Des attaques contre TSE ont été menées pour renforcer le discours sur la «  fraude ''

Sâo Paulo – Les attaques de hackers contre la Cour électorale supérieure (TSE), dimanche dernier (15), visaient à «discréditer la justice électorale» et ont été menées par une «opération coordonnée». C'est ce que souligne l'investissement de SaferNet, une entreprise qui travaille en partenariat avec le ministère public fédéral (MPF).

Le tribunal a été la cible d'un déni de service (DDoS) contre ses serveurs et de la fuite des données des employés. "Il s'agit d'une opération coordonnée et planifiée à mener le jour du scrutin dans le but de discréditer la justice électorale et éventuellement d'alléguer une fraude dans l'issue défavorable de certains candidats", a expliqué Thiago Tavares, président de SaferNet, à Folha de S.Paulo.

L'expert numérique rapporte qu'à 9h25 dimanche, il y a eu une fuite d'anciennes données d'une base de données contenant des informations obsolètes sur le système de ressources humaines de la justice électorale. Cependant, les pirates ont obtenu les données avant le 23 octobre et les ont divulguées hier.

En parallèle, une attaque par déni de service a été menée à 10 h 41 pour supprimer le site Internet et certains services de justice électorale. "Bien que l'attaque ait été menée avant le 23 octobre, ils sont partis publier la fuite de données ce matin, pour avoir plus d'impact", a ajouté Tavares.

Discours bolonariste

Les attaques contre le TSE ne sont pas liées au retard dans le dépouillement des voix aux élections municipales. Le président de la Cour électorale supérieure, Luís Roberto Barroso, a expliqué que le retard était dû à un problème technique dans l'un des processeurs informatiques chargés de totaliser les résultats.

Cependant, le problème technique, ajouté aux informations sur les attentats contre le TSE, a donné lieu à des campagnes des partisans du président Jair Bolsonaro, sur les réseaux sociaux, pour remettre en question l'intégrité du système électoral et les résultats des élections. Dimanche, plusieurs profils ont publié des messages faisant état de fraudes électorales présumées et du manque de crédibilité du TSE.

Selon le président de SaferNet, des groupes et des profils d'extrême droite, comme le politologue Paulo Moura, ont déjà publié des messages pour discréditer les élections. «Plusieurs groupes politiques remettaient déjà en cause la sécurité des serveurs et des urnes de TSE depuis des jours, comme s'ils prévoyaient l'annonce du prétendu piratage», explique Tavares.

★★★★★