Le Brésil

Damares approuve le veto de Bolsonaro sur la distribution de tampons

São Paulo – Le ministre de la Femme, de la Famille et des Droits humains (MMFDH), Damares Alves, a défendu le veto du président Jair Bolsonaro sur la distribution de tampons pour femmes. Lors d’un événement à Francisco Beltrão, Paraná, Damares a déclaré : « Aujourd’hui, nous devons décider si la priorité est le vaccin ou l’absorbant ? Les femmes pauvres ont toujours eu leurs règles au Brésil et nous n’avons vu aucun gouvernement s’en inquiéter. Et maintenant Bolsonaro est le bourreau, car il ne distribuera pas cette année ».

Dans la proposition, approuvée par le Sénat, des articles d’hygiène de base devraient être distribués aux élèves des écoles publiques à faible revenu et aux femmes sans-abri ou extrêmement vulnérables. La décision a une nouvelle fois amené au débat la notion de « pauvreté menstruelle » – aggravée par la pandémie – et la difficulté de promouvoir des politiques publiques capables d’accueillir ces publics.

:: L’opposition ira à l’ONU contre le veto de Bolsonaro sur la distribution de serviettes hygiéniques ::

Le gouvernement a voulu justifier le veto, hier, avec une publication au Journal Officiel sous l’argument que le projet venant du Congrès n’a pas établi les sources de financement.

faux dilemme

Parmi les autorités qui n’approuvaient pas la position de Bolsonaro, le gouverneur de Pernambuco, Chambre Paulo (PSB), a critiqué la décision du gouvernement fédéral. « La lutte contre la pauvreté menstruelle est un enjeu qui requiert l’attention de tous les agents publics, surtout lorsqu’elle touche l’éducation, provoquant l’absence d’élèves pendant le cycle », a-t-il déclaré sur les réseaux sociaux. « Les problèmes sociaux, biologiques et émotionnels qui affectent la vie des femmes pendant cette période. Tout mouvement qui encourage les inégalités de genre et de classe est inacceptable », a-t-il déclaré.

À portail g1, Carlos Lula, président du Conseil national des secrétaires à la santé (Conass), a déclaré que le ministre discutait d’un « faux dilemme ».

« Si le différend porte sur l’espace dans le budget, il suffit de vérifier le coût d’un programme qui donne de la dignité aux femmes et le coût d’événements sans signification pratique pour le pays, comme les motos. Le dilemme posé est faux. Les dépenses en publicité institutionnelle pourraient être réduites, par exemple. Mais n’affirmez jamais que le veto est donné car il n’y aurait pas de ressources pour la vaccination. Cela n’a aucun sens. »

Cependant, le ministre Damares a maintenu l’argument, déclarant que le gouvernement fédéral offrira des serviettes hygiéniques « au bon moment », car actuellement tout le budget du ministère de la Santé est consacré aux médicaments et aux vaccins. « Nous n’allons pas sortir le riz du panier de base pour mettre un tampon, mais nous sommes très inquiets à ce sujet. »

Avec les informations du portail g1

Vous pourriez également aimer...