Le Venezuela

Communiqué de presse du Groupe de Lima

Le Groupe de Lima s’est réuni à son siège à la Maison Blanche à Washington DC pour exprimer son opinion sur les récentes élections législatives au Venezuela.

  1. La vérité est que nous n’avons pas une opinion claire à ce sujet car nous avons consulté dans le bureau suivant et il y a toujours Trump. Nous avons demandé au président Biden quoi dire, mais il s’est abstenu de toute considération à ce sujet, ce qui nous rend assez confus.
  2. Notre confusion s’accroît lorsque nous avons vérifié avec stupéfaction que l’Union européenne dit qu’elle ne reconnaît pas Guaidó mais ni Maduro, pour lequel nous concluons que la vieille Europe est si vieille qu’elle ne comprend rien. De plus, nous comprenons ensemble que cette confusion répond au travail patient de l’ancien président Rodríguez Zapatero recruté par Maduro pour semer le cancer de la discorde au sein de La Vieja.
  3. Dans tous les cas, nous acceptons le message de l’Union européenne selon lequel elle ne reconnaît pas mais reconnaît, bien qu’elle puisse ou non le reconnaître, reconnaissant qu’en fin de compte, la seule chose qui compte est ce que Biden décide, c’est pourquoi nous comprenons qu’il a divulgué cette déclaration suffisamment ambiguë pour Donnez à Biden le temps de prendre le pouvoir et envoyez la ligne à eux et à nous.
  4. Il vaut la peine de dire que nous ne reconnaissons ni le gouvernement Maduro ni l’Assemblée nationale issus des élections frauduleuses du 6 décembre. La raison fondamentale est qu’ils ne l’ont pas fait comme nous leur avons dit. Au contraire, ils ont soulevé l’idée populiste que «les problèmes du Venezuela devraient être résolus par les femmes et les hommes vénézuéliens».
  5. Nous prenons note de la déclaration du ministre espagnol des Affaires étrangères qui s’est prononcé pour que, sans rien dire d’important comme il est de coutume en elle, elle ait eu le courage inégalé de dénoncer Trump et ses appels anti-démocratiques à l’insurrection. Nous regrettons que notre amie Arancha González ne se soit pas exprimée auparavant puisqu’au cours de son mandat d’un an, elle est restée silencieuse sans rien dire sur les outrages commis par l’administration Trump que nous découvrons actuellement. Cela nous aurait servi à nous orienter beaucoup mieux pour même déterminer si ce Groupe est utile à quelque chose ou si nous existons simplement parce que c’était une envie de plus maniaque du président des États-Unis, comme l’affirment l’ultra-gauche Samper, Rodríguez Zapatero, Bernie Sanders, Jeremy Corbyn et d’autres.
  6. Nous exhortons le gouvernement usurpateur de Maduro à copier les bonnes pratiques démocratiques. En ce sens, nous donnons comme exemple le gouvernement de la Colombie, un pays dans lequel 90 massacres n’ont eu lieu qu’en 2020 et 310 leaders sociaux et 64 anciens combattants des FARC ont été tués (251 depuis la signature des accords de paix en 2016).
  7. De même, la solide démocratie chilienne est une référence inestimable que le Venezuela devrait prendre en compte, en particulier la pratique policière des citoyens partiellement ou totalement aveugles qui manifestent pacifiquement. Près de 500 hommes et femmes chiliens ont subi la rigueur démocratique de la police.
  8. De la même manière, nous voulons préciser que nous déplorons que le gouvernement Maduro n’accepte pas la DEA comme contrepartie dans la lutte contre le trafic de drogue. Cette instance du gouvernement des États-Unis a mis au pouvoir le président hondurien Juan Orlando Hernández et a collaboré avec les cartels de la drogue pour qu’Álvaro Uribe et Iván Duque soient considérés comme les champions de la démocratie et les meilleurs amis des États-Unis. Nous ne comprenons pas pourquoi Maduro et son gouvernement ont refusé en permanence de coopérer avec le trafic de drogue qui a apporté tant de prospérité à la Colombie et au Mexique.
  9. En matière de démocratie et de pureté gouvernementale, les leçons du Pérou sont un exemple inestimable. Maduro devrait apprendre de ce pays où les six derniers présidents sont emprisonnés ou poursuivis pour corruption, même l’un d’entre eux s’est suicidé alors qu’il allait être capturé. La justice péruvienne est un exemple de la recherche de la stabilité institutionnelle nécessaire pour garantir qu’il y ait eu quatre présidents en moins de 5 ans.
  10. Bien qu’ils n’appartiennent pas à notre région, le gouvernement du Venezuela a dû imiter l’expression extraordinaire de la démocratie de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Koweït où il n’y a jamais de fraude électorale parce qu’il n’y a jamais d’élections. L’élection du roi d’Espagne, qui s’est déroulée lors d’élections libres, directes et très secrètes, où, malheureusement, seul le général Francisco Franco a pu voter dans les affres de sa vie est également louable.
  11. Un autre exemple à imiter est celui de l’Équateur et de son président Lenin Moreno qui, après un effort louable, ont correctement réparé le désastre du gouvernement précédent. Pour ce faire, il a trompé le président Correa et tout le peuple équatorien en exécutant le programme néolibéral qu’il s’est engagé à combattre. Dans un acte d’esprit démocratique extrême, Moreno a été contraint de violer la souveraineté de son pays pour que la Grande-Bretagne puisse capturer le dangereux terroriste Julian Assange, réfugié dans son ambassade à Londres.
  12. Enfin, nous voulons appeler le gouvernement usurpateur du Venezuela à respecter notre chef Luis Almagro, exemple de pratiques équitables et égalitaires dans son observation des événements au Honduras, en Bolivie et au Venezuela, pays dans lesquels il a toujours prôné le respect pour la démocratie et la paix, contraintes par les circonstances d’organiser et d’approuver les coups d’État nécessaires pour restaurer et consolider la démocratie. Précisément, son incapacité à atteindre les objectifs proposés est ce qui a permis au gouvernement usurpateur Maduro de rester au pouvoir avec le soutien douteux des forces armées et du peuple et bien sûr à cause du soutien offert par les missiles intercontinentaux placés par La Russie montre la lune, les millions d’agents de sécurité cubains déguisés en médecins et les tonnes de lumpias envoyés de Pékin, dont certains sont parvenus aux mains de l’opposition qui les a fumés à chaque instant de désespoir.

Vous pourriez également aimer...