La Colombie

Conséquences

14 janvier 2021 – 23h35
Pour:

Liliane de Levy

«Les mots ont des conséquences» est la phrase de la semaine pour expliquer les événements tragiques qui se produisent aux États-Unis; Le président Donald Trump en est finalement venu à la comprendre, à la dure.
C’était après avoir harangué ses partisans dans ses discours, ordonné l’élection « stop the vol » (jamais sérieusement prouvée) et avoir marché sur le Capitole pour mener « un sacré combat » pour faire obstacle à la certification de son candidat démocrate Joe Biden.

Les plus fanatiques ont obéi à l’appel et ont marché sur le Capitole, affrontant furieusement la police, envahi l’espace, fauché, volé et semé la panique. Sa marche a été perçue comme un «coup d’État» et «incitée du haut du pouvoir contre le Parlement».
Cinq personnes sont mortes, dont deux policiers. Dans ces conditions, les forces de l’ordre ont agi avec un soin extrême, ce qui leur a été reproché. A mon avis, ils ont fait la bonne chose car, sinon, et si par exemple ils utilisaient leurs armes dans la confrontation brutale, les morts seraient des centaines.

Pour finir de brouiller les choses, après l’assaut, Donald Trump s’est adressé à ses violents partisans pour leur dire qu’il était temps d’arrêter la violence et de rentrer chez eux (comme pour dire «mission accomplie») et «qu’il vous aime beaucoup! Bien sûr, son discours a été rejeté par l’opinion horrifiée de son pays et du monde entier.

Il est actuellement soumis à un processus de destitution qui pour la deuxième fois a été approuvé par la Chambre des représentants et attend la confirmation du Sénat. Et les gens se demandent: pourquoi une destitution si Trump a perdu les élections et n’a que quelques jours au pouvoir? La réponse est la suivante: avec le verdict de destitution, Trump ne pourra pas légalement pratiquer la politique ou occuper une fonction publique à l’avenir. Après s’être coupé la tête aux élections, ses ennemis veulent lui tirer dessus pour être sûrs de le neutraliser pour toujours. Aux États-Unis, le fardeau de la haine et de la division est effrayant. Peut-être que le vétéran et modéré Joe Biden trouvera un moyen de réduire sa terrible intensité.

Cependant, il y a une nouvelle source d’inquiétude générée par la décision commune de «Gafam» (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) de suspendre les comptes de Donald Trump et de lui couper la communication avec ses nombreux partisans. Ils le punissent « pour incitation à la violence contre un gouvernement démocratiquement élu » et de sa propre initiative, sans demander la permission à qui que ce soit et de manière totalement légale.

Ce qui fait ressortir le pouvoir exorbitant de ces plates-formes virtuelles sur nos vies et notre façon de penser, c’est qu’avec tous leurs droits, ils agissent comme des arbitres moraux du monde qui peuvent accorder, suspendre ou opposer leur veto à ceux qu’ils jugent inappropriés ou indésirables. Ce sont des entreprises privées et commerciales qui, en dehors de certaines ordonnances officielles telles que le veto «  pédopornographie  », le terrorisme ou les propos illicites, ont le droit de censurer à volonté et d’imposer leurs critères et les lois qui leur conviennent, sans ingérence de la puissance publique. Et si vos intérêts coïncidaient avec les tyrans ou les malfaiteurs?

Il est également ironique que ces mêmes plateformes soient devenues les plus grands propagandistes de la violence, au nom de la liberté d’expression. A cause de lui aujourd’hui l’opinion sur les faits, l’émotion sur la raison. Les politiciens les utilisent comme des mégaphones, les extrémistes les plus barbares pour recruter des partisans. Ils se sont largement enrichis d’un Donald Tump qui les a adoptés pour gouverner et communiquer avec 89 millions d’adeptes.

Soudain, ils se réveillent pour lui reprocher ce qu’ils ont hypocritement toléré pendant quatre ans, pourquoi a-t-il perdu? Compte tenu de ce qui s’est passé, les experts suggèrent que, selon la loi, le «Gafam» doit être surveillé et contrôlé par l’espace public.

Vous pourriez également aimer...