La Colombie

Cinemateca de La Tertulia reprend ses activités avec une programmation cinématographique colombienne

Après plus de sept mois avec les lumières éteintes, ce jeudi la Cinémathèque La Tertulia sera à nouveau allumée pour recevoir tout le public cinéphile de Cali, sous des mesures strictes de biosécurité qui permettront la jouissance de l'art, dans un environnement sûr.

Pour relancer les activités de l'exposition, la programmation de la Cinemateca a décidé de miser sur le cinéma colombien, en mettant au programme des longs métrages tels que Fait vive, Sumercé, Lázaro, Tundama et Pirotecnia.

Fait Vivir, Sumercé et Lázaro sont des documentaires qui ont eu leur première virtuelle au milieu de la pandémie et qui vont maintenant atteindre un cinéma. Le premier, réalisé par Óscar Ruiz Navia, est un voyage à travers un «cirque», qui parcourt le monde avec de la musique et de la danse. Le second, dirigé par Victoria Solano, met à l'ordre du jour public les luttes des paysans dans un pays où les politiques vont à l'encontre des territoires et de leur peuple. Le troisième, réalisé par José Alejandro González, présente une histoire intime et familiale à la lumière du départ d'un père.

De son côté, le film Pirotecnia, réalisé par Federico Atehortúa, présente un regard authentique à partir d'une série d'archives sur le conflit armé. Ce film a fait un voyage important à travers les festivals de Rotterdam, FICCali, Edoc, DocumentaMadrid, entre autres. Et le long métrage d'animation Tundama, réalisé par les frères Diego et Edison Yaya, raconte l'histoire de ce cacique dans sa lutte contre les colonisateurs espagnols.

Toutes ces pièces cinématographiques permettent une connexion très puissante avec des histoires qui parlent de société et sont présentées comme une occasion de réfléchir sur l'identité.

Gerylee Polanco, coordinatrice de la Cinemateca, s'est entretenue avec El País sur ce nouveau cycle.

La Cinémathèque fonctionnait numériquement, pourquoi la rouvrir physiquement maintenant?

La Cinémathèque décide d'ouvrir, car nous avons une mission en tant qu'espace physique où la culture est promue. Pendant tout ce temps de pandémie, nous avons plié, accueilli et adhéré aux directives sanitaires, pour la protection de notre communauté, mais notre mission a toujours été de revenir et d'ouvrir et ce moment est propice, par la dernière résolution gouvernementale, qui permet la réactivation et l'ouverture, avec les différentes mesures qu'elles prévoient, de l'activité de projection cinématographique.

Toutes les productions sont colombiennes, avez-vous pris cette décision pour soutenir le produit national ou parce qu'il n'était pas possible d'obtenir quelque chose d'international à cause de la pandémie?

En effet, il existe une situation mondiale dans laquelle, en raison des lois du marché, il n'est pas très rentable pour les grands studios d'amener des films dans les cinémas, car les places sont limitées dans tous les pays. C'est aussi un point de discussion dans le champ mondial, pour voir quelles sont et seront les nouvelles dynamiques dans les endroits où il y a encore un confinement partiel. Globalement, c'est ce qui n'a pas rendu les titres internationaux disponibles. Bien que la chose la plus sûre soit que d'ici le mois de décembre, la Cinémathèque aura des titres d'autres pays.

Mais je dois préciser que pour nous, c'est une grande joie de pouvoir présenter des titres colombiens, car cela fait également partie de notre approche curatoriale, d'où nous trouvons et collectionnons des films qui proviennent de premières numériques en Colombie et des films qui dialoguent beaucoup avec nos intérêts en tant que théâtre qui soutient le cinéma colombien.

Lisez aussi: Netflix a créé un film Valle del Cauca: En savoir plus sur cette production

Que diriez-vous aux personnes qui, à cause de la pandémie, ont peur d'entrer dans un cinéma et d'y rester plus d'une heure?

Actuellement, nous pouvons garantir toutes les dispositions nationales, concernant les protocoles de biosécurité dans les espaces fermés. Dans ce cas, notre capacité sera limitée, seules 50 personnes pourront entrer; il y aura des filtres de biosécurité réglementaires, tels que la mesure de la température et le lavage des mains; et la climatisation sera utilisée par intermittence et avec cela, nous espérons offrir une expérience sûre.

De plus, l'expérience au cinéma a la particularité que les gens ne parlent pas, car ils sont attentifs au film et entrent dans un état de concentration, d'observation et d'écoute. Cela entraîne une réduction de la propagation des particules par la parole et en fait une expérience sûre.

Si l'utilisateur ne souhaite pas y aller physiquement, existe-t-il un moyen de soutenir la Cinémathèque au loin?

Pendant tout ce temps de la pandémie, la Cinemateca a porté un message très axé sur la compréhension qu'il s'agit d'un processus de transition vers l'enfermement et parmi nos adaptations nous avons créé le théâtre virtuel de la Cinemateca sur le portail Mowies, sous l'adresse web: cinematecalatertulia. mowies.com.

C'est une manière de continuer à apporter notre expérience cinématographique et de contribuer à faire connaître les propositions cinématographiques. Dans le monde numérique, nous pourrons compter sur des films classiques ou ceux d'autres nationalités qui n'ont pas atteint les panneaux d'affichage commerciaux.
Ainsi, à partir du virtuel, notre communauté a la possibilité précieuse de continuer à découvrir le cinéma de chez soi.

Quand sera la fonction spéciale dans le cadre du Short Circuit? Quel film sera-ce?

En ce moment c'est en confirmation avec les gens de Short Circuit. Nous sommes alliés du Festival depuis sa première version et nous allons tout supporter au niveau médiatique, mais il n'est pas encore défini s'il se déroulera en personne dans nos salles.

À quoi les habitants de Cali peuvent-ils s'attendre du FICCali hybride (face à face et numérique)? Quel sera le rôle de la Cinémathèque?

Le rôle de la cinémathèque dans le FICCali est justement d'offrir la modalité face à face; la salle sera le lieu en personne du Festival où chaque jour, nous espérons qu'il y aura deux fonctions quotidiennes pour présenter toutes les premières nationales et internationales. Cela permet à notre programmation d'avoir un niveau différentiel élevé par rapport aux autres festivals nationaux, qui ont pratiquement tous été virtuels. De plus, l'ouverture de la salle en début de mois permettra qu'à l'arrivée du Festival nous aurons un public plus alerte et attentif à la programmation en présentiel.

La salle sera ouverte du jeudi au dimanche, offrant une fonction unique par jour, à 19h00. Les billets peuvent être achetés sur le site www.colboletos.com

À propos de 'Fait Vivir'

Ce jeudi, la cinémathèque La Tertulia rouvrira sa salle à 19h00, avec la cassette 'Fait Vivir', qui raconte, à travers un garçon de 5 ans nommé Manuk, la légende d'un groupe insolite, «Makondo», une performance créée par l'orchestre GKO, un groupe ingénieux de musiciens, danseurs et acteurs de cirque de diverses régions du monde.

Alors que le fantasme du narrateur nous permet de connaître de près le quotidien de ses créateurs et le sommeil profond qui alimente ce projet qui invite à la liberté et au mouvement.

La cassette sera également diffusée dimanche prochain, le 8 novembre. Billets sur: colboletos.com/cinemateca-museo-la-tertulia-5/

Vous pourriez également aimer...