Le Brésil

Démocratie pour Bobbio #5 : Libéralisme ancien et nouveau

Il s’agit du cinquième d’une série de 5 textes de l’Institut Norberto Bobbio, en partenariat avec Politize!, pour aborder certains concepts fondamentaux de la démocratie pour le philosophe politique italien Norberto Bobbio. Les opinions présentées ici proviennent de l’Institut Norberto Bobbio et ne sont pas nécessairement partagées par Politize!.

Découvrez les autres textes: Démocratie pour Bobbio#1 : Les règles du jeu, Democracy for Bobbio#2 : les promesses non tenues de Democracy, Democracy for Bobbio#3 : démocratie représentative et démocratie directe et Democracy for Bobbio #4 : Le pouvoir invisible


Dans déclaration En février de cette année, le ministre de l’Économie, Paulo Guedes, déclarait : « Le poids de l’État est très grand. L’orientation du président depuis le début est de soulager, réduire, simplifier, supprimer le [peso do] État du dos du peuple brésilien ».

Combien d’entre nous sont d’accord avec la phrase et les objectifs ci-dessus ? Probablement, la plupart des gens auront au moins une opinion à ce sujet, puisque la taille (ou le « poids ») de l’État brésilien est un thème présent dans l’opinion publique depuis un certain temps.

On connaît les critiques des diverses fonctions que l’Etat s’attribue à la société, les régulations qu’il impose dans les domaines les plus variés de la vie : de l’ouverture d’une entreprise à l’embauche d’un salarié ; de l’utilisation du FGTS au masque contre le COVID-19.

Et il est demandé, contre l’ingérence d’un Etat considéré (par certains d’entre nous) comme envahissant, gaspilleur et inefficace, plus de liberté, ou moins de pouvoir pour l’Etat et plus de pouvoir pour l’individu de faire ce qu’il veut sans l’ingérence de la État. Les défenseurs de cet État allégé sont souvent appelés « libéraux ».

Le double visage du libéralisme

La doctrine libérale a deux grands piliers : l’économique et le politique. Dans un texte de 1981, « Libéralisme ancien et nouveau », Norberto Bobbio écrit : « Le libéralisme est, en tant que théorie économique, un défenseur de l’économie de marché ; en tant que théorie politique, elle défend l’État qui gouverne le moins possible ou, comme on dit aujourd’hui, l’État minimal (c’est-à-dire réduit au minimum nécessaire) ». (BOBBIO, 1981, p. 128)

Bobbio ne définit pas dans ce texte ce que serait un Etat « réduit au minimum nécessaire », mais l’idée derrière un Etat minimum est celle d’un Etat qui se limite à des actions qui profitent à la société dans son ensemble, comme la garantie de la propriété , protection contre les agressions étrangères.

L’État libéral s’est formé — Bobbio le souligne dans le même texte — par un double processus. D’une part, avec l’émancipation du pouvoir politique du pouvoir religieux, incarnant l’État laïc ; d’autre part, avec l’émancipation du pouvoir économique du pouvoir politique, renforçant l’État de libre marché.

L’État ne conservait que le monopole de la force, à exercer dans les limites fixées par la loi. Par ce monopole, « l’État doit assurer la libre circulation des idées, et donc la fin de l’État confessionnel et de toutes formes d’orthodoxie, et la libre circulation des biens, et donc la fin des ingérences de l’État dans l’économie ». (BOBBIO, 1981, p. 130)

En d’autres termes par Bobbio lui-même, une face de la pensée libérale « est la revendication des avantages de l’économie de marché contre l’État interventionniste » ; l’autre « est la revendication des droits de l’homme contre toute nouvelle forme de despotisme » (BOBBIO, 1981, p. 131)

Le libéralisme vise à limiter le pouvoir du collectif sur les individus, de la volonté publique sur les volontés privées. Comme le dit Bobbio dans « Libéralisme ancien et nouveau », « la demande de liberté économique et la demande de liberté politique sont des conséquences pratiques […] du primat axiologique de l’individu. » (BOBBIO, 1981, p. 130)

État libéral et État-providence

Parler d’« économie de marché contre l’État interventionniste » ou de « primauté axiologique de l’individu », ce n’est pourtant pas parler contre une quelconque forme d’État, en faveur de l’anarchie.

