Le Brésil

« Coudre par-dessus le sommet » emmène Bolsonaro à partir de 2022 pour trouver un nom contre Lula, déclare Vitor Marchetti

São Paulo – Le recul inattendu de Jair Bolsonaro ce jeudi (9), avec sa « Déclaration à la Nation » officielle articulée et écrite par Michel Temer, après la frénésie fasciste du 7 septembre, semble être une capitulation, certes partielle. Le président, qui en 2016, en tant que député, avait voté pour la destitution de Dilma Rousseff en l’honneur du tortionnaire Brilhante Ustra, avait fait face à des possibilités de plus en plus sombres. Muré par les institutions, il a dû céder. Les messages durs des présidents de la Cour suprême fédérale (STF), Luiz Fux, et du Tribunal électoral supérieur (TSE), Luís Roberto Barroso, ne laissaient aucun doute sur le fait que Bolsonaro était isolé et que les tribunaux ne reculeraient pas face à face. de menaces.

Même le président « prudent » de la Chambre, Arthur Lira (PP-AL), a précisé dans son discours qu’il n’y avait plus rien à discuter sur le vote imprimé, un sujet sur lequel Bolsonaro a une nouvelle fois insisté pour ses fanatiques. A Brasilia, on sait que le non-respect de l’accord conclu avec Lira pourrait coûter cher. Gilberto Kassab, président du PSD, l’un des puissants dirigeants du Centrão, a remis le mot destitution en débat. Mais, après la retraite du palais, Kassab lui-même a déclaré au journaliste Malu Gaspar qu’« il n’y a aucun risque de destitution du fait de cet épisode du 7 septembre ».

Pour le politologue Vitor Marchetti, de l’Université fédérale d’ABC, le pari de Bolsonaro qu’il pourrait freiner le STF, prévu d’être réalisé lors de la Semana da Pátria, « est tombé à l’eau ». « La sortie qu’il trouve est en fait cet accord. Et il me semble que c’est un accord qui le fait sortir de 2022. Il sacrifie sa base la plus fidèle pour coudre par-dessus », dit-il. « Cette couture signifie produire politiquement une candidature capable de vaincre Lula. Si cette couture vient vraiment, il me semble que cela inclut de rendre possible une deuxième voie qui n’est pas Bolsonaro. » De l’avis du professeur, s’il n’y a pas encore de nom capable de galvaniser l’électorat pour cette mission, c’est parce que ce nom « n’émergera que s’ils écartent Bolsonaro ».

Qu’est-ce que le président y gagne ? Il ne se contente pas de se débarrasser d’une mise en accusation imminente. Principalement, à court terme, il tente d’écarter la possibilité d’emprisonner les enfants, considérée comme une hypothèse concrète, notamment celle du conseiller municipal Carlos Bolsonaro (Republicanos-RJ), enquêté dans l’enquête sur les fake news STF, dont le rapporteur est le ministre Alexandre. de Moraes, que Bolsonaro a qualifié de scélérat dans son discours sur l’Avenida Paulista. Apparemment, la puce de Bolsonaro est tombée après le 7 septembre. La déception de votre base est le prix à payer. Le président continuera avec son style, mais en quelque sorte neutralisé. Ce qui, désormais, peut « même être utile » dans le cadre actuel, de l’avis du politologue.

Ceux qui semblent avoir mal fait la couture sont les militants les plus radicaux et en colère, qui risquent de continuer à être envoyés en prison. « Avec l’abandon de cette base plus radicale, si vous continuez à avoir des personnages comme Zé Trovão… Ces gars-là vont tirer. L’accord n’est pas de protéger ces gars, il s’agit de se débarrasser de ces gars. Les enfants sont protégés de cela », explique Marchetti, dans une interview à RBA, reproduit ci-dessous.

Le retrait de Bolsonaro est-il un « accord » ? Comment jugez-vous la situation après le 7 septembre et la « déclaration à la nation » ?

La température est montée pour lui. Il est devenu probable que le thème de la destitution reviendrait sur la table, même s’il s’agissait d’un scénario difficile à réaliser. Regardez Kassab. Son mouvement dans cette direction était significatif et indique un autre environnement dans le Centrão, même si le PP est une base encore plus fidèle. Mais cela montre que la température a commencé à augmenter.

Et il y a la possibilité de l’arrestation des enfants. Ceci est donné. Le STF n’avait donné aucun signe de retrait par rapport à cela et à la capacité de Bolsonaro à mobiliser quelque chose qui pourrait réellement arrêter le STF. Je pense que c’est tombé à l’eau. La sortie qu’il trouve est en fait cet accord, et il me semble que c’est un accord qui le sort de 2022.

Pourquoi?

