Le Brésil

Dans les 80 ans du Tribunal du travail, Cármen Lúcia défend la Constitution

São Paulo – Lors de la célébration (avec retard, en raison de la pandémie) du 80e anniversaire du Tribunal du travail au Brésil, les magistrats ont profité de l’occasion pour souligner le caractère social de cette branche du pouvoir judiciaire, qui a également émergé sous des désaccords et des attaques. Lors de la deuxième et dernière journée du séminaire international, ce vendredi (13), la ministre de la Cour suprême fédérale (STF) Cármen Lúcia a souligné la Constitution et affirmé que le travail est « le fondement de l’ordre économique capitaliste » (regardez le discours de Cármen Lúcia ici).

Pas plus tard qu’hier, le ministre du Tribunal supérieur du travail (TST), Mauricio Coutinho Delgado, a réfuté la thèse selon laquelle la consolidation des lois du travail (CLT), apparue en 1943, était basée sur la Lettre de Lavoro du fascisme italien. « C’est un document presque médiocre sur le plan juridique », a-t-il déclaré. « Il compte 30 articles, la plupart purement programmatiques. » Les chercheurs soulignent d’autres influences sur la législation brésilienne.

Années 1940 : Pouvoir judiciaire et CLT

L’une des premières mentions d’une justice du travail apparaît dans la Constitution de 1934, qui parle de « régler les différends entre patrons et salariés ». Le tribunal du travail a été installé le 1er mai 1941, exactement deux ans avant que Getúlio Vargas n’annonce la CLT.

Delgado a cité des moments avant ces événements. « En 1922, une loi de l’État de São Paulo a créé les tribunaux ruraux, qui avaient une composition tripartite et, peut-être, étaient influencés par deux institutions importantes à l’époque : l’Organisation internationale du travail, créée en 1919, et la Constitution allemande de Weimar. , de la même année », se souvient-il. Il a également souligné l’importance du gouvernement Vargas dans la formation de la justice sociale. « Ce fut une période très fertile dans la création d’une structure axée sur les relations de travail. (…) La Constitution de 1934 a introduit le constitutionnalisme social dans notre histoire.

Devoir d’État

Le ministre est allé jusqu’à la Constitution de 1988 qui, selon lui, visait à démocratiser la société et l’économie, « en assurant un processus continu d’inclusion sociale ». Aujourd’hui, Cármem Lúcia a également parlé de la Lettre, qui introduit dans son texte la valeur sociale du travail comme fondement et le principe de la dignité humaine. Rechercher le plein emploi « est le devoir de l’Etat et de la société », a déclaré le ministre du STF, déplorant le niveau élevé du chômage dans le pays. « La pandémie a révélé les inégalités profondes et tragiques de la société brésilienne.

Elle a également cité deux encycliques papales : la Rerum Novarumqui dimanche (15) aura 131 ans (Pape Léon XIII), et le Travail en Exercices, 1981 (Jean-Paul II). Le premier critique le socialisme et les grèves, tout en parlant de conditions de travail plus dignes. Et la seconde dit qu’elle ne peut opposer travail et capital.

Dans un autre panel, le président de l’Académie brésilienne de droit du travail, Luiz Carlos Amorim Robortella, a déclaré que l’émergence des plateformes dites numériques a créé un nouveau standard de vie professionnelle, renforcé par la pandémie. Selon lui, cela rend les salariés de plus en plus autonomes, et ceux-ci de plus en plus subordonnés. « Ainsi, il est difficile d’établir des critères d’application de la protection du travail », a-t-il déclaré. « Nous avons besoin d’une loi avec des garanties fondamentales minimales, des négociations collectives ou individuelles pour certaines activités et des niveaux de rémunération. Et aussi des codes de conduite pour les entreprises », s’est-il défendu.

Vous pourriez également aimer...