Le Brésil

Ce qui n'est pas dit sur le coronavirus – Jornal da USP

LESnous assistons à un phénomène remarquable. Jamais dans l'histoire il n'y a eu plus d'informations sur une peste que nous n'en avons aujourd'hui sur le coronavirus. Nous sommes inondés de données sur son évolution quotidienne et la recherche d'un vaccin. Cependant, il est surprenant que presque aucune mention ne soit faite des causes qui ont rendu la pandémie possible et qui ont entraîné une croissance rapide des maladies infectieuses en général. C'est pourquoi je propose que, bien que profanes en la matière, nous essayions d'explorer ensemble certaines de ces causes. Je crois qu’il est en notre pouvoir de le faire et, à son tour, d’expliquer certaines raisons de ce silence.

Tout d'abord, le covid-19 est une zoonose, le nom donné aux maladies infectieuses qui passent des autres animaux aux humains. Bien qu'environ 75% de ces maladies aient cette origine, d'autres lui sont étrangères, comme la polio. Jusqu'à présent, la plus grande pandémie de zoonose a été la grippe aviaire (causée par les oiseaux) de 1918, qui était très contagieuse, en particulier parmi les troupes qui ont participé à la Première Guerre mondiale, et a fait plus de 50 millions de morts (certains parlent dans 100 des millions). La deuxième place correspond au SIDA, dont l'apparition remonte à 1908, en raison de la consommation de viande des chimpanzés, et qui s'est rapidement développée depuis les années 1980.

Passons maintenant au covid-19, avec des informations pertinentes. On estime qu'il existe 6 600 espèces de mammifères, dont pas moins de 1 100 sont des chauves-souris. Non seulement cela, mais les chauves-souris sont plus nombreuses que les membres de toutes les autres espèces réunies. Pourquoi ces données sont-elles importantes? Parce qu'il existe un consensus parmi la plupart des experts sur le fait que les chauves-souris sont à l'origine de la pandémie actuelle.

Il existe un précédent important, celui de la maladie Ebola, qui nécessite encore un vaccin. La première épidémie documentée du virus s'est produite au même moment au Zaïre et au Soudan, en 1976, transmise par les soi-disant «chauves-souris frugivores», et son taux de mortalité était et est toujours extrêmement élevé. En 2014, il y a eu la plus grande épidémie de l'histoire, qui a atteint l'Europe et les États-Unis et a conduit l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à décréter une «urgence de santé publique internationale» pour prévenir une pandémie dans le monde.

Je le mentionne car le problème est lié non seulement à la consommation humaine de ces mammifères (en Chine, par exemple, les marchés et restaurants qui offrent la «saveur sauvage» de toutes sortes d'espèces vivantes prolifèrent), mais à un processus qui s'est fortement développé dans le dernier deux décennies: déforestation, en particulier en Afrique centrale et en Amazonie. Ses effets sont multiples et très graves. Dans le cas des chauves-souris, elles se blottissent sur des arbres sur pied – avec lesquels elles se mélangent et produisent des contagions entre différentes espèces – ou se réfugient dans des villages et des peuples, où elles entrent en contact avec des êtres humains. De plus, des espaces sont ouverts où l'eau s'accumule et où les moustiques se multiplient, de sorte que – selon des études menées dans la région amazonienne – avec chaque augmentation de 4% de la coupure, le paludisme augmente d'au moins 50%. À son tour, le dioxyde de carbone que le bois retient est libéré, contribuant ainsi de manière décisive au redoutable réchauffement de la planète, qui bat son plein. Évidemment, tout cela ne se fait pas de manière fortuite, mais, avec la complicité des gouvernements de service, il est promu à la fois par les entreprises exploitant le bois et par l'industrie agricole et animale, notamment celle dédiée à l'élevage, avide de terres.

L'émergence d'agents pathogènes comme le covid-19 est également liée au très fort développement de l'élevage industriel à grande échelle d'animaux domestiques comme les poulets et les porcs, destinés à satisfaire la demande croissante d'une population mondiale qui, il y a longtemps, est devenue principalement urbain. Résultat: ils sont regroupés avec des pesticides, des antiviraux et, plus encore, des antibiotiques qui accélèrent leur engraissement (la plupart des antibiotiques produits dans le monde aujourd'hui sont dédiés à cette fin). La conséquence est que le système immunitaire de ces animaux est gravement affaibli, ce qui les transforme en terrain de reproduction pour de nombreux virus et bactéries qui nous parviennent ensuite.

Ces pesticides, antiviraux et antibiotiques sont produits par quelques grandes multinationales, dotées d'un énorme pouvoir économique et politique. Qu'il suffise de dire qu'eux-mêmes, leurs filiales et l'industrie pharmaceutique dépensent des fortunes dans les médias les plus divers et n'ont aucun intérêt à favoriser les discussions autour du contexte dans lequel une pandémie comme celle actuelle peut prendre naissance.

Si vous faisiez cela, vous vous rendriez vite compte de quelque chose qui est difficile à accepter: des infections comme celles-ci ne sont pas celles qui nous recherchent, mais que nous sommes ceux qui les invitent à venir en détruisant la faune, en ne contrôlant pas correctement la production de la nourriture que nous mangeons. et, plus généralement, ne pas enrayer le changement climatique aux effets dévastateurs sur la nature.

Où va la solution? Il est évident que, immédiatement, en trouvant un vaccin contre la covid-19. Mais, si nous ne sommes pas conscients du contexte plus large dans lequel doit être replacée l'apparition du coronavirus, tout indique que de nouveaux ravageurs de virulence similaire continueront à se déchaîner. Et cela n'est pas seulement dû à la morbidité et à la mutabilité du covid-19, mais aussi parce que les experts estiment qu'il existe plus de 300 000 virus de mammifères qui ne sont pas encore connus.

Il ne s’agit pas d’une prédiction apocalyptique, mais d’une proposition selon laquelle nous nous engageons dans un débat approfondi sur notre avenir et les changements structurels qu’il nécessite. S'il vous semble que c'est une tâche qui nous dépasse, je pose une question: pensez-vous qu'il vaut mieux la laisser entre les mains de dictateurs, démagogues et dirigeants politiques préoccupés uniquement du court terme et généralement soutenus par bon nombre de ceux qui nous ont trahis jusqu'ici?

José Nun était un ami du sociologue et professeur à l'USP Florestan Fernandes (1920-1995), avec qui il a vécu au début des années 1970 à l'Université de Toronto, au Canada, où tous deux ont travaillé comme enseignants. L'article ci-dessus a été publié le 3 août 2020 dans le journal Clarín, d'Argentine. Traduction de Roberto C. G. Castro.

Vous pourriez également aimer...