Le Brésil

Aux abois, Bolsonaro stimule le chaos et flirte avec le coup d’État

São Paulo – En raison de la conduite désastreuse de la lutte contre la pandémie et de l’aggravation de la situation économique du pays, le président Jair Bolsonaro est de plus en plus pris au piège. Les pressions se sont encore accrues, avec l’ex-président Luiz Inácio Lula da Silva susceptible de revenir sur le conflit électoral, maintenant qu’il a recouvré ses droits politiques. Comme d’habitude, Bolsonaro a répondu avec bravade et menaces. Ce jeudi (11), à habitent sur les réseaux sociaux, il a de nouveau attaqué les gouverneurs et les maires pour avoir pris des mesures restrictives pour tenter d’arrêter la propagation du nouveau coronavirus. Sans indiquer de solutions aux problèmes du pays, il a de nouveau signalé la possibilité d’une rupture institutionnelle avec le soutien des militaires.

Il a tenu à souligner qu’il est le «chef suprême» des forces armées, et qu’il peut prendre des «mesures extrêmes», sans préciser lesquelles, «si le peuple le veut», selon ses propres termes. « Comme il est facile d’imposer une dictature au Brésil », a-t-il déclaré à deux reprises.

Concernant les mesures restrictives imposées par les gouvernements locaux, Bolsonaro a déclaré qu’elles avaient tendance à provoquer des protestations et des rébellions, incitant indirectement ses partisans. «La personne affamée perd sa raison. Allez-y pour tout. Nous nous accrochons au pays. Je prévois un problème sérieux au Brésil. Je ne veux pas dire quels sont ces problèmes parce que je ne veux pas qu’ils disent que j’encourage la violence. Mais nous aurons de sérieux problèmes à venir », a-t-il déclaré.

Escalade

Selon l’avocat pénaliste José Carlos Portella Junior, du groupe Avocats et Démocratie pour la Démocratie (Caad), la société doit être attentive à l’escalade autoritaire du président. Avec ces menaces, il entend «mettre le peuple contre le mur», menaçant de recourir à la force. C’est une longue histoire de déclarations «criminelles», depuis l’époque où Bolsonaro était encore député fédéral, sans que les institutions réagissent avec l’énergie nécessaire contre ces arrestations.

Outre les déclarations du président, Portella a rappelé les menaces proférées par le général de réserve Luiz Eduardo Rocha Paiva. Mardi dernier (9), il a publié un texte sur le site Internet du Clube Militar, affirmant que «le point de rupture approche». C’était une réaction à la décision du ministre Edson Fachin, de la Cour suprême fédérale (STF), qui a annulé les condamnations prononcées contre Lula par Lava Jato.

«C’est une position criminelle, qui devrait être encadrée par le système judiciaire. Une position clairement fasciste et anti-démocratique, qui devrait attirer l’attention de l’aile progressiste. Il doit alerter la population brésilienne sur le danger de flirter avec un régime dictatorial à caractère fasciste, comme c’est celui qui nous a hantés entre 1964 et 1985. Bolsonaro utilise cette mémoire et cette rhétorique pour saper la fragile démocratie brésilienne », a déclaré Portela, dans une interview avec Glauco Faria, Journal actuel du Brésil ce vendredi (12).

En outre, un autre assaut autoritaire du gouvernement Bolsonaro a été d’annuler le statut d’amnistie politique accordé à 156 personnes persécutées pendant la dictature. Signées par le Ministre de la Famille, de la Femme et des Droits de l’Homme, Damares Alves, ces décisions annulent, par exemple, les pensions spéciales accordées à ces personnes.

Qui gagne?

Au lieu de prendre des mesures sanitaires et économiques pour garantir la préservation de la vie de la population, le président parie sur le «chaos», selon lui, pour qu’il puisse se présenter comme une sorte de «sauveur de la patrie». «Cela s’est produit à d’autres moments de l’histoire du monde, comme dans l’Allemagne hitlérienne; en Italie, avec Mussolini, ou avec Francisco Franco, en Espagne. Et au Brésil, avec les militaires qui ont pris le pouvoir en 1964. Ils ont également dit que le pays était dans le chaos. Un tel chaos que la droite et la bourgeoisie ont favorisé.

Comme dans ces autres moments, «les classes dominantes» sont les principales bénéficiaires de ce bouleversement social. L’augmentation du chômage, par exemple, fait baisser le coût du travail, obligeant le travailleur à accepter l’écrasement des salaires et la suppression des droits sociaux.

Pendant ce temps, le gouvernement promeut des actions de remise du patrimoine national au profit de la bourgeoisie. Comme dans le cas de la privatisation des entreprises publiques et de «l’indépendance» de la Banque centrale. Un autre exemple de ce type d’action est un dispositif approuvé dans le cadre du PEC dit d’urgence qui dissocie les ressources des fonds publics, leur permettant d’être utilisées pour l’amortissement de la dette publique et donc au profit du système financier.

«Il faut organiser la classe ouvrière et affronter ce discours fasciste. Qu’il ne s’agit que de défendre les intérêts de la classe dirigeante, se cachant derrière un masque de salut national », a déclaré Portela. Pour lui, tout cela est aussi une conséquence de la transition démocratique «incomplète» qui a eu lieu à la fin des années 80, qui n’a pas tenu pour responsables les responsables des exactions pendant la dictature.

Regardez l’interview

Rédaction: Tiago Pereira

Vous pourriez également aimer...