Le Brésil

Avec beaucoup de pluie et beaucoup de sécheresse, le temps se prépare pour l’agro – Jornal da USP

VNous aimons réfléchir sur les faits et les chiffres de l’agro en janvier et sur ce qui suivra en février. Dans l’économie brésilienne, concernant les attentes économiques pour cette année et l’année prochaine, le rapport Focus (Bacen) du 17 janvier a porté les attentes pour l’IPCA (indice général des prix à la consommation) pour 2022 à 5,09 %, et pour 2023 à 3,4 % Quant au PIB ( Produit Intérieur Brut), une croissance de 0,29% est attendue cette année et de 1,75% en 2023. Au taux Selic, le marché table sur 11,75% fin 2022 et 8% fin 2023. En échange, on devrait avoir 5,60 BRL fin 2022 et 5,46 BRL fin 2023.

Le début du mois de janvier a été marqué par le retour de la croissance des cas de covid-19 au Brésil, après la survenue dans plusieurs pays, notamment en Europe. Les économistes disent que l’augmentation des cas pourrait affecter les chaînes de production mondiales, permettant une croissance économique plus faible et la possibilité d’une hausse de l’inflation. Nous devons garder un œil sur cet aspect. Voyez la durée de cette vague et la gravité des hospitalisations, en espérant que ce soit rapide et pas si grave.

Dans l’agriculture mondiale et brésilienne, l’indice des prix alimentaires de l’Agence des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a cumulé un plus haut de 28,1 % en 2021, atteignant 133,7 points fin décembre. L’augmentation a été généralisée compte tenu de l’intervalle de 12 mois : les céréales ont augmenté de 27,2 % ; les huiles ont atteint un niveau record de 65,8 % ; le sucre a augmenté de 29,8 %, atteignant son plus haut niveau depuis 2016 ; la viande et les produits laitiers ont enregistré la croissance la plus faible, 12,7 % et 16,9 % respectivement. En ajoutant les variables des prix des intrants, de la pandémie mondiale et des conditions météorologiques instables, nous devons porter le problème de l’inflation alimentaire pour une autre année.

Dans le bulletin de janvier 2022, la Compagnie nationale d’approvisionnement (Conab) indique que la production céréalière de la récolte 2021/22 devrait être de 284,4 millions de tonnes ; volume inférieur de 2,3 % à celui estimé dans le rapport précédent, soit 6,7 millions de tonnes de moins – l’effet de sécheresses sévères, que nous commenterons ensuite. Malgré tout, la production totale devrait être supérieure de 12,5 % à celle enregistrée lors du cycle précédent. La superficie devrait croître de 4,5 % cette saison, atteignant environ 72,1 millions d’hectares. Pour la culture du soja, l’estimation porte sur une production de 140,5 millions de tonnes (+2,3%) sur une superficie de 30,4 millions d’hectares (+3,8%). En maïs, la production attendue est de 112,9 millions de tonnes (+29,7%), sur une superficie de 20,9 millions d’hectares (+5,1%). Les céréales sont une autre culture qui a été fortement affectée par le climat ; Il convient de rappeler que dans le rapport précédent, l’estimation était de 117,2 millions de tonnes. Enfin, le coton doit livrer 2,71 millions de tonnes de fibre (+14,8%) sur une surface estimée à 1,53 million d’hectares (+12,5%). Bien qu’ils soient positifs, la plupart des chiffres ont été révisés à la baisse en raison d’événements météorologiques.

Le climat est, dans une autre culture encore, le principal défi des producteurs brésiliens. D’une part, le taux élevé de précipitations dans les régions de Matopiba (Maranhão, Tocantins, Piauí et Bahia), en particulier dans les États de Tocantins et Bahia, a affecté les cultures en raison d’un excès d’humidité. En revanche, dans le Mato Grosso do Sul et dans d’autres États du sud du Brésil, la sécheresse a duré des semaines et a fait baisser les estimations de production – deux effets opposés au phénomène La Niña. Au Paraná, le gouvernement de l’État indique déjà une baisse de 40 % de la production céréalière de cette récolte d’été en raison des sécheresses ; tandis que dans la vallée de São Francisco, où le volume des pluies en décembre était équivalent à celui prévu pour toute l’année, les pertes calculées s’élèvent déjà à 45 millions de reais pour les producteurs de raisins et de mangues. Plus que jamais, il est temps de suivre ces événements et de comprendre comment le marché va se comporter avec l’actualité météo.

Côté opérations, la Conab souligne que, jusqu’au 8 janvier, les plantations de coton au Brésil atteignaient 35,5% de la superficie totale, contre 31,4% à la même date en 2021. Pour le maïs, l’agence indique le début de la récolte, avec des progrès sur 3,0 % de la superficie totale, contre 2,1 % à la même date en 2020/21 ; Rio Grande do Sul se démarque, qui a déjà atteint 13,0% de la superficie récoltée. Jusqu’à présent, la Conab n’indique pas de chiffres pour la récolte de soja, qui dans de nombreuses régions attend toujours une pause des pluies et une réduction de l’humidité des céréales pour commencer les opérations. Rappelons que le retard de la récolte des légumineuses peut compromettre les performances de la 2ème récolte de maïs, comme nous l’avons vu lors du dernier cycle.

