Castillo a averti que les médias péruviens avaient un plan pour le voir tomber

Le président péruvien, Pedro Castillo, a mis en garde contre un plan médiatique à son encontre et a prévenu qu’une chaîne de télévision diffuserait des vidéos et des audios édités dans l’intention de l’affecter.

«Je suis sûr qu’ils préparent beaucoup de choses. Il y aura des audios, des vidéos et de nombreux montages, mais ce qu’ils ne peuvent pas faire, c’est nous faire taire et plier les efforts » du gouvernement, a expliqué le président.

Concernant cette opération médiatique contre lui, Castillo a indiqué que le matériel audiovisuel sera diffusé avec l’intention de le voir tomber et a demandé « de ne pas être surpris par certaines voix qui veulent nous faire tomber, (et nous faire croire) que nous sommes imprégnés dans des actes de corruption », a-t-il commenté sur l’agence de presse Prensa Latina.

« Ce serait triste pour un enfant, un adolescent d’avoir un président aux commandes qui, étant enseignant, met ses mains, ses ongles, dans les budgets du pays », a déclaré Castillo.

Le président a écarté la possibilité de sa démission compte tenu des procédures engagées par le droit de la révoquer. « Je ne vais pas prendre du recul, car je suis venu pour que vous honoriez le pays, pour commander ce pays », a-t-il déclaré.

De son côté, la vice-présidente de la République, Dina Boluarte, a déclaré qu' »il ne faut pas alimenter ce coup d’Etat qui ne vient pas de tous les parlementaires, mais de certains parlementaires », a-t-elle souligné à propos de la demande de destitution, qui sera provisoirement débattu mardi prochain.

Dans le même temps, Boluarte a reconnu que le président a commis des erreurs qu’il est en train de corriger et a donné en exemple la démission du secrétaire de la Présidence, Bruno Pacheco, mis en examen pour trafic d’influence présumé et enrichissement illicite.

En outre, la démission du chef du cabinet technique de la présidence, Auner Vásquez, qui était un proche collaborateur du président Castillo, a été officialisée. Le vice-président n’exclut pas des changements ministériels

★★★★★