Couper dans le programme de la pharmacie populaire est une «  manifestation de cruauté  », dit Dilma

Sao Paulo – Les coupes dans le programme de pharmacie populaire par le gouvernement actuel ils représentent «une manifestation délibérée de cruauté», selon l’ex-présidente Dilma Rousseff. << Le mépris de la vie définit bien le gouvernement Bolsonaro, dans le déni de la pandémie, dans la répudiation des mesures de protection et d'isolement social, dans le retard dans l'acquisition des vaccins, dans la négligence par rapport à l'achat et à la fourniture d'oxygène, respirateurs et analgésiques pour l'intubation », affirme-t-il, dans une note. "Mais tout ce qui est mauvais peut être encore pire dans un gouvernement comme celui-ci."

Dilma a rappelé que le programme – lancé pendant le premier mandat du gouvernement Lula, en 2004, et élargi dans son gouvernement – «est venu pour fournir des médicaments gratuits à 30,4 millions de Brésiliens souffrant de maladies chroniques telles que le diabète, l’hypertension et l’asthme». « Il sert principalement des personnes à faibles revenus, qui autrement ne pourraient pas prendre les médicaments à usage continu nécessaires à leur survie », a noté l’ex-président.

Au moment le plus difficile

Selon elle, le programme a commencé à être réduit « après le coup d’État de 2016, dans le gouvernement Temer, et est conduit à la destruction par Bolsonaro ». Depuis, il a cessé de desservir 10 millions de personnes. L’année dernière seulement, «1,2 million de Brésiliens supplémentaires ont perdu leur droit à des médicaments gratuits». Désormais, a-t-il ajouté, le président montre sa cruauté « au moment où les gens en ont le plus besoin, car le pays vit sous les effets d’une pandémie qui tue 22 Brésiliens par seconde ».

« Avec ce mépris de la vie, Bolsonaro refuse des médicaments gratuits aux Brésiliens qui ont certaines des comorbidités les plus dangereuses pour les personnes infectées par le coronavirus », a déclaré Dilma. «Des millions de personnes atteintes de maladies chroniques seront obligées de rechercher des UPA et des hôpitaux publics, risquant de contagion avec un virus qui, dans leur cas, signifie un très grand risque de mourir. Cela ajoute un autre acte à la liste des attitudes de ce gouvernement qui peuvent caractériser le génocide », a-t-il conclu.

★★★★★