Le Brésil

Covid a tué cinq personnes par minute la semaine dernière, prévient l’OMS

São Paulo – Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (QUI), Tedros Adhanom, a déclaré ce lundi (24) qu’il est « dangereux » de dire que nous sommes proches de la fin de la pandémie. Ou que la variante omicron est la dernière. Il a supposé que Covid-19 « ne va pas disparaître de si tôt ». Et qu’il faut apprendre à le « gérer ». Cependant, il a souligné que la maladie continue de tuer. Au cours de la seule semaine dernière, dans le monde, plus de 55 000 personnes sont mortes, selon les archives officielles. Ce qui équivaut à un décès enregistré toutes les 12 secondes, soit cinq par minute. Au cours de cette période, les autorités sanitaires du monde entier ont enregistré 100 nouveaux cas de covid toutes les trois secondes.

« Apprendre à vivre avec le covid ne veut pas dire s’offrir une totale liberté. Cela ne peut pas signifier accepter les 50 000 décès actuels par semaine d’une maladie à la fois prévisible et traitable », a déclaré Tedros.

De plus, compte tenu de la répartition inégale des vaccins sur la planète, le directeur de l’OMS a averti que « les conditions sont optimales pour que de nouvelles variantes émergent ». En ce sens, l’entité a souligné que la moitié des pays n’ont pas atteint l’objectif d’atteindre 40% de la population vaccinée d’ici fin 2021.

Lors d’une réunion du comité exécutif de l’OMS, Tedros a rappelé que le 30, cela fera deux ans que l’organisation a déclaré une urgence internationale en raison de la propagation du nouveau coronavirus. « Deux ans plus tard, près de 350 millions de cas et plus de 5,5 millions de décès ont été signalés, des chiffres que nous savons conservateurs », a-t-il souligné.

Sous-variante

Plus de 40 pays, de l’Angleterre à l’Inde, de la Suède à Singapour, ont déjà identifié une sous-variante de l’omicron. Intitulé BA.2. Les premiers cas ont été découverts fin décembre. Selon l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA), BA.2 a été classé comme une « variante de surveillance ». Bien qu’il n’ait pas encore été classé comme « variante préoccupante », les scientifiques sont en alerte.

Ce qui attire l’attention des chercheurs, c’est la rapidité avec laquelle la sous-variante s’est installée au Danemark. Le pays nordique a maintenant enregistré plus de 6 400 cas de BA.2. D’autre part, le chien de garde danois a déclaré qu’il n’avait pas identifié de différences significatives dans les hospitalisations causées par ce soulignement. Le risque, cependant, est que les personnes infectées par BA.1 (la souche originale du micron) ne soient pas immunisées contre le sous-variant.

La neuroscientifique et coordinatrice du réseau d’analyse Covid-19 Mellanie Fontes-Dutra souligne que BA.2 est prédominant dans des pays comme le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Inde. Mais ce n’est pas une « nouvelle variante », puisqu’elle est en circulation depuis l’année dernière.

La bonne nouvelle est que des études préliminaires indiquent que la sous-variante aurait moins de fuites de vaccins que la sœur BA.1. Surtout, dit-elle Twitter, est que « les soins pour éviter l’exposition et les vaccins continuent d’être efficaces dans la protection ». En ce sens, la lutte contre la pandémie doit se concentrer sur l’omni, quelles que soient ses sous-lignes.

Covid au Brésil aujourd’hui

Avec la prévalence de l’omicron, le Brésil a enregistré plus de 83 340 nouvelles infections en 24 heures. Ainsi, la moyenne mobile des diagnostics quotidiens est passée à 150 401 au cours des sept derniers jours, avec un nouveau record. Les données sont fournies par le bulletin quotidien du Conseil national des secrétaires à la santé (Conass).

Dans la même période, 259 personnes sont mortes du Covid-19, selon les données officielles. Résultat, on dénombre, en tout, 623 356 victimes de la maladie, depuis le début de la pandémie dans le pays, en mars 2020. Avec 313 décès en moyenne mobile, le pays affiche le taux le plus élevé depuis fin octobre.

Vous pourriez également aimer...