Le Brésil

Décès de Dom Pedro Casaldáliga, symbole de la lutte pour les droits de l'homme et contre la dictature

São Paulo – Après un long séjour à l'hôpital, Dom Pedro Casaldáliga, évêque émérite de São Félix do Araguaia (MT), est décédé ce samedi matin (8), à 9h40. Il a été hospitalisé pour insuffisance respiratoire à Santa Casa de Batatais (SP), où il avait été transféré mardi (4). À 92 ans, le religieux souffre de la maladie de Parkinson depuis environ 15 ans.

La nouvelle de la mort de Don Pedro a été publiée dans une note commune signée par la Prélature de Saint Félix, la Congrégation des Fils Missionnaires du Cœur Immaculé de Marie (Clarétains, congrégation à laquelle il appartenait) et par l'Ordre de Saint Augustin (Augustins).

Le corps de Dom Pedro sera voilé en trois endroits: à partir de 15 heures aujourd'hui, dans la chapelle de Claretiano – Centro Universitário de Batatais. Il y aura également une messe funèbre, ouverte au public, demain après-midi. Le service sera diffusé en direct via ce lien. Lundi (10), l'évêque recevra les honneurs à Ribeirão Cascalheira, dans le Mato Grosso, où il sera voilé dans le sanctuaire des martyrs, dès son arrivée. Enfin, sans calendrier encore fixé, la réunion se rend à São Félix, où les religieux seront enterrés, après avoir également été surveillés, au centre communautaire de Tia Irene.

Au Brésil depuis 1968

Pere Casaldáliga i Pla, son prénom, est né le 16 février 1928 dans la ville catalane de Balsareny, province de Barcelone. Sur les rives de la rivière Llobregat, comme décrit par la journaliste et biographe Ana Helena Tavares, avec une famille de paysans qui a survécu en vendant du lait de vache. Dans un texte écrit à l'âge de 8 ans, il considère la guerre civile espagnole comme une «école supérieure» de journalisme.

Déjà de passage en Afrique (Guinée équatoriale), le religieux est arrivé au Brésil le 26 janvier 1968. Il a suivi un cours préparatoire à Petrópolis (RJ). Puis il vécut un mois et demi à São Paulo, «visitant les hôpitaux et étudiant les maladies tropicales, dont il allait contracter beaucoup», comme l'écrit Ana Helena.

• Dom Pedro Casaldáliga a affronté les barrières de la conscience

De Rio Claro, à l'intérieur de São Paulo, il a voyagé sept jours en camion jusqu'à ce qu'il atteigne São Félix, le 30 juillet 1968, pour créer une mission. Au cours de la première semaine, raconte le biographe, quatre enfants morts ont été laissés à la porte de leur maison, dans des boîtes à chaussures – c'était le premier contact avec la dure réalité locale. En mai 1969, le pape Paul VI créa la prélature de saint Félix, dont Pierre fut le premier administrateur apostolique.

Contre le latifundio

A propos de Casaldáliga, le Père Paulo Gabriel López Blanco a résumé: «Pedro, dans la région, est aimé et haï, lui a attribué des miracles qu'il n'a jamais commis et a attribué des péchés qu'il n'a jamais commis». Pour lui, sans la présence de la Prélature et de Pedro dans la région, «ce n'était aujourd'hui que et exclusivement pâturage du latifundium».

• Eucharistie fraternelle et subversive dans la vie de Dom Pedro Casaldáliga

En 1987, le leader ruraliste Ronaldo Caiado, aujourd'hui gouverneur de Goiás, a déclaré, selon le journal O État de S. Paulo: «Pour nous, producteurs ruraux, un gouvernement démocratique est celui qui fait ce que nous voulons et même impose, pas celui qui veut dicter des règles».

Casaldáliga a répondu dans son journal:

Evidemment, ces «nous» sont eux et seulement eux, les propriétaires, les privilégiés. La démocratie, donc, pour les néolibéraux ou les néo-capitalistes n'a rien à voir avec l'immense majorité populaire. Le peuple est sorti de cette démocratie. Le «gouvernement du peuple par le peuple» rêvé devient un gouvernement contre le peuple. Que le Seigneur nous délivre de toutes ces démocraties!

Donne-nous, Seigneur, cette étrange paix

germant au milieu d'un combat

comme une fleur de feu;

qui se brise au milieu de la nuit

comme un coin caché;

qui arrive en pleine mort

comme le baiser attendu.

Donnez-nous la paix de ceux qui marchent toujours,

nu de tout avantage,

vêtu du vent de l'espoir.

Cette paix des pauvres,

peur des gagnants.

Cette paix du libre,

lié à la vie.

(…)

Du livre Versets défavorables (2006)

Vous pourriez également aimer...