La Colombie

« C’est une fierté de représenter la Colombie aux Jeux Olympiques »

Pour Saskia Loretta van Erven García, respirer l’air de Cali est synonyme de bonheur. « Quand l’avion atterrit et que la porte s’ouvre, je me sens tout de suite chez moi », raconte l’escrimeuse d’Amsterdam de 33 ans qui défend le jaune, le bleu et le rouge du drapeau national avec son fleuret.

Ce lien spécial entre elle et la Colombie est dû à sa mère, Gloria García, médaillée de bronze en escrime aux Jeux panaméricains qui se sont déroulés en 1971 dans la capitale de la Vallée.

Bien qu’il vive en Hollande, le pays de son père, il a passé son enfance à Rotterdam à écouter les conseils de sa mère, la première personne qui lui a appris tous les secrets de la danse du sabre. Elle avait six ans et le judo et le ballet flirtaient avec elle, mais son sang – et son cœur – se penchaient vers l’escrime.

Cette vocation l’a amenée à concourir dès l’âge de 14 ans, obtenant des résultats prometteurs pour le pays des tulipes. «J’ai commencé à participer à des tournois tous les week-ends, alors que je voyais que mes autres camarades de classe le passaient à des fêtes, c’est là que j’ai su que c’était mon truc», il a un large sourire et un scintillement dans ses yeux verts.

Mais au final, la nature et la spontanéité des habitants de Cali l’ont fait voyager pour représenter la Vallée aux Jeux nationaux depuis qu’elle était petite, et depuis 2011 la Colombie aux Jeux panaméricains, centraméricains et caribéens et sud-américains.

Saskia van Erven Garcia

Portant l’uniforme tricolore, Saskia a également réalisé l’un des plus grands rêves de sa vie: participer à des Jeux Olympiques. Sa première participation à l’événement sportif le plus important du monde était à Londres 2012, et quatre ans plus tard, à Rio, il a réitéré cet honneur.

Désormais, l’escrimeuse de Cali s’apprête à se rendre à ses troisièmes JO, ceux de Tokyo 2021. La semaine dernière, elle a obtenu son billet pour les joutes japonaises atypiques, qui se dérouleront en pleine pandémie à partir du 28 juillet prochain.

Dans un dialogue avec El País, Saskia a parlé de ses attentes, de son désir de médaille et, bien sûr, de son immense amour pour Cali.

Quels sentiments avez-vous après avoir atteint le quota de Tokyo?
Je suis très content, mais cela ne veut pas dire que je vais m’arrêter là. Nous devons continuer la formation et nous y travaillons.
Tout a été très difficile pour de nombreux athlètes à cause de la pandémie, mais j’ai vu les choses de manière positive. Il y a des difficultés et les choses ont changé, mais je ne me sentais pas mal car j’avais toujours l’esprit très clair.

Où étiez-vous lorsque la pandémie a commencé?
Je me suis entraîné jusqu’à il y a un an en Italie. Lorsque la pandémie a commencé, j’étais dans la zone rouge et j’ai dû prendre des décisions. Je ne voulais pas rester coincé là-bas parce que si quelque chose m’est arrivé et à moi-même. J’ai donc décidé de retourner en Hollande et de voir comment les choses évoluaient chaque semaine. Ce furent des moments de grand stress pour tout le monde. Il y a un an, personne ne pensait que pour le moment, nous allions continuer comme ça.

Dans son enfance, il a pratiqué le judo et aussi la danse. Pourquoi avez-vous fini par décider de l’escrime?
Parce que je l’avais dans le sang. Voir le fleuret dans mon salon était normal parce que ma mère, qui est colombienne, était escrimeuse. L’escrime prend du temps, j’ai toujours aimé danser, mais quand on sent qu’un sport vous appartient, il n’y a rien à faire.

Pourquoi avez-vous décidé de concourir pour la Colombie?
J’ai fait partie de l’équipe nationale néerlandaise jusqu’à l’âge de 21 ans, mais les possibilités dans le sport sont très difficiles. Les gens pensent qu’être un pays avec beaucoup d’argent est plus facile, mais ce n’est pas comme ça, en Colombie il y a beaucoup plus de soutien et c’est ce que j’aime le plus. De plus, j’ai voyagé depuis mes 19 ans pour concourir pour la Vallée aux Nationals, donc pour moi ce n’était pas étrange. L’idée était de représenter la terre de ma mère.

Saskia van Erven Garcia

L’amour qu’il ressent pour Cali et la Colombie est très grand …
Ma mère est de Lomitas, une très petite ville près de Cali, où vit actuellement ma famille. Quand j’y vais, c’est très différent de quand tu arrives en Europe.
Chaque fois que j’arrive à Cali, je sais que je suis dans ma ville. Il y a quelques années, je suis allé à Lomitas et nous avons marché à travers les montagnes, et c’est un très beau souvenir pour moi parce que j’ai senti que cela faisait partie de qui je suis. J’adore marcher dans la nature et monter à cheval, ce que je n’ai jamais eu aux Pays-Bas.

Qu’est-ce que tu aimes le plus manger quand tu viens à Cali?
L’arepa avec perico (œufs brouillés) que ma tante fait. J’adore aussi quand je marche avec ma cousine pour acheter les arepas et que nous les mangeons avec un café. J’aime aussi le pandebono et les bananes.
Une autre chose que j’aime quand je vais en Colombie, c’est que je descends la rue et j’entends que des gens passent avec un micro vendant des fruits, et cela ne se produit pas aux Pays-Bas. Si je veux un avocat ici, je dois aller au supermarché, mais à Cali, quelqu’un touche la vitre de la voiture et vous le vend. J’aime aussi l’ambiance de la musique car la salsa est entendue partout.

Pour en revenir à la question du sport, les troisièmes Jeux Olympiques arrivent. Comment l’ensemble du processus a-t-il représenté la Colombie dans les joutes les plus importantes?
Mes premiers Jeux ont eu lieu à Londres 2012 et c’était un rêve devenu réalité. Je me souviens avoir été nerveux parce qu’à l’époque je n’étais pas dans le circuit des ligues majeures. Ce qui est triste à propos de cette opportunité, c’est que je ne pouvais pas être à l’inauguration, je devais la voir au village olympique parce que le lendemain, je devais commencer à concourir.
Et maintenant, les tiers seront assez rares, car nous sommes en pandémie, la préparation a été atypique et nous avons dû chercher des possibilités de formation. Je suis heureux qu’ils ne les aient pas annulés, car cela allait être pire pour les athlètes qui ont travaillé si dur.

Quel sera votre objectif à Tokyo?
Je pense que vous vous entraînez pour obtenir une médaille. Vous vous entraînez avec cet objectif, mais il faut aussi dire que nous avons vécu une année très étrange, dans laquelle nous avons eu beaucoup de difficultés à nous entraîner.

Comment planifiez-vous votre préparation avant le salon?
Je n’ai toujours pas de réponse car nous ne savons pas à quelle date nous devrions être à Tokyo.

Quel message donneriez-vous à votre maman?
Son rôle dans ma vie a été très important. Je l’appelle tous les jours pour ne rien lui dire. Pour elle, j’ai commencé dans ce sport et c’est la raison pour laquelle j’ai pu faire cette carrière. Sans ma mère, je n’aurais pas concouru pour la Colombie et je suis fier qu’elle m’ait donné l’opportunité de représenter le pays de mon sang.

Vous pourriez également aimer...