Le Brésil

Après l’incendie, Cinemateca a un avenir incertain avec l’avis du gouvernement

São Paulo – Il y a des problèmes dans l’avis d’appel public pour le choix d’une nouvelle entité privée à but non lucratif pour gérer la Cinemateca Brasileira, ce qui met en péril l’avenir de l’institution. C’est ce qu’alerte le Frente Amplio en défense de la Cinemateca Brasileira. Le mouvement proteste ce samedi (7) pour la protection de l’espace qui abrite la plus grande collection audiovisuelle d’Amérique du Sud. Prévu à 14h00, l’acte aura lieu devant le siège de l’institution, situé à Vila Clementino, à la zone sud de la ville de São Paulo.

La Cinemateca Brasileira était gérée par l’Association pour la communication éducative Roquette Pinto (Acerp) jusqu’en décembre 2019, date à laquelle le ministre de l’Éducation de l’époque, Abraham Weintraub, a décidé de rompre unilatéralement le contrat. Depuis lors, aucune autre organisation n’a été embauchée par le gouvernement de Jair Bolsonaro pour gérer l’espace. Huit mois plus tard, en août de l’année dernière, le Secrétariat spécial aux affaires culturelles, sous la direction de Mário Frias, a demandé les clés de l’institution et a licencié tout le personnel technique qui tentait de préserver la collection, même avec leurs arriérés de salaire.

Modèle et budget irréalisables

Au cours de cette année et demie, les travailleurs ont averti le gouvernement fédéral de l’imminence d’un incendie. Mais l’administration Bolsonaro a laissé le lieu à l’abandon, sans techniciens spécialisés et sans surveillance. Seulement maintenant, un jour après l’incendie qui a détruit un hangar Cinemateca à Vila Leopoldina, dans la partie ouest, jeudi (29), le gouvernement a publié l’avis pour le choix d’une organisation sociale (OS) qui peut gérer l’orgue pendant cinq ans. L’historien et membre du Front large pour la défense de la Cinemateca Brasileira Eloá Chouzal, prévient cependant que le modèle prédit est néfaste.

De plus, selon elle, le budget prévisionnel « est négligeable » pour l’entretien de l’orgue. « L’expertise en préservation compte moins que l’« expertise » pour gagner de l’argent. Parce que le gouvernement va donner un budget de 13 millions de R$. Mais cet OS devra lever 40% de plus pour compléter le budget que le gouvernement donnera, ce qui est négligeable pour la Cinemateca. En fait, la proposition de gérer la Cinemateca par un système d’exploitation est déjà erronée. C’est un bien public qui doit être traité comme tel. C’est une peur », explique la journaliste Júlia Pereira, de Radio actuelle du Brésil.

Qualifié de crime pour la négligence du gouvernement Bolsonaro, l’incendie de la semaine dernière a peut-être consumé des documents de politique cinématographique, des rouleaux de copies de films et du matériel cinématographique et photographique. Il n’est pas encore possible d’évaluer l’ampleur de la perte historique car le site reste fermé. Selon une enquête menée par d’anciens travailleurs de la Cinemateca, parmi la collection brûlée, il y aurait également une partie de la bibliothèque du Templo Glauber Rocha et des copies de la société de production Pandora Filmes.

risque continu

Il s’agit du cinquième incendie que subit l’institution depuis sa fondation, en 1940. Le dernier s’est produit en 2016 et a détruit environ 500 œuvres dans le hangar situé à Vila Clementino. Un ancien employé de Cinemateca, qui a refusé d’être identifié, a dénoncé le risque de nouveaux accidents, y compris au siège, en raison de l’abandon de l’Etat. Le résultat de l’avis, par exemple, ne devrait sortir qu’en octobre.

« La perplexité était totale et sachant que cela pouvait arriver à tout moment. Parce qu’on frappait, martelait depuis le mois d’août de l’année dernière, quand des ouvriers de la Cinemateca se sont réunis, et j’étais présent à cette réunion, avec Hélio Ferraz (de Oliveira) », dit-il. Bras droit de Frias, Oliveira était le représentant du Secrétariat spécial à la Culture chargé de « récupérer les clés » de l’institution.

Selon le responsable, « il a promis qu’il travaillerait sur un plan d’urgence afin que la collecte ne soit pas laissée sans surveillance. Un an s’est écoulé et aucun ouvrier à la Cinemateca, qui s’occupe des missions finales, s’occupant de la collection et de la conservation du matériel, de l’ensemble du parc technologique, personne n’est là », a-t-il décrit à Radio actuelle du Brésil.

Consulter le rapport

Vous pourriez également aimer...