À l’échelle internationale, le rapport du Département de l’agriculture des États-Unis (USDA) sur la récolte mondiale de maïs 2021/22 a réestimé la production de maïs à 1 206,9 millions de tonnes ; 0,1% inférieur à la valeur du mois précédent, mais 7,5% supérieur à l’offre de la récolte précédente. La baisse de ce mois est principalement due à la révision de l’offre des pays suivants : au Brésil, la production est passée de 118,0 (décembre) à 115,0 millions de tonnes (-2,5 %) ; en Argentine, de 54,5 à 54 millions de tonnes (-0,9 %) ; et dans l’Union européenne de 70,4 millions de tonnes à 69,9 (-0,5%). En Chine, la production estimée de céréales a été maintenue à 272,5 millions de tonnes ; et aux États-Unis, le chiffre a été révisé à la hausse, à 383,9 millions de tonnes (+0,3 %). Les stocks mondiaux de maïs ont été estimés à 303,0 millions de tonnes, en hausse de 3,7 % par rapport au cycle 2020/21.

En soja, la production mondiale a également été réajustée à la baisse ce mois-ci, désormais indiquée à 372,6 millions de tonnes ; 2,4 % de moins que le rapport de décembre, mais 1,7 % de plus que la production 2020/21. La réduction de l’offre mondiale est le résultat des révisions suivantes ce mois-ci : au Brésil, la production a été réestimée de 144,0 millions de tonnes à 139,0 millions de tonnes (-3,5 %) ; en Argentine, de 49,5 millions de tonnes à 46,5 millions de tonnes (-6,0 %) ; et au Paraguay, de 10,0 millions de tonnes à 8,5 millions de tonnes (-15,0%). La production aux États-Unis s’est maintenue à 120,7 millions de tonnes. En conséquence, les stocks mondiaux d’oléagineux devraient se situer à 95,2 millions de tonnes, soit une réduction de 4,7% par rapport au cycle 2020/21. Nous verrons comment les marchés réagiront, mais il est essentiel que nous continuions à suivre ces chiffres dans les mois à venir !

En décembre 2021, les exportations agroalimentaires brésiliennes ont atteint un nouveau record pour le mois, par rapport à la même période en 2020 ; 9,88 milliards de dollars US ont été vendus (+36,5%) et un volume de 15,6 millions de tonnes (+11,4%). L’augmentation du chiffre d’affaires s’explique à la fois par l’augmentation des volumes expédiés et par la hausse de 22,5 % des prix des produits. Le top 5 de la liste des exportations était composé de : 1er) complexe de soja avec 2,26 milliards de dollars US (+341,4 %), près de 23,0 % de tous les revenus agricoles, les céréales collectant 1,36 milliard de dollars US ; 2ème) la viande avec 1,67 milliards de dollars US (+10,9%), dont le bœuf vendu 725,4 millions de dollars US (-2,0%), le poulet 701,8 millions de dollars US (+29,9%) et le porc, 189,37 millions de dollars US (+0,6 ); 3ème) en troisième position se trouvent les produits forestiers, avec des ventes de 1,39 milliard de dollars US en décembre (+50,9%) ; 4ème) céréales, farines et préparations en quatrième, avec 1,05 milliard de dollars US (+4,3%) ; 5ème) et, enfin, nous avons le complexe sucre-énergie avec des revenus de 854,1 millions de dollars (-12,2%).

Les importations du secteur en décembre 2021 ont totalisé 1,43 milliard de dollars, en hausse de 5,6%. Le blé et le maïs ont été les deux principaux produits achetés sur le marché extérieur par le Brésil : 126,4 millions de dollars EU (+88,9%) et 106,4 millions de dollars EU (+181,7%), respectivement. En conséquence, le secteur a dégagé un solde positif de 8,45 milliards de dollars US au cours du mois.

En 2021, l’agro brésilien a accumulé des records de ventes à l’étranger ! Il y avait 120,6 milliards de dollars d’exportations (+19,7%) ce qui, après actualisation des 15,5 milliards de dollars d’achats (+19,2%), nous a donné un solde de 105,1 milliards de dollars (+19,9%) ; 17,4 milliards de dollars de plus en un an ! C’est notre agro qui continue de contribuer au renforcement de l’économie et au développement de notre nation !

