Le Brésil

Barroso clôt l’année au TSE en déclarant que « les institutions ont résisté et ont éliminé le fantôme de la régression »

São Paulo – Fin 2021, année marquée par un affrontement entre l’Exécutif et le Pouvoir judiciaire sur les modalités de vote, le président du Tribunal électoral supérieur (TSE), Luís Roberto Barroso, a évoqué la démocratie et les revers. « Le retard a entouré nos vies de manière menaçante », a déclaré le ministre. « Le bilan positif de tout ce que nous avons vécu, c’est que les institutions ont résisté et ont enlevé le fantôme de la régression, de la rupture de la légalité constitutionnelle, des aventures autoritaires qui se terminent toujours par un échec », a-t-il déclaré.

Le gouvernement et ses alliés au Congrès ont exercé des pressions constantes pour approuver le vote dit imprimé lors des élections de 2002. Un processus a même été marqué par des menaces présidentielles contre les autorités électorales. En août, la Chambre a rejeté la proposition d’amendement de la Constitution du gouvernement (PEC), qui a fini par être abandonnée.

Nouvelle direction

« Au cours de l’année, nous avons dû dépenser beaucoup d’énergie à débattre des mauvais problèmes », a déclaré Barroso. « Nous avons discuté de ne pas revenir au vote sur papier alors que nous devions discuter, en matière électorale, de la démocratisation des partis, qui ne peuvent pas avoir de propriétaires ou de commissions provisoires permanentes. »

Lors de la même séance, Edson Fachin a été élu président du TSE. L’inauguration ne devrait avoir lieu qu’en février, à la fin du mandat de Barroso. Fachin restera en fonction jusqu’au 17 août, date à laquelle le ministre Alexandre de Moraes prendra la relève. Qui sera donc responsable du processus électoral.

Vous pourriez également aimer...