La Colombie

Citoyens du monde

C’est un concept qui vient des temps anciens, d’une grande importance pour le 21e siècle face à la mondialisation et aux menaces du changement climatique, et qui a à voir avec les villes, l’antiracisme et le respect des traditions culturelles. Les philosophes stoïciens étaient ceux qui déjà au IIIe siècle av. EC a pensé à la cosmopole, une ville universelle, où convergent des peuples de cultures différentes, qui caractérise de nombreuses cultures d’aujourd’hui, et les citoyens cosmopolites sont ceux qui s’y rendent habituellement, ouverts à leurs coutumes particulières et désormais, dans la plupart des cas, valables pour ses divers quartiers, dans lesquels il y en a, qui par là même doivent être encouragés.

Face à l’avenir immédiat, il est essentiel que tous les habitants de la terre, femmes et hommes, LGBT, jeunes et vieux, se pensent citoyens d’un monde de plus en plus globalisé dans lequel de plus en plus de choses affectent de plus en plus de personnes et le changement climatique à tous. Qu’ils soient conscients que la surpopulation de la planète et le consumérisme détruisent la nature (forêts, jungles, biodiversité et sources d’eau douce), génèrent des gaz à effet de serre depuis plus d’un siècle, facilitent les pandémies mondiales comme celle actuelle, et qu’il n’y a plus toute partie de la planète qui peut être considérée comme totalement isolée et indépendante dans tous les sens.

Considérant que déjà plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes, et que dans des pays comme la Colombie il y en a près des trois quarts, ou que de nombreuses villes deviennent de plus en plus grandes, comme Cali, qui compte déjà trois millions d’habitants dans son aire métropolitaine ( pas encore officialisé), le fait que davantage de personnes se considèrent comme des citoyens du monde est de plus en plus important en raison de ce que signifie leur comportement cosmopolite. C’est-à-dire des personnes respectueuses d’autrui en termes politiques, économiques, sociaux et culturels, qui expriment leurs préoccupations dans des débats démocratiques sans extrémisme et sans recourir aux blocages, à la violence et au vandalisme.

Des gens civilisés et cultivés, pas nécessairement racistes, qui comprennent que dans le cas de l’Amérique latine, la grande majorité d’entre nous sont des métis dans des proportions différentes, que nous descendons de conquérants espagnols et de femmes indigènes de tribus déplacées par d’autres tribus, après des colonisateurs, de nombreux déjà métis, et les femmes esclaves africaines ou, plus tard, de leurs descendants déjà libres. Des métis qui aujourd’hui doivent se battre car les différences économiques se réduisent progressivement, et que les opportunités de chacun sont de moins en moins influencées par leur apparence ou leur classe sociale, comme le demande Reni Eddo-Lodge (Pourquoi je ne parle pas aux blancs de racisme, 2017- 2018, p.148).
Bien sûr, c’est ainsi qu’ils sont citoyens d’un monde de plus en plus globalisé, mais très respectueux des autres et de leurs traditions culturelles diverses et attachantes concernant les coutumes, les usages, les aliments, les vêtements, les langues et les lieux : leurs symboles et monuments, ceux qui en villes Elles deviennent celles de chacun quelle que soit leur histoire, qui bien sûr doit se situer dans une histoire commune, qui doit être mise à jour chaque fois que cela est nécessaire avec les nouveaux documents qui sont découverts, et non l’inutilité de les démolir en ignorant qu’elles sont aussi des repères urbains importants dans la mémoire collective de tous les citoyens, encore moins s’ils sont démolis par d’autres.
.Suivez @BarneyCaldas sur Twitter

Vous pourriez également aimer...