Le Venezuela

Cabello: la droite méprise le libérateur Simón Bolívar

Le premier vice-président du Parti socialiste uni du Venezuela (Psuv), Diosdado Cabello, a assuré ce mardi que la droite porte la même haine d’il y a 200 ans et c’est pourquoi elle cache Bolívar, a-t-il rappelé les événements du 11 avril 12. et 13 quand l’opposition extrémiste de 2002 a abaissé l’image du Libérateur du palais de Miraflores parce qu’il ne pouvait pas supporter son regard pendant qu’ils détruisaient la patrie et pour cette raison ils l’ont expulsé de la salle Ayacucho.

Lors des événements commémoratifs du XIIe anniversaire de la milice bolivarienne et de la Journée nationale de la dignité de la caserne 4F dans la paroisse le 23 janvier, Cabello a rappelé que: «Lorsque l’aile droite a fait irruption dans le palais avec toute sa haine, qui est la même haine 200 il y a des années, ils ont enlevé le tableau de Bolívar et l’ont caché (…) Ce tableau de Bolívar a un regard très profond et aucun d’entre eux n’aurait supporté ce regard pendant qu’ils détruisaient la patrie, c’est pourquoi ils l’ont enlevé ».

De même, Cabello a souligné l’importance de prétendre que la Révolution est inspirée par les idéaux du Libérateur Simón Bolívar, Père de la Nation détesté par la droite, rapporte Con el Mazo Dando.

« Ils (la droite) n’aiment pas Bolívar, c’est pourquoi nous devons affirmer que notre Révolution est bolivarienne, inspirée des idées de Bolívar », a-t-il souligné en se rappelant à quel point la droite méprise le Libérateur.

«Non seulement ils l’ont expulsé le 12 avril de la salle Ayacucho, car nous devons nous souvenir de ce qu’ils ont fait lorsqu’ils ont remporté l’Assemblée nationale, mais ils ont enlevé Bolívar sous prétexte qu’il était un Bolívar amulé, tout cela pour cacher qu’ils l’ont enlevé parce qu’ils le détestent », a-t-il dit.

Auparavant, le député également à l’Assemblée nationale avait exprimé dans son compte officiel sur le réseau social Twitter @dcabellor que: «#PuebloYFANBPorLaPatria 13 avril, le couple parfait: le peuple et le FANB en union nationale ont ramené notre commandant Chávez, ils sont le vrais héros de cette victoire, est un échantillon du pouvoir qui génère une révolution, l’indépendance ou rien. Nous gagnerons!! ».

Dans ce contexte, le président Nicolás Maduro a indiqué que la mémoire doit être semée sur les événements qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays, comme les 11, 12 et 13 avril 2002. «Contre-révolution et coup d’État, révolution et résurrection».

Vous pourriez également aimer...