Le Brésil

Boulos défend son unité pour vaincre Bolsonaro et les toucans en SP

São Paulo – Le professeur et coordinateur du Mouvement des travailleurs sans domicile (MTST) Guilherme Boulos était l’invité de ce jeudi (28) du programme Entre les vues commandé par Juca Kfouri. Il a commenté les attentes pour le scénario électoral de l’année prochaine. Selon Boulos, ce sera l’un des différends les plus polarisés de l’histoire du pays. Vaincre le portefeuille, ainsi que mettre fin à l’hégémonie de Tucana à São Paulo, sont ses objectifs pour 2022.

Boulos a défendu un « front large », qui travaille déjà, selon lui, à préserver la démocratie brésilienne, contre les ravissements autoritaires de Bolsonaro. Selon le leader du MTST, l’unité est également la clé pour mettre fin aux trois décennies de domination PESSEDBiste au sein du gouvernement de São Paulo. Boulos est un pré-candidat pour Psol dans le litige pour la succession de l’actuel gouverneur João Doria (PSDB).

« Pour vaincre la machine PSDB, je crois vraiment en l’unité. Je ne crois pas vraiment à l’autosuffisance, je ne crois pas à l’arrogance ou aux projets propres à chacun. Nous avons fait un effort pour atteindre une unité en 2022, également ici à São Paulo. Construisez-le au niveau national contre Bolsonaro, et ici à São Paulo aussi contre Doria », a-t-il déclaré.

Boulos a souligné que « la machine tucana est puissante », surtout à l’intérieur de l’État. Pour le surmonter, il a déclaré qu’il avait essayé de se rapprocher de diverses légendes du domaine progressif. « Nous avons eu des dialogues avec différentes parties, dont Haddad et le PT. Mais aussi avec le PCdoB, Rede, PDT, PSB », a-t-il déclaré. « Si nous voulons renverser ce jeu dans l’État, la meilleure voie est l’unité », a-t-il ajouté.

Pas de place pour la troisième voie

Au niveau national, Boulos a commenté le rôle des médias traditionnels pour affaiblir Bolsonaro et tenter de rendre viable la soi-disant «troisième voie». Cependant, compte tenu des chiffres de Bolsonaro dans les derniers sondages et des avantages dont il bénéficie toujours à la présidence, il a déclaré qu’il estimait que les possibilités de cette supposée alternative sont réduites.

« Soyons francs, si Bolsonaro maintient ce niveau de 25 à 30 % d’intentions de vote, il n’y a pas de place pour la croissance d’une troisième voie. Ce que veut la plupart de l’établissement, c’est un Bolsonaro civilisé, qui sait manger avec un couteau et une fourchette. Et pour avoir un espace social et politique pour cela, il fallait affaiblir Bolsonaro », a-t-il analysé.

Pour Boulos, le scénario le plus probable pour les élections de l’année prochaine sera une confrontation entre Bolsonaro et l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva. « Si rien de très nouveau ne se produit dans la situation brésilienne, c’est le scénario que nous allons avoir. Et puis, les médias et une bonne partie de l’élite économique brésilienne feront leur choix. Franchement, j’ai du mal à croire qu’ils seront de notre côté », a-t-il taquiné.

Front large pour la démocratie

Au terme de l’entretien, Boulos a attiré l’attention sur l’organisation du front large, qui regroupe des partis aux idéologies différentes, mais dans le but de préserver la démocratie. Selon lui, il ne s’agit pas d’une articulation en vue des élections de l’année prochaine, où les partis devraient présenter leurs propositions et programmes. Mais c’est une stratégie pour contenir les dégâts et faire la confrontation actuelle avec le gouvernement Bolsonaro.

« C’est une chose que vous vous unissiez pour combattre les ravissements autoritaires de Bolsonaro, lutter pour sa destitution, lutter contre les politiques de destruction qu’il met en œuvre. Ce n’est pas un front pour les élections de 2022. Et ce front devrait être aussi large que possible. S’il y a des secteurs du centre et du centre-droit qui sont actuellement contre Bolsonaro, et pour la défense de la démocratie, tant mieux ! », s’est-il réjoui.

« Maintenant, cela ne signifie pas que nous allons être avec l’un de ces secteurs sur une liste électorale en 2022. » Principalement dans la sphère économique, Boulos a souligné qu’il existe de nombreuses différences qui le séparent, lui et le Psol, des partis qui composent la droite libérale.

Avec un reportage de Julia Pereira, pour le Jornal Brasil Atual.

Regarder entre les vues

Vous pourriez également aimer...