Le Brésil

Des experts critiquent la « consultation publique » sur la vaccination des enfants contre le covid-19

São Paulo – Le ministère de la Santé a publié ce mercredi (22), au Journal officiel de l’Union, l’appel à une « consultation publique » sur la vaccination contre le covid-19 pour les enfants âgés de cinq à 11 ans. Jusqu’au 2 janvier, le dossier entend recueillir des « contributions » de la « société civile » sur le sujet. Les experts ont critiqué la décision. En effet, l’Agence nationale de surveillance sanitaire (Anvisa) a autorisé la semaine dernière l’application du vaccin Pfizer pour la tranche d’âge susmentionnée. L’organisme technique est chargé d’assurer l’efficacité et la sécurité des vaccins, ainsi que des autres traitements et médicaments utilisés dans le pays.

Cependant, depuis la décision d’Anvisa, le président Jair Bolsonaro mène une lutte acharnée contre la vaccination des enfants. Il a même précisé qu’il divulguerait les noms des techniciens de l’agence chargés de cette autorisation. Par conséquent, les serveurs d’Anvisa ont commencé à recevoir des e-mails contenant des attaques et des menaces.

Pour le coordinateur du Covid-19 Analysis Network, Isaac Schrarstzhaupt, « cela n’a aucun sens » de convoquer cette consultation publique. « Je suis très préoccupé par ce qui pourrait arriver aux enfants non vaccinés. »

Il souligne également qu’au début de la pandémie, les voix contre le gouvernement Bolsonaro, qui avait toujours été contre l’utilisation de mesures non pharmacologiques pour contenir le nouveau coronavirus, ne se sont même pas entendues, alors qu’elles étaient majoritaires.

Par ailleurs, la neuroscientifique Mellanie Fontes-Dutra, qui fait également partie de la coordination du Covid-19 Analysis Network, rappelle que le Brésil est le deuxième pays qui a enregistré plus de décès d’enfants dus à la maladie causée par le nouveau coronavirus. Depuis mars de l’année dernière jusqu’à maintenant, 1 138 décès ont été enregistrés dans le groupe d’âge de zéro à neuf ans.

guerre contre la science

Pour le coordinateur du Forum de la science et de la culture de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), c’est une autre « absurdité » de mener cette consultation. Elle a déclaré que le gouvernement mène une « guerre » contre les organismes non élus, qui sont chargés de réguler et de contrôler l’action publique. « Le vaccin autorisé par l’Anvisa ne fait pas l’objet d’une consultation publique, car l’autorité de cet organe ne dépend pas du vote ». L’autonomie du corps technique est un « élément essentiel » de la démocratie, souligne-t-il.

divergence de semis

La justification du gouvernement est qu’il n’y aurait pas de « consensus » pour la vaccination des enfants. Cependant, selon un rapport du portail métropoles, les propres autorités du ministère mobiliseraient un groupe d’« experts » contre la vaccination. De la même manière que cela s’est produit dans le débat sur la chloroquine, ce sont des voix isolées, et il n’y a donc pas de divergence scientifique établie.

Face à cette nouvelle déferlante de déni, qui a commencé par des attaques contre des serveurs, les sociétés brésiliennes d’immunisations (SBIm), de pédiatrie (SBP) et de maladies infectieuses (SBI) ont décidé de rendre publics les avis envoyés à Anvisa dans lesquels elles défendent la vaccination des enfants de 5 à 11 ans.

Vous pourriez également aimer...