Le Brésil

CPI enquête pour savoir si Prevent Senior a contraint les médecins à un traitement précoce et le directeur de l’entreprise manque de témoignage

São Paulo – Le directeur exécutif de l’opérateur de santé Prevent Senior, Pedro Benedito Batista Júnior, n’a pas assisté à la session CPI de Covid, ce jeudi (16). Selon les avocats du déposant, il n’y a pas eu assez de temps pour assurer la présence du médecin à la commission, Pedro ayant reçu hier après-midi la convocation au CPI.

Le président du CPI, Omar Aziz (PSD-AM), a ouvert la réunion et reporté le témoignage de l’exécutif à mercredi prochain (22). Un éventuel comportement coercitif du directeur principal de Prevent a été débattu parmi les sénateurs, mais rejeté par Aziz.

La commission veut enquêter sur Prevent Senior sur une éventuelle contrainte pour les médecins impliqués de prescrire des médicaments du soi-disant traitement précoce du covid-19, sans efficacité ni sécurité prouvées. Il y a aussi des plaintes de patients de l’exploitant, qui auraient été harcelés pour accepter un traitement précoce.

Même aujourd’hui, le GloboActualités a présenté un dossier et montre que le plan de santé Prevent Senior masquait des décès de patients ayant participé à une étude menée pour tester l’efficacité de l’hydroxychloroquine, associée à l’azithromycine, pour traiter le covid-19.

séance du jour

Bien qu’il n’ait pas assisté à la séance d’aujourd’hui, Batista Júnior a obtenu de la Cour suprême (STF) le droit de garder le silence face aux questions incriminantes. Le ministre Ricardo Lewandowski ne l’a cependant pas dispensé d’assister au CPI.

Au cours de la journée de travail, Humberto Costa (PT-PE) a suggéré que le CPI fasse une confrontation, la semaine prochaine, entre Pedro Benedito Batista Júnior et des documents qui mentionnent une série d’irrégularités qui auraient été commises par l’opérateur de santé Prevent Senior. Le sénateur a également indiqué que la commission peut inviter des médecins d’entreprise à confirmer ce qui est documenté.

En revanche, il a été défini qu’outre le témoignage de l’exécutif de l’opérateur sanitaire, le CPI de Covid entendra, mardi prochain (21), le ministre du Contrôleur général de l’Union (CGU), Wagner Rosário. Hier (15), Aziz a demandé que Rosário soit inclus dans le rapport final de la commission pour « prévarication » face aux irrégularités présumées survenues au ministère de la Santé pendant la pandémie.

Prévenir Senior chez CPI

Le nom de Batista Júnior est apparu au CPI lors de la session du 26 août. Le rapporteur du CPI, le sénateur Renan Calheiros (MDB-AL), a déclaré que la Commission devrait entendre un représentant de la société Prevent Senior. La demande a été faite après que Humberto Costa a lu une plainte selon laquelle la société a contraint les médecins à effectuer un «traitement précoce» pour covid-19. Selon Simone Tebet (MDB-MS), l’entreprise a conseillé à ses employés de ne pas informer le patient et sa famille du médicament utilisé.

Randolfe Rodrigues (Rede-AP) a souligné à l’époque que la situation caractérise non seulement des crimes contre la santé publique, comme le prévoit le Code pénal, mais aussi un crime grave contre l’humanité, qui pourrait porter l’affaire devant la Cour pénale internationale.

Dans la demande de convocation approuvée, rédigée par Humberto Costa, le membre du Congrès souligne que l’acquisition, la distribution et l’induction de l’utilisation de médicaments tels que la chloroquine et l’hydroxychloroquine « qui composent avec d’autres médicaments le soi-disant kit covid et la thérapie de ‘début traitement’ élu par le gouvernement fédéral comme politique publique pour faire face au covid-19, à la suite d’une directive du président Jair Bolsonaro, il révèle un investissement insuffisant des ressources publiques dans des mesures de santé dépourvues de support scientifique », évalue le sénateur.

Selon le membre du Congrès, qui a porté l’affaire à l’attention du collège, la plainte est en cours d’évaluation par la Cour des comptes fédérale, dans le cadre d’un processus déposé par un groupe de professionnels de la santé liés à l’entreprise.

Selon Humberto Costa, plusieurs utilisateurs de Prevent Senior ont sollicité des membres du CPI pour dénoncer cette politique, et il a retranscrit dans le document l’un des messages reçus :

La demande approuvée expose également que les résultats du soi-disant «traitement précoce» ne sont pas positifs, impliquant même des effets indésirables graves et des décès de patients. «La divulgation de ces médicaments imprègne les gens de la fausse croyance qu’il existe une prévention, un traitement et un remède contre le covid-19, accentuant la négligence avec des mesures scientifiquement recommandées de distanciation et d’isolement social et l’utilisation de masques. En avril 2020, le gouvernement fédéral a affecté des ressources de l’ordre de 1,1 million de R$ par le ministère de la Défense pour la production de 3,2 millions de comprimés de chloroquine par le Laboratoire Chimique Pharmaceutique de l’Armée pour le traitement du covid-19.

:: Le CPI de Covid approuve la convocation d’Ana Cristina, ex-femme de Bolsonaro ::

Vous pourriez également aimer...