Le Brésil

Corregedor voit une mauvaise utilisation de WhatsApp dans la campagne de Bolsonaro, mais rejette la plainte

São Paulo – Au début du procès des procès réclamant la révocation du ticket gagnant aux élections présidentielles de 2018, devant le Tribunal supérieur électoral (TSE), le bureau des affaires intérieures a relevé l’existence de ce qu’on appelle le « bureau de la haine ». », mais a rejeté la demande. L’inspecteur général des élections Luis Felipe Salomão a déclaré que les enquêtes menées à la Cour suprême (STF) par Alexandre de Moraes apportent un « nouvel éclairage » sur les preuves de l’utilisation de fausses nouvelles lors de la dernière campagne présidentielle, qui a élu Jair Bolsonaro. Selon lui, les médias numériques ont été utilisés à mauvais escient lors des élections de 2018, « dans le but de répandre des contrevérités et de la désinformation au détriment des candidats adverses ».

Mais, dans le même temps, il a souligné qu’il n’y a aucune preuve de la part des accusateurs qui prouve la « portée et le sérieux » des messages virtuels. « Il y a un manque d’éléments quant au contenu des tirs de masse », a déclaré Salomão. « Il n’y a pas d’éléments qui nous permettent de confirmer en toute sécurité la gravité des faits. » Ainsi, a amendé l’inspecteur, « bien que les fusillades de masse aient été caractérisées, cela ne prouve pas que des entreprises aient financé cette pratique ».

En bref, la ligne de jugement était de critiquer l’utilisation abusive des messages de masse. Mais soulignant le manque de preuves et signalant des changements pour les prochaines élections, en 2022, sur la base de la loi complémentaire 64 de 1990.

Ainsi, du coup, les ministres Mauro Campbell et Sérgio Banhos ont accompagné le magistrat et le rapporteur. Le premier a déclaré qu’il manquait des « preuves tangibles » pour condamner le billet. Mais il a déploré : « Il y a beaucoup de candidats qui, comme le président élu, se concentrent sur des attaques généralisées contre les opposants, contre les institutions et contre la démocratie elle-même ».

Le président du TSE, Luís Roberto Barroso, a suspendu la séance à 22h38. Le procès reprendra jeudi prochain (28), à partir de 9 heures.

structure organisée

Dans une longue exposition d’une heure et demie, l’inspecteur a déclaré qu’il ne fait aucun doute que la « campagne des gagnants » (Jair Bolsonaro et son adjoint Hamilton Mourão) avaient abusé de l’application WhatsApp au profit de leurs applications. Il a pointé du doigt une structure « organisée et capillaire » dirigée par des proches de l’actuel président de la République.

Cela peut (ou non) constituer un abus de pouvoir économique et une mauvaise utilisation des médias, ce qui est l’accusation portée dans les actions, a fait valoir l’inspecteur général. Et il a proposé que le TSE consolide cette thèse, selon la gravité du comportement. Salomão a suggéré des paramètres pour mesurer cette gravité dans le contenu des messages diffusés, avec une propagande négative ou véridique, l’impact sur l’électorat, la portée, la participation des candidats et le financement. Mais il a noté qu’en l’espèce, les demandeurs n’ont démontré aucun de ces paramètres.

Les tirs contreviennent aux règles

Lors de son avant-dernière session – son mandat se termine vendredi prochain (29) –, Salomão a nié tous les préliminaires de la défense. Selon l’inspecteur, WhatsApp « a expressément déclaré avoir pris connaissance, en octobre 2018, que les entreprises (cité dans l’action) proposaient un déclenchement massif de messages, ce qui va à l’encontre de leurs normes d’usage ».

Ainsi, pour lui, il est sans équivoque que ces sociétés proposaient des prestations de tournage de masse dans les domaines d’intérêt les plus divers, ce qui s’est produit pendant la période de campagne. Cela a même conduit à l’interdiction de comptes.

Inéligibilité

En séance plénière, le TSE juge deux Actions d’Instruction Judiciaire Electorale (Aijes 0601771-28 et 0601968-80). Tous deux demandent la révocation des diplômes et la déclaration d’inéligibilité, pour huit ans, de Bolsonaro et Mourão. Ils allèguent des abus de pouvoir économique et une mauvaise utilisation des médias. Et ils pointent du doigt la prétendue montée en puissance illégale de messages de masse, via WhatsApp, lors de la campagne présidentielle de 2018.

Les deux actions ont été présentées par la coalition réunissant PT, PCdoB et Pros. Dans le premier, en plus de l’ardoise qui a fini par gagner, les noms de l’entrepreneur de poche Luciano Hang et des entreprises qui seraient impliquées dans l’embauche irrégulière de messages sont inclus (Quick Mobile Development and Services, Yacows Software Development, Croc Services IT Solutions, SMSMarket Solutions Smart et WhatsApp).

Dans l’autre, des représentants des entreprises sont également inclus. La coalition affirme également qu’il y a eu une utilisation frauduleuse des noms et des CPF de personnes âgées pour enregistrer des puces de téléphone portable dans les compagnies de téléphone. Et, avec cela, garantir le déclenchement de nombreux messages dans la campagne Bolsonaro.

machine à mentir

« L’élection de Jair Bolsonaro était basée sur des mensonges et des abus », a déclaré l’avocat de la coalition, l’ancien ministre Eugênio Aragão. « C’était une campagne soutenue par une ingénieuse machine de diffusion de mensonges », a-t-il commenté, insistant sur « l’impact pertinent » de cette pratique lors de l’élection de 2018. a été déclarée dans les dépenses officielles.

Aragão a cité l’épisode récent dans lequel le président de la République a vu sa chaîne YouTube suspendue, également pour avoir diffusé fausses nouvelles. « Lui, avant cela, avait déjà été prévenu par la même plateforme. Il s’agit donc d’une tradition récurrente.

L’avocat a souligné les restrictions à l’enquête nécessaire, citant 25 demandes d’interrogatoire et de témoignage, 14 demandes d’atteintes à la confidentialité, deux demandes de perquisition et de saisie, entre autres demandes. « La plupart ont été refusés », a rappelé Aragão. « Il n’y a eu qu’une seule audition par un témoin (sur un total de 25 demandés) », a critiqué le juriste.

la défense nie les faits

L’avocate du président, Karina Kufa, a déclaré qu’il y avait une absence de preuves en raison de « l’inefficacité » de la part et de « l’inexistence » des faits. « Il n’y a aucun moyen de prouver ce qui n’existait pas », a-t-il affirmé, affirmant également que la coalition était basée sur des histoires journalistiques « avec des inférences sans la moindre preuve ».

Pour elle, les actions visent à criminaliser la campagne de Bolsonaro, « moins chère et plus organique » qu’il n’y en a eu jusqu’à aujourd’hui. Pour la défense de Luciano Hang, l’avocat Admar Gonzaga (ancien ministre du TSE lui-même) a évoqué ce qu’il a qualifié de « matière sans contenu ». Il a pointé la « fragilité » du parquet et du « militantisme » journalistique. Toujours selon lui, aucune structure financière parallèle n’a été trouvée dans les dossiers.

Le procureur électoral adjoint, Paulo Gonet Branco, a réaffirmé la position du ministère public pour rejeter les actions. « Les actes recueillis dans les enquêtes ne mettent pas en évidence la configuration des éléments pertinents pour caractériser les fusillades sur WhatsApp comme une hypothèse d’abus de pouvoir, au sens où ce chiffre est accepté par le législateur. »

Vous pourriez également aimer...