Le Brésil

comment la pandémie de covid-19 a transformé la performance théâtrale – Jornal da USP

O qu’est-ce qui fait le théâtre, le théâtre ? Ce nouveau modèle de spectacles filmés serait-il une possibilité de subsistance pour les comédiennes et comédiens de théâtre ? Dans le contexte actuel, vécu par la pandémie de covid-19 et, par conséquent, ses implications économiques, la survie des groupes artistiques, notamment des groupes indépendants, est encore plus menacée.

Comment penser l’activité des groupes théâtraux dans un scénario dans lequel les manifestations culturelles qui doivent être présentées en direct sont peut-être parmi les dernières activités qui peuvent être réalisées à nouveau, comme elles l’étaient avant la pandémie, car elles impliquent nécessairement des environnements avec des agglomérations ?

En Angleterre, au tout début de la pandémie, l’une des trois plus grandes compagnies théâtrales anglaises, le National Theatre, a diffusé, pendant trois mois via YouTube, d’anciens spectacles de sa collection et a créé le projet Théâtre national à la maison, avec un accès accordé au monde entier, ainsi qu’une campagne de don d’argent à l’institution. Avant le début du spectacle et pendant l’entracte, des informations sur les canaux de dons sont apparues à l’écran. Les pièces ont été exposées pendant une semaine. National est une entreprise qui a pour tradition de filmer ses émissions pour les diffuser dans les cinémas des villes du Royaume-Uni et de les vendre également au format Blu-ray ou DVD dans sa boutique en ligne et dans sa salle de cinéma. Il y avait donc déjà un large répertoire de pièces filmées. Selon le site Web de la société, l’initiative a eu un grand nombre de vues nationales et internationales, 16 émissions ont été présentées avec un total de 15 millions de vues, accessibles par 173 pays. En décembre, ils ont lancé leur propre plateforme de streaming, cette fois payante, avec certaines de leurs émissions. Et, en mai 2021, ils réalisent leur premier spectacle/film, enregistré à l’intérieur d’un théâtre, mais avec une esthétique plus cinématographique. Est-ce la création d’une nouvelle esthétique théâtrale ?

Au Brésil, Sesc (Service social pour le commerce) a créé le programme #EmCasaComSesc, qui comprenait « Teatro em Casa ». Contrairement à l’expérience anglaise, les comédiens ont présenté des spectacles adaptés au style live – une caméra fixe, diffusée en direct via YouTube, au sein de la chaîne d’une unité Sesc. En raison de la nature du tournage, les spectacles étaient toujours des monologues, généralement tournés en un seul plan, dans les maisons des acteurs. Au début de la pandémie, il y avait généralement une émission par semaine, toujours en direct.

Mais, la question qui se pose, cesse-t-elle d’être du théâtre, à partir du moment où elle est filmée ? L’acteur Celso Fratescchi, dans une interview avec Journal de l’après-midi de la chaîne Cultura, le 15 mai 2020, dit que ce n’est pas du théâtre, mais c’est aussi du théâtre. Si le théâtre suppose présence et rencontre, comment penser ce nouveau format comme théâtre ?

Les téléspectateurs, ou plutôt les vues, les commentaires dans les chats en ligne, les gens qui s’amusent avec la pluie des cœurs et des likes, ne représenteraient pas un public ? L’actrice Georgette Fadel, dans la même interview le 15 mai, accordée à Journal de l’après-midi, a déclaré qu’il s’agissait d’une communication désespérée. Une façon possible de tuer le désir de rencontre, de textes et d’expériences. L’idée du Sesc est que l’acteur puisse avoir son activité maintenue, à notre avis, une forme de subsistance et de visibilité pour son travail, avec un accès totalement libre pour le public.

Mais comment penser à des groupes qui ne sont pas dans le courant dominant, ou qui ne sont pas sur le radar du Sesc ? Certains acteurs de collectifs artistiques ont également utilisé ces médias virtuels comme les chaînes Instagram et YouTube pour présenter leurs spectacles. D’autres acteurs se sont concentrés sur l’enseignement des cours de théâtre en ligne. Le mot à la mode pour cette classe artistique a été la polyvalence, ils ont été contraints de créer d’autres formes de subsistance. Et ce n’est plus du théâtre ?

Pour Diane Taylor, théoricienne des performances studies, la performance peut être lue à la fois comme « réelle » et construite – dans son parti pris ontologique de « comportement répété » – mais aussi parce qu’elle est une pratique incorporée dans les discours culturels, comme épistémologique. En ce sens, la performance induit « un processus, une praxis, une épistème, un mode de transmission, une réalisation et un moyen d’intervenir dans le monde ».

Ce théâtre fait pour les temps de distanciation peut être considéré comme un théâtre du présent, cela n’aurait aucun sens de remettre en question le style et le type de représentation, en le comparant aux spectacles présentés dans un théâtre de réalité pré-pandémique de covid-19. C’est la voie possible à l’heure actuelle, c’est ce qui offre une certaine visibilité et un retour financier possible, générant une ouverture même pour créer de futurs partenariats, et le travail est également accessible à un éventail beaucoup plus large de personnes de réalités différentes. L’idée n’est pas de faire l’éloge de ces moyens, car la recherche sur la manière dont la rentabilité financière parvient effectivement à ces acteurs est encore en cours de développement, dans ma thèse de doctorat.

Mais ce qu’il est possible de conclure, à l’heure actuelle, c’est qu’il s’agirait bien d’un type de théâtre, si l’on part de l’hypothèse que la performance peut se produire de différentes manières et formats. Ce qui ne veut pas dire non plus que c’est l’avenir du théâtre, c’est le théâtre qui est possible dans l’instant présent, un théâtre qui fait appel à la possibilité de communiquer dans un moment de distanciation.

Vous pourriez également aimer...