Le Brésil

« Blesser une femme, c’est outrager Dieu », a déclaré le pape François lors de la première messe de 2022

São Paulo – Lors d’une messe célébrée ce samedi matin (1er) dans la basilique Saint-Pierre, marquant la 55e Journée mondiale de la paix, le pape François a appelé à la fin des violences faites aux femmes.

« Que de violences contre les femmes ! Assez! Blesser une femme, c’est insulter Dieu, qui a pris l’humanité d’une femme. Pas d’un ange, pas directement, mais d’une femme », a déclaré le pontife dans son homélie. Le pape a renforcé le message qu’il a laissé à Noël, lorsqu’il a prié pour les victimes des violences qui « font rage en cette période de pandémie ».

Toujours dans l’homélie, Francisco a souligné le « regard inclusif » des mères, qui « surmonte les tensions en gardant et en méditant sur le cœur ». « C’est un regard concret, qui ne se laisse pas conditionner par l’inconsolation ou paralysé par les problèmes, mais les place sur un horizon plus large », a-t-il souligné.

Des temps incertains et difficiles

Ce samedi également, le Pape s’est adressé aux personnes présentes sur la place Saint-Pierre avant la récitation du premier ange de 2022, soulignant que le monde a besoin « d’artisans de la fraternité » pour surmonter les défis de la nouvelle année. « Si nous devenons artisans de la fraternité, nous pourrons renouer les fils d’un monde déchiré par les guerres et la violence », a-t-il déclaré.

« Vous n’avez pas besoin de rompre et de vous plaindre, mais de retrousser vos manches pour construire la paix », a-t-il déclaré, notant que le scénario actuel continue d’être affecté par le covid-19. « Nous vivons toujours une période incertaine et difficile en raison de la pandémie. Beaucoup ont peur de l’avenir et sont dépassés par les situations sociales, les problèmes personnels, les dangers qui viennent de la crise écologique, des injustices et des déséquilibres économiques mondiaux.

Vous pourriez également aimer...