Je pense qu’il sacrifie sa base la plus fidèle pour coudre par dessus. Cette couture signifie produire politiquement une candidature capable de vaincre Lula. Et cette candidature n’est pas la sienne. Si cette couture vient réellement, il me semble que cela inclut de rendre possible une deuxième voie qui n’est pas Bolsonaro.

Il y a un agenda qui est au STF, la question du calendrier, la discussion sur les précaires, les agendas au Congrès de l’agenda de cette élite politique et économique à court terme. Et puis, c’est pour permettre à une candidature de défendre ces intérêts à l’avenir. Quel sera ce nom, quelle sera la candidature, ce n’est pas clair.

Même parce qu’il n’a pas ce nom…

Non. Mais ce nom n’apparaîtra que s’ils éliminent Bolsonaro. Ces choses sont très dynamiques, surtout la façon dont la politique a été menée dans le pays. Mais il me semble qu’il a sacrifié une partie importante de sa base. Les leaders d’opinion de poche se réalignent tous en disant : « il y a une stratégie là-bas, attendez et voyez… », mais nous savons que ce sont eux qui sont payés pour défendre réellement le gouvernement. La base plus organique a été assez affectée.

À propos de cette morsure, « attendez deux jours » etc., Bolsonaro est incontrôlable et, même si Temer est au milieu de terrain, personne ne peut prédire ce qu’il fera dans peu de temps. Il a déjà poussé Barroso pratiquement tout de suite. Cette « paix » est-elle durable ?

Je pense qu’il le restera. Le fait est qu’il perdra de plus en plus la spontanéité de cette base, et en la perdant, il deviendra plus isolé. Peut-être que maintenir cet esprit de « fou incontrôlable » est utile pour construire l’argument selon lequel, en fait, il ne peut pas être le candidat en 22. « Alors, gardons le fou à l’intérieur du parc. »

Personne là-bas – Temer, Centrão – ne pense qu’il va apprivoiser Bolsonaro. Cette attente était peut-être là au début du gouvernement. Personne d’autre n’a cette attente. Il s’agit de produire une situation dans laquelle les dommages qu’elle cause au fonctionnement du système sont minimisés. Il va continuer à parler de sa folie, d’être de plus en plus usé, de plus en plus impopulaire. Il n’y a plus aucun signe de reprise économique, il n’y a plus de place pour sauver une réélection.

Ainsi, il continue de produire des tensions et ses coups de coude semblent même utiles, pour annoncer ou montrer qu’il est infaisable en tant que candidat, et pour réfléchir à la seconde voie. Cela me semble le scénario de la chose.

La destitution est difficile dans ce scénario et Arthur Lira, n’est-ce pas ?

Je pense que le signe que le Centrão a donné était le suivant : « c’est nous qui contrôlons cette affaire de destitution ». Et ils ont remis le sujet sur la table, en faisant signe qu’ils pouvaient aller dans cette direction. J’ai toujours trouvé cela très difficile, très improbable. Mais quand un Kassab en parle, un signal d’alarme s’allume : quelque chose a vraiment changé.

Mais je doute déjà, après l’apaisement, l’entrée de Temer et tout, que cette affaire survivra. Plus la fin de cette année approche, plus ce sera improbable. Quand l’année prochaine arrivera, nous entrerons dans un autre ordre du jour, une autre discussion, sur les élections. Et je pense qu’à ce moment-là, nous discuterons déjà d’un scénario électoral sans Bolsonaro.

Dans le scénario actuel, avec l’entrée de Temer, la destitution est plus lointaine. Là, l’interdiction a lieu, l’empêchement de Bolsonaro par un accord selon lequel il n’est pas candidat à sa réélection. L’affaire peut passer de cette façon.

Et les rumeurs selon lesquelles le STF négociait, qu’Alexandre de Moraes pourrait quitter le commandement des enquêtes qui touchent le portefeuille… Il semble que Gilmar Mendes soit actif en coulisses. Le STF pourrait-il battre en retraite ?

S’il se passe quelque chose, je ne pense pas que ce sera quelque chose de trop tape-à-l’œil, cela renforce l’idée que le président a gagné ou avancé. Je pense que la posture du STF sera discrète, progressive et que l’on ne s’en apercevra que tout au long de l’année. Il n’y a pas beaucoup d’informations sur la façon dont Horaire de ces processus. Donc, ils vont contrôler les coulisses, ils vont être plus des hochements de tête dans les coulisses que des hochements publics. Tout arrivera pour Augusto Aras dans une heure, et nous savons comment cela se passera.

Voyons si Alexandre de Moraes va continuer à faire arrêter ces personnages…

Exactement. Peut-être que ça va continuer, car avec l’abandon de cette base plus radicale, s’il continue à avoir des personnages comme Zé Trovão… Ces gars vont filmer. L’accord ne vise pas à protéger ces gars, non, mais exactement à les classer. Qui en sort protégé, ce sont les enfants.


Lire aussi:

Vous pourriez également aimer...