Le Brésil

Bibliodiversité, présent et futur du livre – Jornal da USP

Le colloque international « Pour un droit de la bibliodiversité » est le thème de cette semaine du professeur Marisa Midori

par Claudia Costa

En colonne Bibliomanie cette semaine, l’enseignante Marisa Midori parle du symposium Pour une loi de la bibliodiversité, qui a eu lieu à l’Institute for Advanced Studies (IEA) de l’USP, réunissant des chercheurs, des libraires, des éditeurs, des représentants d’organisations professionnelles du livre, des enseignants de lecture et la classe politique. Selon elle, c’était la première réunion de cette ampleur à être organisée par une université.

« Et pourquoi un colloque international pour discuter de la bibliodiversité ? La devise de la rencontre était la célébration du 40e anniversaire de la loi Lang en France », explique le professeur, résumant ce que propose cette loi : « En août 1981, les deux chambres françaises ont voté, à la quasi-unanimité, le projet de loi défendu par le alors ministre de la Culture Jack Lang, qui a mis en place la régulation des prix du livre sur le marché de l’édition française. Depuis, les remises sur les lancements ne peuvent excéder 5 % pendant une période de deux ans. Considérant que les éditeurs et les libraires s’attendent à tirer les bénéfices les plus importants des livres nouvellement publiés, la loi a permis des conditions de concurrence égales pour tous les professionnels liés à la chaîne de production et de distribution du livre ».

Pour l’enseignant, la loi favorisait la bibliodiversité, même si ce mot n’était pas en usage à l’époque. « Il a permis une plus grande capillarité des librairies à travers le pays, tout en boostant la production des petits et moyens éditeurs non actifs dans les circuits de meilleurs vendeurs. Le client a profité de ce cercle vertueux de l’économie du livre, car l’augmentation des tirages a fait baisser le coût de production, donc le prix de la couverture », explique Marisa.

Ainsi, plusieurs questions se sont posées, telles qu’énumérées par l’enseignante : Dans quelle mesure était-il possible de profiter de l’expérience française ? Quels sont les termes du projet de loi au Sénat fédéral? Que disent les chercheurs des éditeurs sur le passé et l’avenir du marché de l’édition ? Et, bien sûr, quelle est la position des entités du livre, à savoir la Chambre brésilienne du livre (CBL), l’Union nationale des éditeurs de livres (SNEL), l’Association nationale des librairies (ANL) et la Ligue brésilienne des éditeurs ( gratuit) à ce sujet ? »


Bibliomanie
La colonne Bibliomanie, avec le professeur Marisa Midori, est diffusé tous les vendredis à 9h00, sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, avec la production de Jornal da USP et TV USP.

.

Vous pourriez également aimer...