Dans le libéralisme, l’État ne peut être exclu, « mais la sphère où s’étend le pouvoir politique […] elle doit être réduite aux conditions minimales ». Bobbio a écrit « Libéralisme ancien et nouveau » en 1981, en même temps que les gouvernements Thatcher (Royaume-Uni) et Reagan (États-Unis) ; gouvernements qui ont marqué une renaissance du libéralisme.

Ce néolibéralisme s’est opposé à l’État « providence » ou « d’assistance » qui prévalait auparavant par le biais de la déréglementation (du marché du travail, du système financier), de la privatisation et de la réduction des impôts. Ce qui anime la critique des « nouveaux libéraux, c’est l’effet, jugé désastreux, des politiques keynésiennes adoptées par les États économiquement et politiquement les plus avancés ». Ce qui était auparavant déploré dans les États absolus, à savoir « la bureaucratisation, la perte des libertés individuelles, le gaspillage des ressources, la mauvaise conduite économique », est désormais attribué « aux gouvernements qui ont adopté des politiques sociales-démocrates ou de type travailliste ». (BOBBIO, 1981, p. 132)

Contre l’État paternaliste, « qui soigne ses sujets comme s’ils étaient d’éternels mineurs », les « écrivains libéraux d’aujourd’hui » (les années 1980) défendent que « le meilleur bien-être est celui que les individus peuvent trouver pour eux-mêmes, tant car ils sont libres de poursuivre leur propre intérêt ». (BOBBIO, 1981, p. 130)

État libéral et État démocratique

Mais comment lutter contre un État providence (ou paternaliste, selon les libéraux évoqués par Bobbio) si cet État « est intimement lié au développement de la démocratie » ? (BOBBIO, 1981, p. 130). On sait que « la « surcharge de revendications » regrettée, dont dériverait l’une des raisons de l’« ingouvernabilité » des sociétés plus avancées, est une caractéristique des régimes démocratiques, dans lesquels les gens peuvent se rassembler, s’associer et s’organiser pour se faire entendu la voix elle-même » (BOBBIO, 1981, p. 137). Bobbio continue :

A partir du moment où les droits politiques ont été étendus aux démunis et aux analphabètes, il est devenu tout aussi naturel que les gouvernants, qui se proclamaient avant tout et en un sens étaient des représentants du peuple, se mirent à demander des emplois, des mesures de sécurité sociale pour ceux qui ne peuvent pas travailler, des écoles gratuites et – pourquoi pas ? – maisons populaires, traitements médicaux, etc.

Dans cette démocratie de masse, « le leader politique peut être comparé à un homme d’affaires dont le profit est le pouvoir, dont le pouvoir se mesure par les votes, dont les votes dépendent de sa capacité à satisfaire les intérêts des électeurs ». C’est ainsi que le « marché politique » s’est superposé au marché économique.

Les (néo)libéraux contre la démocratie ?

Ainsi, « pour les néolibéraux, la démocratie est ingouvernable non seulement de la part des gouvernés, responsables de la surcharge de revendications, mais aussi de la part des gouvernants, car ils ne peuvent manquer de satisfaire le plus grand nombre pour faire de leur entreprise (parti) prospérer » . (BOBBIO, 1981, p. 140)

D’où l’accusation que le néolibéralisme adresse à l’État-providence, non seulement « d’avoir violé le principe de l’État minimum », mais aussi « d’avoir donné vie à un État qui n’est plus en mesure de remplir sa propre fonction, qui est de gouverner ( l’Etat faible) ». Bobbio poursuit : « L’idéal du néolibéralisme devient alors celui d’un État à la fois minimal et fort » (BOBBIO, 1981, p. 141). Elle serait « minime » en affaiblissant le rôle de l’État, et elle serait « forte » en faisant obstruction aux conflits, ou aux revendications, de la démocratie de masse.

Les références:

« Ancien et nouveau libéralisme ». Dans : L’avenir de la démocratie. Trans. Marco Aurélio Nogueira. São Paulo : Paz e Terra, 2000.


Vous pourriez également aimer...