Le Venezuela

Dans les réseaux sociaux, le messager est le message

La tendance humaine à acquérir la connaissance la plus large possible de tout ce qui lui plaît et l’intéresse, et au-delà, trouve dans les réseaux sociaux un environnement tellement motivant et agréable, que de l’invention même de ce moyen de communication innovant, il n’a cessé de chercher lui donner son propre langage, même s’il est tissé d’énoncés et de styles reconstruits d’autres genres discursifs.

De cette manière, l’information trouvée dans la presse Gutenberg était la poussée pour devenir accessible à une population plus large, qui s’est accélérée dans sa diffusion avec la machine à vapeur déterminante de la révolution industrielle, la même qui a élevé le journalisme au rang de l’industrie. surpeuplé avec l’aide du télégraphe, du téléphone, de la radio, de la télévision; Aujourd’hui, elle est catatonique et secouée par le saut quantique vertigineux que les réseaux sociaux impriment en elle.

Désormais, toute information qui ne sait pas s’adapter au langage des réseaux sociaux reste dans le familier «Punta de la lengua», mouillé dans l’encrier, dans le «j’ai oublié de vous dire», car les messages traversent la plateforme à des vitesses si proches à la lumière que tout échec perceptif des attributs qui décorent l’opinion et l’information en tant qu’événements pertinents, peut envoyer des messages au centre du trou noir des bien nommées « Caliches ».

A noter que les réseaux nous ont imposé un protocole de communication dans lequel la première exigence pour envoyer un message est de repenser la densité et la qualité du sujet à traiter, puis de localiser et transmettre le contexte où le message est généré et sera généré, à nous fait immédiatement douter du réseau que nous utiliserons. Une fois cette étape clarifiée, ils nous demandent un style compréhensible pour ceux qui sont impliqués dans l’acte de communication, qui sous toutes ses formes doit être bref, concis, simple et clair, accompagné de la qualité déontologique galante, plus humaine que journalistique et plus journalistique qu’humaine. , d’honnêteté.

Bref, nos rencontres quotidiennes avec le réseau sont déjà régies par un protocole qui nous fait réfléchir sur la manière de se faire comprendre, quel réseau nous utiliserons, si nous envoyons les informations par message vocal, SMS, vidéo, photo, GIF , une émoticône. On ajoute à cette ingénierie discursive le postulat éthique du journaliste argentin, auteur du livre Santa Evita, Tomas Eloy Martínez, quand il dit que chaque journaliste doit toujours se demander si ce qui s’exprime dans ses constructions discursives est ce qu’il veut dire, car ce qu’ils disent et ce qu’il dit à travers eux, c’est lui.

Il en est ainsi, car si à un moment historique des communications l’humain et le divin ont été présents, c’est-à-dire les biais cognitifs ou les positions idéologiques du messager, c’est dans l’actuel. Peu importe la polysémie de leurs lectures, peu importe le degré d’exégèse du contenu, chaque utilisateur qui décompose les messages reçus d’Internet essaie de connaître le messager pour élucider l’intention de communication du message. Il relie étroitement les messages à son parti pris idéologique et à celui du messager, et à partir de là, il s’efforce d’identifier l’intentionnalité de leur contenu. A tel point que l’affinité des idiosyncrasies idéologiques est une exigence sine qua non au moment d’approfondir le sujet exposé et de faire un suivi avec n’importe quel utilisateur. Le messager est le message, parodiant la célèbre phrase inventée par le sémiologiste canadien Marshall MacLuhan, «Le médium est le message».

Notons le poids des positions idéologiques dans la formation des groupes, dans lesquels il atteint déjà un degré de norme institutionnelle que toute opinion autre que la ligne éditoriale est sanctionnée par la phrase, plus reconnue pour sa gâté que pour sa rationalité, de «ce groupe il n’a pas été formé pour en parler », qui contient la soumission implicite à La Espiral del Silencio, sous une plus grande douleur d’expulsion et d’isolement. Nous assistons au moment historique où les réseaux sont en train de se tailler des déclarations stables, leurs propres genres discursifs, qui leur donnent efficacité, efficacité, stabilité communicationnelle. Et l’un de ces défis est d’atteindre, comme nous l’avons dit, la concision et la clarté, ce qui oblige les acteurs à être honnêtes et à percevoir, traiter, transmettre le contexte qui rend les messages compréhensibles.

Le contexte, en tant que représentation mentale de ce qui se passe, selon le sémiologiste néerlandais Teun A. van Dijk, est essentiel pour comprendre ce qui se dit sur les réseaux. Afin de comprendre l’acte de communication, l’utilisateur doit insérer le message dans le contexte, une tâche qui n’est souvent pas du tout simple et dans plus de cas pleine de contradictions, en raison de la brièveté et de la rapidité qui déterminent la sauvegarde maximale des mots, ce qui conduit à essayer comprendre le message plus par l’intention subjective des acteurs des messages, que par ce qui est dit dans le message: c’est qui dit quoi?

On voit alors que le petit chemin parcouru par les réseaux dans la construction de leur langage sert à manipuler l’opinion publique. Dans les plus candides, l’émission du message sans prendre en compte les éléments contextuels, les représentations mentales, provoque confusion et distraction du récepteur du message. Il vaut la peine de dire alors que les efforts des réseaux pour construire leurs propres genres discursifs sont entravés par la dislocation contextuelle et l’utilisation malhonnête et intentionnelle de phrases courtes et concises.

Vous pourriez également aimer...