Le Brésil

Avec les charognards et les sans-abri, Lula parle d’un gouvernement concerté. « Bolsonaro va s’éclipser »

São Paulo – Au cours de la première année de son mandat, en 2003, le président de l’époque, Luiz Inácio Lula da Silva, a participé pour la première fois au Noël des Catadores et a remporté le titre d’« Amigo do Catador ». À la fin de son deuxième mandat, en 2010, l’un de ses derniers engagements officiels était lors du même événement, célébrant l’entrée en vigueur de la Politique nationale des déchets solides (Loi 12 305). Ce mercredi (22), Lula a rencontré des charognards et aussi des sans-abri, à São Paulo, et a parlé d’un gouvernement de « conciliation » à partir de 2023. (Jair Bolsonaro) Il va partir tranquillement, car le peuple brésilien va portez-lui un coup et destituez-le de la Présidence de la République ».

Lors de la réunion de cet après-midi, au Syndicat des employés de banque, dans la région centrale de São Paulo, le membre du PT a entendu des témoignages, « interviewé » des personnes, reçu des panettones faits par la population des sans-abri et même entendu une demande d’un représentant de la déchet. cueilleurs, Claudete Costa, qui a dit vouloir devenir ministre de l’Environnement dans l’administration Lula. Il a plaisanté en disant qu’il n’avait pas été élu et ne pouvait pas promettre d’emplois, mais a déclaré qu’il était sûr qu’elle ferait beaucoup mieux que « ce gars qui était le ministre de Bolsonaro ». Il a reçu une autre demande : « Nous voulons que vous signiez la Politique nationale pour les sans-abri ».

faim, violence et grippe

De Sebastião, Walter, Darcy, Régis (Jamaïque), Edvaldo, Robson et d’autres, Lula a entendu des reportages sur la pauvreté et les difficultés à surmonter, de nombreuses plaintes contre les violences policières et la négligence des pouvoirs publics. Le Père Júlio Lancellotti, de la Pastoral do Povo da Rua, de l’archidiocèse de São Paulo, a parlé de la faim et de la récente épidémie de grippe, qui frappe « durement » la population. « Dans les unités de base, il n’y a pas de dipyrone », a-t-il prévenu.

La protection sociale n’est pas qu’un transfert de revenus, a rappelé le prêtre. « Nous devons nous débarrasser des vestiges de la loi sur la sécurité nationale et de la loi sur le terrorisme. » Il a noté que la population de sans-abri a augmenté à un rythme plus rapide que la croissance démographique. Avant de lire un passage de l’Évangile de Luc, il a également évoqué le slogan du gouvernement actuel : « (Dieu) est au milieu de nous. Pas au dessus. Celui qui dit que Dieu est au-dessus est un proto-fasciste ».

Deux anciens maires de São Paulo étaient présents : Fernando Haddad, qui devrait se présenter pour le gouvernement de l’État, et l’ancienne membre du PT Marta Suplicy, qui a qualifié Lula de « combattant, qui a un objectif, une ligne directrice, une force interne ». Le président du PT, le député Gleisi Hoffmann (PR), a également fait une brève déclaration.

Après avoir interrogé des représentants du mouvement sur leurs rêves, Lula a récupéré la question. Il a parlé d’un pays meilleur et a ajouté : « Nous commencerons à réaliser ce rêve le 1er janvier 2023 ».

un psychopathe au pouvoir

L’ancien président a déclaré qu’il fallait « humaniser » la société brésilienne et « extirper » la haine. Et il a défendu un changement d’agenda. « Pourquoi élisons-nous un gouvernement, un maire, un gouverneur ? Cela n’a de sens que si ces personnes prennent soin des intérêts de la majorité du peuple », a-t-il affirmé. Pour lui, le Brésil traverse une crise sans précédent, non seulement économique et sociale, mais aussi morale, de manque de respect, de solidarité et d’affection. Et « la crise d’un psychopathe qui dirige ce pays, qui se moque des 600 000 vies perdues à cause du covid ».

Selon Lula, l’actuel président « n’a aucun sentiment », il ne s’est jamais rendu dans un hôpital, ni n’a parlé à un proche d’une victime du covid-19. Il a exhorté les gens à continuer à se prévenir. « Nous allons devoir nous faire vacciner, nous allons devoir porter un masque et nous allons devoir éviter les grandes foules. »

regagner la souveraineté

Le membre du PT a de nouveau souligné le rôle de l’État dans l’économie. « Quand il y a crise, les auteurs de la crise disparaissent et l’État apparaît. Nous devons faire un effort concerté. Et c’est mon objectif. Il n’y a qu’une seule raison pour que je sois à nouveau candidat : ​​je veux prouver qu’il nous est possible de reconquérir la souveraineté. Prendre soin de ses frontières, de son espace aérien, de ses forêts, de son eau, améliorer la vie des gens », a déclaré Lula.

Dans la dernière partie de son discours, il a évoqué les effets négatifs de la « disgrâce du lave-auto », qui, en plus de le retirer de la course électorale en 2018, a contribué à détruire des millions d’emplois et l’industrie pétrolière et gazière, selon une étude de la Diète. Et d’ajouter, sans citer de noms : « Mais on va les tabasser. Ils n’ont aucune idée de ce que c’est que de survivre sans la protection de la toge.

Vous pourriez également aimer...