Le Brésil

Après un incendie, la ville de SP permet à 80 familles de dormir dehors

Brasil de Fato – Il est 3 heures du matin vendredi (22) alors que les journalistes de Le Brésil en fait écrivez cet article depuis leur domicile à São Paulo. Le thermomètre indique 14 degrés. Pendant ce temps, des enfants, des personnes âgées, des hommes et des femmes appartenant à 80 familles qui ont été retirés de leur domicile jeudi dernier (21) par la Garde civile métropolitaine, sur ordre de la mairie, dorment à l’extérieur.

Ils sont – ou étaient – ​​résidents depuis 17 ans du soi-disant « Ocupação Carrefour », qui occupait un bloc entier de la rue Alexandrino Silveira Bueno, dans le quartier de Cambuci, dans la région centrale de la ville. Ils vivaient tous dans un ancien siège social et un hangar industriel où opérait autrefois une imprimerie, reprise par la ville en 2009, en raison de dettes fiscales.

:: Occupation boursière : que faut-il indigner ? Manifestation pacifique ou violence des inégalités ? ::

En mai 2010, la ville a tenté de vendre aux enchères la propriété et le terrain, comme indiqué dans la Gazette municipale de São Paulo, et c’était le dernier document public que le rapport a trouvé sur sa propriété.

L’endroit a été touché par un incendie jeudi matin (21). Les flammes ont consumé une petite fraction de la propriété, certaines pièces transformées en maisons séparées, où vivaient six des 80 familles, qui ont perdu le peu qu’elles possédaient. Le rapport qui déterminera la cause de l’incident est attendu dans les prochains jours. On parle d’un court-circuit dans le câblage électrique, mais personne ne le sait avec certitude.

A 10h23, les pompiers ont reçu un appel et se sont dirigés vers l’occupation. Avant l’heure du déjeuner, le feu était éteint.

Les pompiers n’ont interdit que la zone de la propriété touchée par l’incendie, et non l’ensemble du bloc, où vivaient six familles. Libérés par les militaires qui ont combattu les flammes, les habitants sont rentrés chez eux, se sont nourris, ont fait passer du café, ont porté secours dans la mesure du possible à ceux qui avaient tout perdu.

Quelques heures plus tard, en milieu d’après-midi, les autorités municipales sont arrivées. Il s’agissait d’employés de la Sous-préfecture de Sé, accompagnés d’une assistante sociale et escortés par des agents et des véhicules de la Garde civile métropolitaine. Ils ont dit qu’ils allaient interdire toute la propriété, que personne d’autre ne pourrait entrer dans leurs maisons, pour ne pas obtenir de vêtements, pas de médicaments, pas de nourriture ou quoi que ce soit.

:: A lire aussi : l’expulsion d’une favela, c’est le feu | Les habitants du ciment signalent des violences lors de l’expulsion :

O Le Brésil en fait arrivée sur le site à 17h. Il a été témoin du moment où les employés municipaux ont passé des banderoles autour de tout, déterminant que personne d’autre n’entrerait dans le bâtiment. L’adjoint au maire Marcelo Vieira Salles était également présent. Il ne voulait pas parler de l’histoire, il travaillait, il n’avait pas le temps de répondre aux questions. De plus, personne d’autre de la mairie n’a eu le temps de parler au journaliste ou aux habitants.

Les personnes touchées par la tragédie, oui, ont eu le temps pour le reportage, qui a entendu et enregistré une série de reportages, tous du même contenu. Ils peuvent être résumés comme suit : « Il (l’adjoint au maire) m’a dit : ‘Fais ce que tu peux.’ Puis il a tourné le dos et est parti », a déclaré l’un des habitants, qui, comme les autres, a donné au journaliste un nom et un prénom, qui ne seront pas publiés, pour éviter d’éventuelles représailles.

C’est ainsi que les anciens habitants de l’Occupation Carrefour ont passé la nuit, après que la ville de São Paulo a interdit la propriété où ils vivaient depuis 17 ans / Maiara Marinho

Avec tout le monde dans la rue et la Garde Municipale garantissant l’inviolabilité de l’interdiction, une assistante sociale de la mairie est allée s’entretenir avec les familles. Il a dit qu’ils seraient tous transférés dans une auberge, où ils passeraient la nuit. Ils ne pouvaient plus entrer dans leurs maisons. Ils iraient avec les vêtements sur le dos. Leurs biens seraient récupérés, transportés et rendus plus tard par des agents municipaux.

Et après ça, où iraient-ils ? Et après cela, pourraient-ils retourner là où ils ont vécu pendant 17 ans ? Et en attendant, que feraient-ils avec les personnes âgées et malades dont les médicaments qu’ils prenaient étaient encore chez eux ? Et quant aux objets et effets personnels des enfants et nécessaires à leurs soins, qu’en feraient-ils ? Qu’allaient-ils manger dans les prochaines heures ? A tout cela, l’assistante sociale ne répondit pas.

