Le Brésil

Daniel Silveira est maintenant assigné à résidence et avec un bracelet de cheville

São Paulo – Arrêté depuis le 17 février, le député Daniel Silveira (PSL-RJ) s’est rendu au régime d’origine, à l’aide d’un bracelet de cheville électronique. La décision a été rendue hier (14) par le ministre Alexandre de Moraes, du Tribunal fédéral (STF). Il peut exercer son mandat par système à distance.

En outre, comme l’a déterminé le ministre du STF, le député ne pourra pas recevoir de visites sans autorisation judiciaire, ni accéder à d’autres personnes ayant fait l’objet d’une enquête dans deux enquêtes – qui enquêtent sur des infractions contre la Cour suprême elle-même et soutiennent des actes antidémocratiques. Il était également interdit aux parlementaires de fréquenter les réseaux sociaux (Youtube, Facebook, Instagram et Twitter). De plus, il ne peut accorder un entretien qu’avec autorisation. « Je souligne que le non-respect injustifié de l’une de ces mesures entraînera naturellement et immédiatement le rétablissement du mandat d’arrêt », a déterminé Moraes.

Infractions et menaces

Silveira a été arrêtée après avoir diffusé une vidéo avec des insultes et des menaces aux ministres de la Cour, « en affront clair aux principes démocratiques et républicains et à la séparation des pouvoirs ». Pour Moraes, c’étaient des actes «très graves».

«Non seulement ils ont atteint l’honorabilité et constituent une menace illégale pour la sécurité des ministres de la Cour fédérale suprême, mais ils ont clairement l’intention d’essayer d’empêcher l’exercice du pouvoir judiciaire, notamment l’indépendance du pouvoir judiciaire et le maintien de l’Etat de droit démocratique, en net décalage avec le postulat de la liberté d’expression, étant donné que l’accusé a expressément propagé l’adoption de mesures antidémocratiques contre la Cour », a déclaré le ministre. Il a ajouté que, déjà en prison, Daniel Silveira avait offensé un serviteur de l’IML et utilisé illégalement des téléphones portables en prison. Des faits qui démontreraient sa «dangerosité», a souligné Moraes.

Changement de projecteur

Vers le portail Twitter, l’avocate de la défense Juliana Araujo, a déclaré qu’elle n’était pas d’accord avec la mesure. «Nous ne sommes pas d’accord avec la décision, puisque le député reste en prison. Il n’y a eu qu’un changement de projecteur et cela a gardé l’arbitraire », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, il y a eu un affrontement entre les ministres de la Cour suprême lors du procès de l’affaire. Marco Aurélio Mello a voulu discuter de la libération du député, et Alexandre de Moraes a réagi en disant que la question relevait du rapporteur. Le président de la Cour, Luiz Fux, a accompagné Moraes, à l’irritation de Marco Aurélio, qui l’a qualifié d ‘«autoritaire».

Vous pourriez également aimer...