Le Brésil

Avec l’annonce de clôture et le licenciement, le métallurgiste Ford refuse de reprendre la production

São Paulo – Trois semaines après l’annonce de la fermeture au Brésil, les travailleurs de Ford hésitent à reprendre la production. Mardi (2), le Syndicat des métallurgistes de Camaçari (BA) a tenu une assemblée pour parler de l’avancement des négociations avec l’entreprise, essentiellement pour discuter de la rémunération des salariés.

« Il n’est pas juste que le travailleur retourne à l’opération lorsqu’il est licencié, qu’il n’y a plus de travail », a déclaré le président du syndicat Júlio Bonfim. « Si Ford a mis fin à ses activités et qu’il n’y a aucune chance de rester à Camaçari, alors négociez la compensation équitablement », a-t-il ajouté. L’entité maintient une orientation selon laquelle «personne ne retourne à la ligne de production pour terminer un produit en attente».

Audition et plainte

Mercredi (3), la Commission des droits de l’homme et des minorités de la Chambre organise une audition virtuelle sur les impacts du départ du constructeur automobile. «Nous avons déposé une plainte contre Ford pour non-respect de plusieurs accords. Nous espérons que Ford respecte le travail et les travailleurs du Brésil et que nous pourrons récupérer les bénéfices définis dans ces accords », a affirmé le directeur du syndicat ABC des métallurgistes Carlos Caramelo.

Il a participé hier à une assemblée avec les travailleurs de Ford à Taubaté, à l’intérieur de São Paulo. La plainte est également signée par IndustriALL do Brasil et Unisol Brasil. Cela inclut des problèmes tels que le manque de communication préalable avec les gouvernements et l’absence de négociation avec les représentants des employés, en plus du non-respect des directives internationales.

L’affaire sera également discutée jeudi à 11 heures par le Conseil national des droits de l’homme. Des auditions ont déjà eu lieu à la Chambre elle-même et à l’Assemblée législative de São Paulo.

Vous pourriez également aimer...