Assez de tentatives de ‘scientide’ – Jornal da USP

O Le financement de la science, de la technologie et de l’innovation est en baisse constante au Brésil depuis six ans. Contrairement aux pays européens, nord-américains et asiatiques, dont les investissements dans le secteur varient de 2% à même plus de 5% du Produit Intérieur Brut, nous avons ici besoin d’une intense mobilisation de la société pour ne pas descendre en dessous de 1,2% de notre PIB.

En juillet dernier, des chroniqueurs donnaient de l’espace dans la presse à la campagne #science aux élections. En tant que pro-recteurs des universités d’État de São Paulo, responsables d’une fraction considérable de la recherche scientifique nationale, nous sommes maintenant obligés de dénoncer une nouvelle initiative du gouvernement fédéral qui affaiblit le secteur et pourrait compromettre notre avenir.

Le 29 août, le président de la République, conjointement avec ses ministres de l’Économie et de la Science, de la Technologie et de l’Innovation, a édité la mesure provisoire 1136/2022, favorisant la réduction des ressources du Fonds national de développement scientifique et technologique (FNDCT), avec des pertes estimées à 2 milliards de reais cette année et limitant les dépenses du secteur jusqu’en 2026.

Le FNDCT a été créé en 1969, et réactivé au début de ce millénaire, en tant que politique de l’État pour garantir la stabilité des investissements dans la recherche et les innovations qui permettent la planification et la compétitivité du Brésil dans l’économie du savoir. Il s’agit d’un fonds comptable et financier, composé de fonds sectoriels destinés à desservir des domaines stratégiques, alimentés par des recettes affectées, qui garantissent la collecte des ressources.

Le budget, approuvé par un comité de gestion, est divisé en ressources remboursables et non remboursables. La première modalité, généralement limitée à 15% du budget, est un prêt, avec des intérêts souvent jugés peu attractifs. La deuxième modalité, destinée aux universités, aux instituts de recherche et aux entreprises, est une bourse de recherche et développement. Dans le budget 2022, la moitié du peu plus de 9 milliards de reais du FNDCT était réservée aux ressources remboursables, qui ne seront probablement pas utilisées. Le plafond imposé par MP 1 136 n’est que de 5,555 milliards de reais cette année.

Au cours des dernières années, pour atteindre les objectifs budgétaires, il y a eu des contingences successives des fonds du FNDCT, empêchant les investissements nécessaires dans la science et la technologie. Bien que le budget du FNDCT ait augmenté chaque année, la réserve pour imprévus a encore augmenté, réduisant les ressources disponibles d’environ 1,6 milliard de BRL en 2017, en valeurs actualisées, à moins de 600 millions de BRL en 2021. Cela a motivé l’approbation de la loi complémentaire 177/2021. , avec un dispositif qui interdit les contingences ou les limitations sur les fonds du FNDCT.

Le veto du gouvernement à cette disposition a été renversé au Congrès national le 17 mars 2021. Cette année, le ministère de l’Économie a exercé sa capacité créative et sa licence poétique pour demander un blocus de 2,5 milliards de BRL, dans le but de contourner la règle. MP 1136/2022 constitue une nouvelle tentative de violer l’indépendance entre les puissances, au mépris de la volonté de la société exprimée par les décisions souveraines du Congrès.

En octobre 2018, le candidat toujours présidentiel a déclaré qu’il avait l’intention de porter les investissements dans la science et la technologie à 3 % du PIB en quatre ans ; en avril 2019, avant même d’avoir accompli 100 jours de mandat, le gouvernement faisait des contingences dans le secteur. Dans ce Feuilleles scientifiques ont averti, dans un sinistre pressentiment, que cela pourrait gravement affecter « des domaines importants, comme la lutte contre les épidémies émergentes (…) » (« Une réduction budgétaire de 42 % dans les entités scientifiques et technologiques », 03/04/19).

Dans le film « Casablanca », après avoir été témoin du meurtre de l’officier nazi, le chef de la police décrète : « Arrêtez les suspects habituels ! ». Tout au long de ce gouvernement, chaque fois qu’ils ont cherché à signaler l’austérité budgétaire, la science était un « suspect habituel ». Assez de tentatives d’extermination de la science dans notre pays, assez de « scientide » !

(Article initialement publié dans le journal Folha de S. PauloTendances éditoriales / Débats, le 09/09/22)

★★★★★