ses fonctions en parlement.

Les dirigeants des forces armées ont allégué une fraude lors de l’élection et, par conséquent, ils ont donné le coup d’État, essayant de montrer au monde que l’acte avait une légitimité. «Le résultat de cette grande victoire du parti au pouvoir a été ce coup d’État. Et avec une forte répression, le chef du parti Suu Kyi et d’autres membres clés du parti au pouvoir ont été arrêtés. Le président du pays lui-même l’était également », explique Alexandre Figueiredo, stagiaire postdoctoral en économie à la Ribeirão Preto School of Economics, Administration and Accounting de l’USP.

Il ne fallut pas longtemps pour que les rues du Myanmar soient occupées par la population, principalement pour la mobilisation de la jeunesse, qui exigeait le respect de la constitution du pays. Outre les plus jeunes, les fonctionnaires et même les soldats ont montré une résistance aux actes commandés par les officiers militaires. Figueiredo détaille qu ‘ »il faut imaginer que, dans une élection avec une victoire de 80%, il y ait aussi beaucoup d’électeurs de Suu Kyi et de son parti parmi les forces armées ».

+ Plus

Publié: 19/02/2021

Le coup porté au Myanmar n’a pas été une surprise. Le pays a une histoire politique récente impliquée dans une dictature militaire qui a duré jusqu’en 2011. La brève démocratie vécue par la nation n’a jamais été une démocratie à part entière, car elle a toujours été sous la tutelle des forces armées.

Les États-Unis et la Chine attentifs à l’avenir du Myanmar et à l’impact géopolitique du coup d’État

Lorsqu’il y a une situation dans le monde comme celle qui s’est produite au Myanmar, les puissances économiques sont attentives aux développements, y compris les sanctions dans certains cas. Il n’est donc pas étonnant que la rivalité entre les États-Unis et la Chine soit également présente ici, chacun agissant avec ses propres spécificités.

«Dans le cas des États-Unis, pour le nouveau président Biden, c’était l’occasion pour lui de mettre en œuvre sa proposition de politique étrangère visant un discours américain plus traditionnel de défense de la démocratie. En fait, c’était l’un des drapeaux qu’il a revendiqués lors de la campagne électorale pour faire un contrepoint contre Trump », explique Figueiredo. Biden a sanctionné le Myanmar après le coup d’État, condamnant l’action et bloquant environ 1 milliard de dollars de fonds, ce qui, en fin de compte, pourrait blesser davantage les personnes qui se battent dans les rues que les militaires eux-mêmes.

La Chine, en revanche, a intérêt à maintenir de bonnes relations avec le gouvernement du Myanmar, générant même des rapports selon lesquels Pékin soutient avec véhémence l’armée qui a mené le coup d’État dans le pays. « Cette impression naît, car Pékin n’a pas signé de condamnation ouverte pour ce qui s’est passé et n’a pas approuvé, au Conseil de sécurité de l’ONU, une déclaration à cet effet », conclut le postdoctoral. La Chine est un investisseur majeur au Myanmar, représentant 25% du total des capitaux étrangers investis dans le pays.

Vous pourriez également aimer...