La Colombie

Bolsonaro a soutenu la tenue du tournoi au Brésil

01 juin 2021 – 11h05



Pour:

AFP / El País

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a déclaré mardi que, si cela dépendait de son gouvernement, son pays organiserait la Copa América-2021, dans le but de réduire l’incertitude sur la tenue du plus ancien tournoi par équipe nationale au monde.

Lundi soir, le ministre de la Maison civile (cabinet), Luiz Eduardo Ramos, a déclaré que la célébration du tournoi au Brésil, annoncée quelques heures auparavant par la Conmebol, n’avait pas été confirmée.

Cela peut vous intéresser: Lima, une bonne place pour l’équipe nationale colombienne dans l’histoire de l’Éliminatoire

Ramos a expliqué que le gouvernement brésilien a mis des conditions à la Confédération brésilienne de football (CBF) pour le tournoi, initialement prévu pour 2020, de sorte qu’il n’y ait pas de public et que tous les membres des délégations soient vaccinés.

« Demain (mardi) nous aurons une position définitive », a déclaré le ministre.

Même sans déclaration officielle, ce mardi Bolsonaro s’est limité à commenter sa position personnelle.

« Si cela dépend de moi et de tous les ministres, y compris de la Santé, c’est déjà arrangé, il y aura (l’America’s Cup) », a-t-il déclaré devant la résidence officielle de Brasilia où il s’est arrêté, comme d’habitude, pour s’entretenir avec des adeptes.

« Copa América, oui, j’ai été consulté hier par la CBF. J’ai parlé avec tous les ministres intéressés et de notre côté, positif », a déclaré mardi Bolsonaro interrogé sur le tournoi par l’un de ses partisans.

La Conmebol a emmené son siège en Argentine dimanche, où la pandémie de covid-19 s’est aggravée, et dix jours avant, elle a fait de même avec la Colombie à la suite de l’épidémie sociale dans ce pays qui fait des dizaines de morts.

Et, dans une tournure inattendue, il l’a décernée au Brésil, qui a accueilli la dernière Copa América, en 2019, remportée par Dani Alves.

L’instance dirigeante du football sud-américain a remercié lundi Bolsonaro d’avoir ouvert les portes du tournoi, qui se jouera du 13 juin au 10 juillet.

La nouvelle a généré une vague de critiques en raison de la crise sanitaire au Brésil, le deuxième pays avec le plus de décès par covid dans le monde (près de 463 000), dépassé seulement par les États-Unis. Les spécialistes craignent également une troisième vague de pandémie.

Pour Bolsonaro, les critiques sont sans fondement et sont dues à des attaques de la presse motivées par des litiges sur les droits de diffusion des parties.

Vous pourriez également aimer...