Le Brésil

Avec la privatisation des raffineries, «  le Brésil pourrait devenir un Venezuela  »

São Paulo – Le plan de désinvestissement élaboré par Petrobras ces dernières années, avec la vente de plusieurs actifs, va à l’encontre des politiques adoptées par les principaux producteurs mondiaux de pétrole. Avec l’avancée de la production de pré-sel, le Brésil est déjà le dixième producteur mondial.

Petrobras a terminé 2020 avec une production record de pétrole et de gaz naturel, de 2,836 millions de barils équivalent pétrole par jour, en hausse de 2,4% par rapport à l’année précédente. En ce sens, comme cela s’est produit dans d’autres pays, l’effort devrait être d’étendre le parc national de raffinage. Cependant, parmi les «désinvestissements» envisagés par la direction de l’entreprise publique, il y a la vente de huit des 13 raffineries réparties sur le territoire national.

Le mois dernier, Refinaria Landulfo Alves (Rlam), à Bahia, a été vendue à Mubadala Capital, le fonds d’investissement d’Abhu Dhabi, pour 1,65 milliard de dollars. On dit que trois autres raffineries sont à un stade avancé pour être également privatisées.

Selon l’Institut d’études stratégiques du pétrole, du gaz naturel et des biocarburants (Ineep), Rlam a été vendu pour moins de 50% de sa valeur. Selon les calculs de l’institut, la valeur marchande de Rlam se situerait entre 3 et 4 milliards de dollars américains. Sa privatisation a également été l’une des raisons du déclenchement de la grève des pétroliers.

Outre le prix jugé dégradant, le démantèlement du parc de raffinage devrait rendre le Brésil encore plus vulnérable à la variation des prix du pétrole sur le marché international. En conséquence de la politique de parité des prix internationaux (PPI), Petrobras a choisi d’importer des produits pétroliers, réduisant la capacité de raffinage pour favoriser l’exportation de pétrole brut. Le résultat est que les prix des carburants sur le marché intérieur sont montés en flèche depuis le début de l’année, également en raison de la dévaluation du real.

Demande intérieure

Selon l’économiste Cloviomar Cararine, de la sous-section Dieese de la Fédération unique des travailleurs du pétrole (FUP), le parc de raffinage de Petrobras a la capacité de répondre pleinement à la demande interne de carburants. À pleine capacité, les 13 raffineries pourraient raffiner environ 2,4 millions de barils par jour. La demande totale du pays, en revanche, serait d’environ 2,3 millions de barils. Cependant, les raffineries fonctionneraient à environ 76% de leur capacité, la différence étant compensée par l’importation de produits pétroliers.

«Malheureusement, depuis 2016, Petrobras a réduit sa capacité de production de carburant. L’année dernière, par exemple, elle s’élevait à 1,8 million de barils par jour, soit environ 76% de la capacité des raffineries. Cela a à voir avec la stratégie mise en place par Petrobras, en ce moment récent, pour réduire le raffinage interne et augmenter les exportations », a déclaré Cararine, dans un entretien avec Glauco Faria, à Journal actuel du Brésil À partir de cette semaine.

Il souligne que tant les grandes compagnies pétrolières privées anglo-américaines que les entreprises étatiques des pays nordiques, du monde arabe et aussi de la Chine ont cherché à étendre leur capacité de raffinage, parallèlement à l’augmentation de l’exploration pétrolière. La seule exception parmi les grands producteurs est le Venezuela.

«Le Brésil va actuellement à contre-courant de ce que fait le monde qui produit du pétrole. Nous sommes parmi les 10 plus gros producteurs, et aucun d’entre eux n’adopte cette stratégie », a déclaré l’économiste. La principale conséquence, selon lui, sera l’augmentation continue des prix des carburants.

Cas vénézuélien

En raison de la crise interne et du blocus économique imposé par les États-Unis, le Venezuela n’a pas privatisé, mais il subit un processus de mise au rebut de son parc de raffinage, réduisant ces dernières années sa capacité de production de carburant. De plus, les Vénézuéliens ont du mal à importer le pétrole léger nécessaire pour se mélanger au pétrole lourd produit dans le pays. À la fin de l’année dernière, par exemple, le pays a été renfloué par l’Iran, qui a envoyé une flotte de navires chargés de diesel et d’essence.

«Il y a une certaine crainte que le Brésil se tourne vers le Venezuela, mais nous allons dans cette direction. C’est un pays qui a de plus en plus réduit sa consommation de produits pétroliers pour augmenter ses exportations de pétrole. Le prix du pétrole a légèrement augmenté et Petrobras a lancé ce processus d’exportation », a souligné Cararine. Selon lui, au lieu de céder son parc de raffinage, le Brésil devrait le renforcer davantage, en vue de devenir un exportateur de produits pétroliers. Et pas seulement du pétrole brut.

Regardez l’interview


Vous pourriez également aimer...