Le Brésil

Comment la polarisation est perçue au Brésil et dans le monde

Comment la polarisation est perçue au Brésil et dans le monde

Des enquêtes menées auprès de citoyens de différents pays ont montré une forte tension entre les différents groupes sociaux.

Nous l’avons déjà expliqué ici sur Politize ! que la polarisation est la division politique entre deux parties qui radicalisent le discours et résistent au dialogue. Nous montrons également qu’il s’agit d’un phénomène ancien dans l’humanité, mais qui a connu un essor ces dernières années.

Cependant, il n’est pas facile de prouver cette tendance avec des données objectives comparables à d’autres temps et lieux. Une possibilité consiste à recueillir les perceptions des gens sur ce qu’ils pensent du climat politique dans leurs sociétés.

C’est ce qu’a fait l’Institut Ipsos dans une récente enquête. Les résultats montrent comment les gens de différents endroits perçoivent la polarisation et apportent des réflexions importantes à nous les Brésiliens. Faisons connaître et analysons ces résultats !

La polarisation dans la vision des gens

L’enquête, publiée fin juin, s’intitule « Guerres culturelles dans le monde : comment les pays perçoivent les divisions » (quelque chose comme : « Guerres culturelles dans le monde : comment les pays perçoivent les divisions »).

Dans celui-ci, Ipsos, via sa plateforme en ligne, a collecté les réponses de 23 004 personnes entre 16 et 74 ans qui vivent dans 28 pays différents.

Selon l’institut lui-même, dans le cas de certains pays, dont le Brésil, les répondants sont plus urbains et ont plus d’éducation et de revenus que la plupart de leurs populations, ce qui devrait être pris en compte lors de l’analyse des données.

Toi les répondants ont répondu quel niveau de tension ils perçoivent dans différents conflits et divisions dans la société. L’étude rapporte les pourcentages de réponses « passablement » et « très bien », équivalents à « très » ou « beaucoup ».

La moyenne mondiale montre déjà des indices importants sur les conflits que les gens considèrent comme plus polarisés. Les cinq premiers sont les suivants.

Ainsi, selon les résultats, il y a une plus grande tension entre les différents secteurs de la société (riches et pauvres et différentes classes sociales) et entre ceux qui ont des idées politiques différentes.

Par curiosité, les relations à moindre perception de polarisation se situent entre les personnes avec et sans diplôme universitaire (47 %), les jeunes et moins jeunes (46 %) et ceux vivant dans et hors des grandes villes (42 %).

Polarisation au Brésil et dans le monde

Pour comprendre et contextualiser la perception des Brésiliens ayant participé à l’enquête, regardons les pourcentages de leurs réponses par rapport à la moyenne des pays interrogés et aux trois premiers dans chaque item.

Sur les douze situations présentées par l’enquête, le Brésil était au-dessus de la moyenne dans onze, signe clair que la polarisation est considérée comme forte dans notre pays.

Pas étonnant que les États-Unis soient en tête de ce classement. Là-bas, les meurtres d’hommes noirs par la police ont conduit à des manifestations dans diverses régions du pays. En Afrique du Sud, qui est sous le régime de la division raciale depuis des décennies aparté, ce niveau de haute tension est également attendu.

Dans notre pays, où les jeunes noirs sont également des cibles privilégiées de la police et où le racisme a été davantage discuté récemment, le niveau de tension était légèrement inférieur, mais tout aussi élevé et supérieur à la moyenne.

Le différend entre progressistes et conservateurs sur des problèmes comportementaux et culturels – tels que la dépénalisation de la marijuana et de l’avortement, l’éducation sexuelle dans les écoles, les droits des minorités, etc. – a guidé l’élection présidentielle de 2018 dans notre pays et contribué à la polarisation que nous avons connue ces dernières années.

D’après les réponses des Brésiliens, la tension est toujours forte autour de ces questions et on peut imaginer qu’ils seront présents aux élections en 2022 et aux discussions politiques plus longtemps.

Lorsqu’on parle de la polarisation entre les partisans des différents partis, le Brésil s’est classé neuvième dans l’enquête, mais avec un niveau assez élevé: 83 % des répondants ont indiqué « beaucoup » ou « beaucoup » de tensions entre ces groupes.

Le résultat corrobore ce que les experts ont souligné et peut être vu dans les discussions politiques sur les réseaux sociaux, où le le dialogue est noyé d’insultes, d’accusations et de généralisations.

Les niveaux de tension sont également élevés dans le monde, que ce soit dans les démocraties établies comme les États-Unis et la Corée du Sud, ou dans les pays où elle est gravement menacée, comme la Hongrie.

Encore une fois, la perception de polarisation chez les Brésiliens est supérieure à la moyenne mondiale. Huit participants sur dix constatent une forte tension entre les pauvres et les riches. Ce n’est pas un résultat surprenant pour le huitième pays avec la plus grande inégalité de revenus au monde.

L’enquête ne précise pas à quelles « classes sociales » elle fait référence dans la question, ce qui suggère qu’il s’agit d’une division similaire à celle entre riches et pauvres dans la question précédente.

Même pour cette raison, les réponses recueillies dans notre pays étaient similaires dans les deux cas. Pour près de 80% des Brésiliens, il y a beaucoup de tension entre ces classes.

données en perspective

Les recherches menées par l’Institut Ipsos ne sont pas la preuve définitive et indiscutable que nous vivons un moment de forte polarisation de la société, mais elles constituent un échantillon utile de la perception des citoyens de différentes parties du monde.

Dans huit des douze questions posées, plus de la moitié des répondants perçoivent beaucoup ou beaucoup de tension entre les différents groupes sociaux. La Corée du Sud, le Chili, la Hongrie et l’Argentine étaient les pays qui figuraient le plus dans les premières positions.

Le Brésil ne figurait pas parmi les pays les plus présents en tête du classement, mais presque à chaque fois c’était au-dessus de la moyenne. A l’approche des élections générales de 2022, la tendance est à l’augmentation de cette tension et nous avons un scénario similaire à ce que nous avons vu en 2018.

Ainsi, les initiatives de promouvoir le dialogue et la tolérance dans le débat public, qu’il soit individuel ou collectif. Ici vous pouvez consulter la campagne créée par Politize! soutenir la culture du dialogue.

Pour lire les résultats complets, accédez au sondage en cliquant ici.


Vous pourriez également aimer...