« Ils ne nous ont pas laissé entrer dans le bâtiment pour aller chercher les médicaments des gens, je ne pouvais pas obtenir mes médicaments, je ne pouvais même pas avoir de vêtements », a déclaré un habitant. « L’assistante sociale a dit ce qui devait être, mais elle ne nous a pas demandé ‘tu veux y aller ?’, non, rien », a déclaré un autre. Également Le Brésil en fait Je voulais parler à l’assistante sociale. Il a posé une série de questions. Il n’y avait qu’une seule réponse : « Je ne peux pas donner d’informations ».

Jeudi après-midi (21) devant le Carrefour Occupation : les agents municipaux se parlent, les habitants attendent en arrière-plan / Maiara Marinho

Par conséquent, les résidents ont dit qu’ils ne bougeraient pas de là, qu’ils ne seraient pas transférés avec les vêtements sur le dos vers « une auberge ». A leur tour, les autorités ont répondu que, si tel était le cas, les camions et véhicules de la mairie et de GCM se rendraient sur le site le lendemain, ce vendredi (22). Tout serait supprimé du site. Et les résidents qui ont décidé ce qu’ils allaient faire, où ils allaient dormir, ce qu’ils allaient manger et quels médicaments ils allaient prendre.

Donc l’assistante sociale est partie, l’adjoint au maire est parti, tout le monde à la mairie est parti, sauf les gardes GCM et leurs véhicules.

Les anciens pensionnaires du Carrefour Occupation se sont également retrouvés, transformés en 80 familles sans-abri, selon le rapport de Le Brésil en fait et une série de personnes émues par la situation, qui ont commencé à apporter de la nourriture, des tentes, des nattes, des vêtements de rechange et des couvertures à ces personnes. La gentillesse des étrangers, et non des pouvoirs publics, leur a donné les conditions minimales pour passer la nuit.

Il est déjà plus de 5 heures du matin et le rapport attend toujours les réponses à toutes les questions qu’il a posées à la Sous-préfecture de Sé. par mail le même jeudi soir. Pas de réponse. Vous trouverez ci-dessous ces questions. Si la municipalité répond, l’information sera incluse sur cette page.

– À qui appartient le notaire la propriété immobilière et foncière désormais interdite par cet arrondissement, nº 128 de la Rua Alexandrino da Silveira Bueno, à l’angle de la Rua Valentim do Amaral et de la Rua François Coty, un ensemble composé des lots 23, 24 et 25 du bloc IX , à Cambuci, 12e arrondissement ?

– Des habitants résidant à cet endroit, une partie d’entre eux touchés par un incendie et tous par une interdiction municipale, ont signalé – et le rapport a constaté – un manque d’information, de dialogue et de service de la part des équipes d’assistance sociale et de la mairie d’arrondissement, envoyées par la ville sur le site, qui sont arrivés environ trois heures après l’incident et se sont limités à interdire la propriété et à empêcher les résidents de retirer leurs biens de leurs maisons.

L’arrondissement souhaiterait-il commenter les rapports et le constat du rapport? La procédure a-t-elle suivi les normes de diligence de la ville pour des incidents comme celui-ci ?

– Les résidents de tous âges passent la nuit dans des bâches, des tentes et des tapis fournis par des tiers, émus par la situation. Pourquoi l’arrondissement n’a-t-il apporté aucune aide aux personnes touchées par l’interdiction municipale?

– Où le gouvernement de la sous-ville a-t-il l’intention d’emmener les résidents ? Pour combien de temps? Que va-t-on faire de vos biens ? Qu’arrive-t-il aux personnes qui ont besoin de prendre des médicaments et des vêtements pour que les personnes âgées et les enfants passent la nuit à l’extérieur ?

– Les résidents des maisons qui n’ont pas été touchées par les flammes – résidents du site depuis 17 ans – pourront-ils réintégrer la propriété après inspection ? – Y a-t-il un procès en cours de reprise de propriété ? Si oui, quel est le numéro ?

– L’arrondissement est-il dans l’action ? Si oui, pouvez-vous fournir l’intégralité du contenu du cas avec le rapport ? Si non, pourquoi pas ?

– Les résidents rapportent que la dernière inspection par un organisme public sur le site a été effectuée en 2020, lorsque l’achat d’extincteurs a été recommandé aux résidents. L’arrondissement confirme-t-il cette information? Si non, à quand remonte la dernière inspection?

– La mairie d’arrondissement peut-elle fournir le procès-verbal avec le procès-verbal du dernier contrôle effectué sur le site ? Si non, pourquoi pas ? Quel est son numéro d’identification et où le public intéressé doit-il se le procurer pour y accéder ?

Vous pourriez également aimer...