Dans les filières d’élevage, la viande bovine termine 2021 avec une baisse de 7,0 % des volumes exportés et une hausse de 9,0 % des revenus ; total de 1,867 million de tonnes et 9,236 milliards de dollars EU. La baisse des volumes est le résultat des restrictions imposées par la Chine, un fait que nous évoquions dans notre chronique des mois précédents. L’augmentation des revenus est due à l’appréciation des protéines de bœuf sur le marché international. L’année dernière, les États-Unis sont devenus le deuxième importateur de bœuf brésilien, juste derrière la Chine. Au total, 104 pays ont augmenté leurs achats de protéines brésiliennes, tandis que 68 autres ont réduit leurs importations, selon Abrafrigo (Association brésilienne des réfrigérateurs).

Toujours sur les grands chiffres de 2021, la Valeur Brute de la Production Agricole (GVP) a atteint la barre incroyable de 1.129 trillions BRL, ce qui représente une croissance de 10,1% par rapport à 2020 (1.025 trillions BRL), selon les données recueillies par Mapa ( Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Approvisionnement). Les cultures ont rapporté 768,4 milliards BRL (+12,7%), tandis que l’élevage a totalisé 360,8 milliards BRL (+4,9%). En ce qui concerne les cultures, le soja, le maïs et le coton se sont démarqués, représentant ensemble près de 50 % du total. Pour 2022, le gouvernement s’attend à un GVP de 1 162 milliards de BRL, soit 2,9 % de plus que l’année dernière. Nous sommes dans la foule !

Au cours du second semestre de l’année dernière (juillet à décembre), les producteurs ruraux brésiliens ont contracté 159,7 milliards de reais de crédit rural, un volume supérieur de 30 % à celui enregistré au cours de la même période en 2020. Les plus grands sauts ont été enregistrés dans les catégories suivantes : « soutien marketing » avec 65 % (17,3 milliards R$) ; « costing » avec 29 % (86,6 milliards R$) ; « investissements » en hausse de 24 % (46,7 milliards R$) ; et « l’industrialisation », qui a augmenté de 23 % (8,8 milliards de reais). Il convient toutefois de mentionner que malgré la croissance du volume financier, le nombre de contrats a diminué de 7 % sur la période.

La Société brésilienne de recherche agricole (Embrapa) travaille à la construction d’une agriculture plus durable. Parmi les principaux axes de l’organisation pour 2022 figure la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les grands paris portent sur l’amélioration génétique des plantes fourragères pour améliorer leur digestibilité, l’amélioration génétique animale pour raccourcir la période d’abattage et l’utilisation d’additifs qui réduisent les émissions de méthane.

Le Groupe Mantiqueira a commencé ses activités dans la vente au détail d’œufs et d’accessoires pour la préparation des aliments. Deux magasins de 50 m² ont été ouverts en décembre, l’un à Moema et l’autre à Chácara Santo Antônio, à São Paulo, dans le but de se rapprocher du consommateur final. Le groupe a toujours l’intention d’étendre ses activités en travaillant sous un format de franchise, en proposant son portefeuille d’œufs et d’autres produits complémentaires.

Dans un rapport informatif publié par la Fédération des industries de l’État de São Paulo (Fiesp), concernant les prix moyens des principaux produits de base de l’agriculture brésilienne en 2021, nous avons le bilan suivant : l’indice FAO des prix alimentaires a clôturé l’année avec un moyenne de 186,60 points (+28,1%) ; le soja était au prix de 170,0 R$/sac (+40,1 %) ; maïs à une moyenne de 91,60 R$/sac (+55,8 %) ; le coton à 11 582 R$/tonne (+70,7%) ; et le taux de change a terminé 2021 avec une moyenne de 5,41 R$/US$ (+3,2 %).

Pour conclure notre analyse générale de l’agro, les prix des principaux produits à la fin de cette colonne étaient : le soja pour livraison dans une coopérative à São Paulo était à 172 R$/sac et 173 R$/sac pour juin et 167 R$ pour février 2023, une légère augmentation. Pour le maïs, le prix actuel est de 97,00 BRL/sac et la livraison en août 2022 est fermée à 73 BRL/sac. Coton fermé à 224 R$/arroba et pour juin 2022 à 184/arroba ; et le bétail sur pied à 330 R$/at, avec une augmentation significative.

Les cinq faits agro à suivre en février sont :

• Au quotidien, la météo et la qualité des récoltes dans l’hémisphère sud, principalement le Brésil et l’Argentine. Puisque l’évolution des effets de la sécheresse sur les cultures dans le Sud et MS et même l’excès de pluie (BA, GO, MG) pose problème, suivez attentivement ;
• La situation mondiale de crise énergétique (pénurie de charbon, prix du pétrole, gaz naturel et autres) ;
• Le comportement d’achat, de tarification et de fourniture de pesticides et d’engrais ;
• Les effets de la variante ômicron (augmentation de l’incidence du coronavirus) en Europe et en Asie, en surveillant au jour le jour ce qui se passe dans les pays et notamment au Brésil ;
• L’évolution du cadre politique et économique au Brésil et les conséquences sur le taux de change.

Vous pourriez également aimer...