Le Brésil

Covid-19 et le droit à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène: comprendre


Personne se laver les mains.  Contenu sur le droit à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène

Depuis quand nouveau coronavirus – connu scientifiquement sous le nom de SRAS-CoV-2 – a été identifié à Wuhan, dans la province du Hubei (République populaire de Chine), en décembre 2019, des questions se sont posées dans le monde entier sur les moyens de propager le virus et de prévenir la contagion.

En raison de la proportion mondiale que le virus prenait, le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a élevé le niveau de contamination à une pandémie. L’objectif était d’encourager les pays à se mobiliser pour mettre fin à la contagion du COVID-19.

Au fil du temps et des observations sur la façon dont les pays ont traité le COVID-19, cependant, plus que les problèmes causés par le virus lui-même, la pandémie apporte des réflexions sur les problèmes d’infrastructure qui sont fondamentaux pour y faire face. Dans ce texte, nous aborderons certaines de ces questions. Plus précisément, le Droit à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène pour tous.

Lisez également notre matériel sur le nouveau coronavirus ici!

L’importance de l’assainissement et de l’hygiène

Jusqu’à présent, le principal moyen de protéger les gens contre le virus, selon l’OMS et les agences de santé, est l’isolement social. Mais en plus de cela, les organisations recommandent largement le hygiène des mains avec du savon et de l’eau ou à base d’alcool 70%, ainsi que le nettoyage constant des ustensiles qui sont couramment utilisés, tels que les téléphones portables, les commandes.

Cela semble simple, n’est-ce pas? Cependant, ce n’est pas si simple. En effet, les Brésiliens n’ont pas tous accès au droit fondamental d’avoir de l’eau de qualité et en quantité chez eux, ainsi qu’à un assainissement de base sûr et à des conditions d’hygiène favorables. Pour se faire une idée, selon l’ONU, 2,2 milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable et 4,2 milliards n’ont pas d’assainissement de base. Cela nous montre un défi multiple, non seulement en raison du manque d’accès aux droits fondamentaux des personnes, mais en raison des conséquences qui s’aggravent de ce manque d’accès à un moment comme nous vivons – dans pandémie et crise sanitaire.

Le droit à l’eau et à l’assainissement

Le droit humain à l’eau et à l’assainissement a été reconnu pour la première fois en mars 1977 lors de la Conférence des Nations Unies sur l’eau, qui s’est tenue à Mar de la Plata en Argentine. Là, il a été déclaré que:

« Tous les peuples, quel que soit leur stade de développement et leurs conditions sociales et économiques, ont le droit d’avoir accès à l’eau potable en quantité et en qualité égales à leurs besoins essentiels ».

En outre, le 22 mars 1992, l’ONU a lancé une importante Déclaration universelle du droit à l’eau, afin de stimuler la perception environnementale des problèmes de l’eau pour l’ensemble de la société.

Plus récemment, le 28 juillet 2010, le droit à l’eau et à l’assainissement a été officiellement reconnu pour la première fois, à l’Assemblée générale des Nations Unies, par la résolution n ° A / Res / 64/292 qui:

« L’eau potable et l’assainissement sont essentiels pour la réalisation de tous les droits de l’homme. »

Le droit à l’eau au Brésil

Au Brésil, la Constitution fédérale ne montre pas comment droit fondamental accès à l’eau et à l’assainissement de base. Cependant, ces droits sont étroitement liés au droit à la vie et à la santé – car le manque de source d’eau potable et d’assainissement sûr affecte la qualité de vie des gens.

En raison du manque d’investissement dans l’accès à l’eau potable et à l’assainissement de base. Nous l’avons au Brésil, selon les données 2018 du Panel de l’Assainissement géré par l’Institut Brésil, 33.129.083 (trente-trois millions, cent vingt-neuf mille quatre-vingt-trois) de personnes qui n’ont pas accès à l’eau – que ce serait de l’eau salubre pour vos besoins de base – et 94.734.344 (quatre-vingt-quatorze millions, sept cent trente-quatre mille, trois cent quarante-quatre) personnes qui n’ont pas de collecte des eaux usées – qui consiste à avoir des installations sanitaires sûres dans votre communauté. Cela met en évidence la difficulté actuelle de millions de Brésiliens à mener une prévention consensuelle dans la lutte contre le COVID-19 – une bonne hygiène.

Un défi social

Depuis que le virus a été détecté sur le sol brésilien, les risques associés aux mesures préventives ont été perçus de manière inégale. La population la plus pauvre est sujette aux plus grandes vulnérabilités. Des pénuries d’eau ont été enregistrées dans plusieurs communautés au Brésil, de Rocinha, à Rio de Janeiro, aux échasses de Recife. De nombreux Brésiliens n’ont pas d’eau à la maison et n’ont souvent de l’eau disponible qu’une fois par semaine. Comment demander à toutes ces personnes de se nettoyer?

L’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène est un défi de taille au Brésil, qui nécessite une plus grande gravité dans un pays post-pandémique. Où non seulement les responsables gouvernementaux seront invités à réfléchir à des mécanismes et des solutions créatives, mais aussi à l’ensemble de la société.

Et dans cette vague cruciale de solidarité, nous avons des initiatives importantes dans le pays comme la Voix de la Communauté dans la ville de Rio de Janeiro avec le projet «Pandémie avec empathie» pour aider les familles en situation de vulnérabilité. Nous soulignons également le Dendezeiro, une initiative de la ville de Salvador, dans le but de distribuer des masques dans les communautés.

Et les questions demeurent…

Quelles leçons la pandémie de coronavirus laissera-t-elle au Brésil? Comment la société se mobilisera-t-elle pour réfléchir à des solutions qui auront un impact sur elle et réduiront les risques futurs? Comment pouvons-nous inclure l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène pour tous comme le principal programme de développement du pays?

LES RÉFÉRENCES

Nations Unies: Résolution 65/292 – Agence nationale de l’eau: à propos de la Journée mondiale de l’eau – Panel d’assainissement – O Globo: à propos du manque d’eau dans les communautés de RJ – Folha: à propos du manque d’eau dans les échasses de Recife – Organisation panaméricaine de la santé : sur COVID-19 – ONU: 1 personne sur 3 n’a pas accès à l’eau – Voix des communautés: Pandémie avec empathie – Avantage: Protection collaborative


Vous pourriez également aimer...