La Colombie

Combats riches

08 mars 2021 – 23h55


Pour:

Image de balise Mario Fernando Prado

Il n’y a pas de semaine où de nouveaux combats de riches ne sont pas connus. Et ils ne sont plus – comme avant – parmi les partenaires de leurs entreprises ou d’anciens travailleurs de la même ou avec leurs syndicats ou avec le gouvernement ou avec Dian.

Dernièrement, ces combats se déroulent entre les mêmes familles qui s’accrochaient presque à mort pour le foutu argent qui est capable de mettre fin aux liens de sang qui les unissent et qui constituent une véritable honte sociale.

Et c’est très grave pour une société dans laquelle ceux qui ont amassé des fortunes dignes, s’impliquent dans des affrontements même de nature criminelle qui sont connus ou portés à la connaissance des quatre vents pour que le monde entier le découvre et cela sert d’exemple ou en plus du chantage ou de la mesure de la pression.

Et le plus inhabituel est que les combats ne sont pas entre les créateurs de ces capitales, beaucoup d’entre eux qui voulaient se reposer en paix après une longue vie de dur labeur qui ne leur permettait pas de profiter de leur richesse, qu’ils préféraient laisser à leurs héritiers pour les augmenter ou au moins les garder.

Mais non! Et loin de continuer à travailler dans la saine paix de Dieu, profitant du chemin qui leur restait ouvert, ils ont décidé qu’il valait mieux se disputer entre tous ce qui coûtait tant de sueurs et de larmes, et de poursuivre et de ne pas poursuivre chacun en justice. autre, de continuer à travailler comme il leur a enseigné de manière exemplaire.

C’est ainsi que nous voyons des frères se battre avec des frères, des enfants surpris avec leurs parents et même des parents déshériter une partie de leur progéniture dans des émissions embarrassantes et les pires.

Et sans parler de ceux qui ont l’intention de laisser leurs belles-mères dans la rue en ne respectant pas la volonté du défunt ou de l’âne interdit qui repose dans une maison de retraite en attendant la mort pour le sortir de ces limbes dans lesquels il était réduit.

Mille fois préférable est le fils crâne qui gaspille sa fortune qui jette son argent sans envoyer ses frères en prison et qui est facile à neutraliser en lui donnant sa part pour en faire ce qu’il veut.

Mais de là à ça, à travers des trucs, des trucs, des trébuchements, des raccourcis, des légumineuses, des coups de couteau et d’autres misères se situent entre ceux qui sont nés dans le même ventre, il y a un grand abîme.

«Père de journalier, fils de gentilhomme, petit-fils de mendiant», comme dit le proverbe, peut être la fin de ces tristes histoires dans lesquelles les plus hauts revenus sont souvent mes collègues avocats.

Je ne donnerai pas d’indices ou de noms, encore moins d’accuser ceci ou cela.
Il s’agit simplement d’une réflexion qui, espérons-le, sert à ce que «les partis cessent et le syndicat se consolide», comme l’a écrit le Libérateur.
***
Post-scriptum: Combien de décès auraient été évités à l’époque s’ils avaient recommandé l’utilisation de l’ivermectine par le gouvernement sans la diaboliser et même interdire sa vente gratuite?

Vous pourriez également aimer...