Le Brésil

« Depuis l’arrivée des allochtones, nous souffrons de problèmes territoriaux » – Jornal da USP

Cette déclaration est faite par l’anthropologue sociale Chirley Maria, de la tribu indigène Pankara, qui, avec l’anthropologue Renato Sztutman, commente ce que l’approbation du cadre temporel, actuellement en cours d’analyse par la Cour suprême, représenterait pour les nations indigènes.

par Wallace de Jésus

La relation des peuples autochtones avec la terre a été le point qui a généré le plus d’incompréhension et de violence – Photo : Leopoldo Silva/Agência Senado

Imaginez que votre territoire soit envahi par des gens et dépouillé de toute votre spiritualité, ascendance et citoyenneté ? C’est ce que ressentent les autochtones avec la possibilité d’approuver la thèse du Cadre temporel : le manque de protection. Et cette invasion n’a pas lieu à partir de cette marque spécifique qui est en cours de traitement par la Cour suprême fédérale, mais depuis l’arrivée des non-indigènes sur le sol brésilien.

Professeur et anthropologue à la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines de l’Université de São Paulo, Renato Sztutman, et le doctorant en anthropologie sociale Chirley Maria, de la tribu indigène Pankará, soulignent le danger que la thèse représente pour les populations indigènes et l’histoire des luttes de ce peuple à travers la délimitation des territoires à la Journal USP sur l’air 1ère édition.

Selon l’article 231 de la Constitution fédérale du Brésil de 1988, « les Indiens sont reconnus pour leur organisation sociale, leurs coutumes, leurs langues, leurs croyances et leurs traditions, et les droits originaux sur les terres qu’ils occupent traditionnellement, et il appartient à l’Union les délimiter, protéger et faire respecter tous leurs biens », mais, en pratique, ce qui est observé avec la thèse du Cadre temporel est un acte inconstitutionnel, explique Sztutman. « Nous, les peuples autochtones, prenons soin de nos terres non pas comme propriété, mais comme quelque chose qui fait partie de nous », commente Chirley.

Implication et incompréhension

L’idée d’un délai naît du conflit entre les peuples autochtones et les agriculteurs, à Roraima, sur le territoire indigène Raposa Serra do Sol. Le différend a atteint la Cour suprême (STF) en 2009 et l’issue a été favorable aux peuples indigènes. . Cependant, l’argument utilisé par les ministres était que les peuples autochtones étaient dans la région lorsque la Constitution a été promulguée, le 5 octobre 1988.

Des femmes indigènes campées à Brasilia sont descendues dans la rue, en marche, pour « plus de droits » pour les peuples autochtones et pour protester contre le soi-disant « Jalon temporel » – Photo : Leopoldo Silva/Agência Senado

L’idée du Cadre temporel apparaît alors comme un argument contre le précédent de l’affaire 2009, c’est-à-dire que la revendication et la démarcation des territoires autochtones ne seraient effectuées que si leur présence sur les terres était prouvée avant la promulgation de la Constitution. Sztutman explique que fonder la démarcation sur la présence sur le territoire fait abstraction de plusieurs facteurs. « Souvent, les gens peuvent ne pas être sur la terre à ce moment-là parce qu’ils ont été expulsés, expulsés, parce que la terre a été illégalement confisquée », illustre-t-il.

La thèse juridique est également chargée et est mise en évidence dans le différend pour le territoire indigène Ibirama-Laklaño, entre l’Institut pour l’environnement de Santa Catarina, la Fondation nationale indienne (Funai) et le peuple indigène Xokleng. L’appel extraordinaire est en cours d’instruction par le STF et, lors de la dernière séance de jugement, qui a eu lieu le 15 septembre, il a reçu un vote favorable du ministre Nunes Marques et un autre contre, du rapporteur Edson Fachin. Le procès a été suspendu après que le ministre Alexandre de Moraes a soumis une demande d’avis, c’est-à-dire plus de temps pour analyser l’affaire. « Depuis l’arrivée des allochtones, nous souffrons de problèmes territoriaux », explique Chirley. Elle souligne que le terme de délimitation de territoire est plus global et cohérent pour les peuples autochtones, « car il inclut des questions socio-économiques et culturelles, le respect de la nature, de nos interactions et croyances ».

L’une des principales préoccupations concernant le cadre temporel, s’il est approuvé, est sa répercussion générale. « Ainsi, cette spéculation et cet intérêt pour nos territoires font naître ce problème pour l’ensemble du Brésil, qui est le Cadre temporel », analyse Chirley. Sztutman commente que cela impliquerait de revoir une série de démarcations qui ont déjà été faites et également d’empêcher de nouvelles revendications de territoires. « Cela impliquerait un recul énorme et un acte inconstitutionnel », commente l’anthropologue, en renforçant le caractère inconstitutionnel de la mesure qui met en place un projet d’invasion et de destruction des droits fonciers autochtones. « Cette thèse n’a de sens que dans ce contexte anti-autochtone dans lequel nous sommes insérés aujourd’hui et qui est très dangereux », évalue-t-il.

Selon Chirley, la relation des peuples autochtones avec la terre a été le point qui a généré le plus d’incompréhension et de violence. « Tant qu’il y a un indigène, il y a de la force, qui, liée à notre corps, notre esprit et la mémoire de nos ancêtres, nous n’allons pas faiblir, car nous sommes ici depuis plus de 500 ans », dit et conclut Chirley.


Journal de l’USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculdade de Medicina et l’Institute for Advanced Studies. Nà l’antenne, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h45 . À Ribeirao Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec des présentations de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez vous connecter à Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...