Le Brésil

Contag rejette le veto présidentiel sur les aides aux travailleurs ruraux. l’opposition tente de renverser

São Paulo – Le veto présidentiel au projet qui garantissait une aide d’urgence aux agriculteurs familiaux a provoqué le rejet des représentants des travailleurs et de l’opposition, qui tenteront de renverser la mesure à la Chambre. « Il est de notre devoir d’annuler ce veto », a par exemple déclaré le député Pedro Uczai (PT-SC), auteur du projet initial.

Pour la direction de la Confédération nationale des travailleurs ruraux agriculteurs et agriculteurs familiaux (Contag), il y a « plusieurs incohérences » dans les justifications présentées par le président pour opposer son veto – dans son intégralité – au projet de loi 823.  » La première est que la PL 823/2021 a été largement débattu et approuvé au Sénat et à la Chambre fédérale, et compte même sur le soutien de la base du gouvernement dans les chambres législatives. L’autre est qu’il ne sera jamais contraire à l’intérêt public et inconstitutionnel un projet qui aide la catégorie qui produit plus de 70% de la nourriture qui va à la table du peuple brésilien et est essentiel pour lutter contre l’inflation, la faim et la pauvreté dans le pays .  »

Entre autres mesures, le projet garantissait le paiement de 2 500 R$ aux familles d’agriculteurs, ou 3 000 R$ si elles étaient dirigées par une femme. Il comprenait également l’assistance à un projet d’accès et de stockage de l’eau et des actions de crédit du Programme National de Renforcement de l’Agriculture Familiale (Pronaf). L’objectif était d’atténuer les effets causés dans le secteur par la pandémie. Mais le président a opposé son veto au PL dans son intégralité, tel que publié dans l’édition du vendredi (17) du Agenda Officiel de l’Union. Il a affirmé « contraire à l’intérêt public et à l’inconstitutionnalité ».

Mépris du secteur

Contag conteste l’allégation de problèmes budgétaires et de « chevauchement » avec d’autres programmes. « Trois autres incohérences majeures : d’abord, le PM 1.061 traitant du Programa Alimenta Brasil n’a même pas de valeur définie pour les lignes prévues, ce qui impliquerait notamment de ne pas mesurer l’impact budgétaire et financier, ainsi que le public servi. Tout cela serait à définir après son approbation. Deuxièmement, il n’y a pas de chevauchement, car le crédit d’urgence, la renégociation de la dette et la Garantie Safra ne sont pas couverts par ledit PM. Troisièmement, en utilisant le même critère, il serait donc juste que le Congrès national renvoie le député 1.061, car il a commis la même « erreur » que le gouvernement soutient pour le veto.

Pour l’organisation, le veto montre, une fois de plus, le « mépris » du gouvernement pour l’agriculture familiale. Contag rappelle que, selon la dernière édition du recensement agricole, ce secteur représente 77% des établissements agricoles du pays. « Même s’il n’occupe que 23 % des superficies arables du Brésil, il produit plus de 70 % de la nourriture qui va à la table de notre population quotidiennement. Les mesures du projet, ajoute-t-il, sont importantes dans la lutte contre la faim. Surtout dans un pays qui a vu le nombre de familles sans nourriture dans leur quotidien ou en situation d’insécurité alimentaire augmenter à nouveau.

« Même face à un nouvel acte d’insensibilité du gouvernement Bolsonaro envers les peuples de la campagne, des forêts et des eaux, et avec ceux qui ont faim au Brésil, CONTAG restera ferme et résistant dans la mobilisation et l’articulation pour renverser le veto au Congrès national », dit la confédération.

Vous pourriez également aimer...