Le Brésil

«  Bolsonaro a bluffé avec l’armée et a pris une contre-attaque  », déclare un politologue

São Paulo – La «réforme ministérielle» de Jair Bolsonaro, qui a provoqué une crise militaire cette semaine, c’était une tentative de faire un mouvement d’autoprotection. Mais le président reste piégé et affaibli. «Il a bluffé avec les militaires et a pris une contre-attaque», explique Oswaldo Amaral, professeur à l’Institut de philosophie et des sciences humaines de l’Université d’État de Campinas (Unicamp). Afin de ne pas mécontenter davantage les commandants (par exemple en ne respectant pas le critère militaire d’ancienneté), le chef du gouvernement a été contraint d’accepter un général qui n’était pas de sa préférence pour commander l’armée, Paulo Sérgio Nogueira. L’armée aurait un profil similaire à celui d’Edson Leal Pujol, qui, parce qu’il ne contrôlait pas, le président voulait et réussissait à voir hors de commandement. Mais Bolsonaro «a du mal à arriver à la fin de son mandat», dit Amaral.

Le mouvement de Bolsonaro n’impliquait pas seulement les militaires. En plus de céder et de renvoyer Ernesto Araújo do Itamaraty, sous la pression de toutes parts, il est symptomatique que le chef du ministère de la Justice et le procureur général de l’Union aient également changé. André Mendonça quitte la justice et retourne à l’AGU. Et le secrétaire à la sécurité publique du district fédéral, Anderson Torres, un délégué fédéral lié au banc de balle, est allé au tribunal. Avec cela, Bolsonaro tente de se protéger dans un scénario où le processus de destitution est déjà possible.

Ainsi, il essaie de s’articuler en s’adressant aux secteurs de la justice, militaires et politiques, et ici Arthur Lira (PP-AL), maire et commandant de Centrão, qui a adjoint Flávia Arruda (PL-DF) au secrétaire du gouvernement. «Flávia ne négociera avec Bolsonaro que ce que veut Lira. Il défendra les intérêts de la propre base parlementaire de Lira lors de la négociation d’amendements, dans un contexte où le budget est chaotique et l’argent manque », déclare le professeur. Il ne faut pas oublier qu’il appartient au maire d’engager un processus de destitution.

Centre-droit

Malgré la catastrophe sanitaire et l’instabilité politique, voire en raison d’elles, les éléments du conseil national de la politique évoluent vers 2022. Mercredi (31) soir, un groupe de six postulants au palais du Planalto a publié une lettre en défense de la démocratie et la Constitution. Ciro Gomes, João Amoêdo, les gouverneurs João Doria (SP) et Eduardo Leite (RS), l’ancien ministre Luiz Henrique Mandetta et le présentateur Luciano Huck signent le document.

Le mouvement des six s’inscrit dans le sillage de la crise politico-militaire provoquée par le président Jair Bolsonaro, avec la démission du désormais ex-ministre de la Défense, Fernando Azevedo e Silva. L’épisode a soulevé des tensions dans le pays et, à juste titre, a concerné les secteurs démocratiques. Le manifeste est également une réponse à la rentrée de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva sur la scène politique, avec le discours du 10 mars.

Ciro, Amoêdo, Doria, Leite, Mandetta et Huck ont ​​tenté d’occuper le vide formé au centre et à droite dans le spectre politique depuis les élections de 2018, lorsque la candidature de Geraldo Alckmin (PSDB) a coulé. L’idée du groupe est d’occuper ce vide et même des parties du centre-gauche. Il vise à attirer l’électorat qui n’aimerait voter ni pour Lula ni pour Bolsonaro. Il s’inscrit également dans le contexte de la crise militaire armée par le président.

Contexte imprévisible

Le groupe de six est assez hétérogène et se trouve dans un contexte imprévisible. «Il est difficile d’imaginer qu’une action aura désormais un effet dans un an et demi. L’économie pourrait s’effondrer profondément si les décès de covid continuent d’augmenter. Tout peut changer », s’interroge l’analyste d’Unicamp. «Ils essaient de signaler la tentative de construire une troisième voie de centre-droit, pour empêcher Bolsonaro de se rendre au deuxième tour. Bien que, idéologiquement, Ciro ne fasse pas partie de ce groupe, il signale qu’il accepterait de composer. L’idée est d’attirer les tristes électeurs de Bolsonaro qui ne veulent pas voter pour la gauche.

Lula, de l’avis de l’analyste, est revenu avec une stratégie «bien faite». «Il fait signe au centre et aux anciens électeurs qui ont déjà voté pour lui au moment du boom économique, mais qui lors des dernières élections ont voté contre Bolsonaro pour tout et pour tout le monde. Ce ne sont pas des électeurs idéologiques, mais principalement issus d’une classe moyenne inférieure qui a augmenté entre 2002 et 2010, principalement, est sortie de la pauvreté et a vu les choses se compliquer à partir de 2015, 2016. »

Signalisation pour le dialogue

Il semble implicite que le groupe «officialisé» mercredi, s’il reste cohésif, n’aura une chance que s’il ne «pulvérise» pas les candidatures. Ainsi, les noms avec moins de ballast pour tenir une candidature devraient renoncer aux revendications individuelles pour un billet capable de courir pour le second tour, avec la promesse d’intégrer un futur gouvernement futur. «Il y a beaucoup de désaccord dans le groupe, mais cela représente un signal de dialogue. Il pointe, sinon vers une candidature au second tour, au moins un accord pour rendre le soutien possible. »

Amaral souligne qu’il s’agit d’une analyse «dans un monde normal». Mais le scénario de crise est très volatil et on ne sait même pas si Bolsonaro atteindra la fin de son mandat. La semaine dernière, Arthur Lira a mis en garde le président, parlant de « médicaments amers » disponibles au Congrès. Le message a été évalué par le politologue Leonardo Barreto comme un signe que la situation est de plus en plus difficile pour Bolsonaro et qu’un processus de destitution existe déjà à l’horizon. Avec une évaluation similaire, le directeur de Diap, Antônio Augusto de Queiroz, a déclaré que Bolsonaro n’a jamais été aussi proche de la destitution.

Vous pourriez également aimer...