Des étudiants de l’USP développent un simulateur de trajectoire de fusée – Jornal da USP

Les fusées généralement lancées par les universités, y compris celles du projet Jupiter, sont de taille moyenne, appelées fusées-sondes ; très différent de ce que nous voyons dans les films et les nouvelles.

Guilherme Fernandes explique à Journal de l’USP qu’ils peuvent généralement être de deux catégories : ceux qui atteignent une hauteur maximale (appelée apogée) de 1 kilomètre (km) d’altitude, et ceux qui atteignent le triple. Ces plus puissantes pèsent environ 30 kilos (kg), mesurent en moyenne 3 mètres de long et peuvent dépasser les 1000 km/h. À cette vitesse, ils se rapprochent très près du mur du son, c’est-à-dire qu’ils sont presque plus rapides que le son, qui se déplace à environ 1200 km/h — lorsque cela se produit, vous entendez une détonation et le régime supersonique.

La trajectoire d’une fusée simulée par RocketPy. La fusée commence son vol à la position (0,0,0), parcourt une trajectoire jusqu’à un peu plus de 3 km puis revient au sol à l’aide de parachutes, en étant emportée par le vent local – Photo : avec l’aimable autorisation du des chercheurs


Les sorties les plus utilisées par l’équipe sont les plus modestes, avec moins d’apogée. Généralement,
ils ont une masse totale de 8 kg, environ 2 mètres de long et peuvent atteindre des vitesses maximales de l’ordre de 600 km/h, ce qui signifie que la fusée atteint son point maximum en 14 secondes environ, un paramètre également estimé avec précision par le code .

En raison des dimensions des véhicules, ils sont très similaires aux missiles et, par conséquent, leur lancement est un risque. Par sécurité, il est nécessaire de savoir avec une bonne précision où se fera la chute. Par conséquent, l’objectif de la recherche était de développer un Logiciel qui pouvait prédire le comportement des fusées, depuis l’allumage du moteur, son lancement, jusqu’à son apogée et son atterrissage. « Avec le code développé, nous avons obtenu une bonne précision de la position de chute de la fusée ; nous avons un bon degré pour déterminer la zone dans laquelle la fusée atterrit et, ainsi, garantir qu’il n’y a pas de danger », explique Giovani Ceotto. Selon lui, en plus d’un parachute, qui adoucit l’atterrissage et les empêche de tomber par balle, ce qui différencie ces fusées des missiles, c’est la finalité scientifique donnée au vol.

★★★★★