Le Brésil

Des mouvements protestent contre la mort de sans-abri dans le froid

BrasildeFato – Les mouvements sociaux qui composent le Comité de défense de la vie des sans-abri de la rue ont organisé ce lundi 24 une manifestation à la mémoire des personnes tuées par le froid à São Paulo ces derniers jours. La veillée, dans la région centrale de la capitale, a appelé à des actions d'accueil et de protection. Parmi les demandes figure la mise à disposition d'abris et d'espaces hôteliers pour les sans-abri. Action promise par la ville au milieu de la pandémie de coronavirus.

Le militant Andreza do Carmo, du mouvement Rede Rua, dit que le dialogue entre les sans-abri et le gouvernement était déjà difficile au vu de la propagation du covid-19. «Le front froid, ajouté à la pandémie, vient sacrifier davantage la population de la rue. Depuis le début de l'année, nous réclamons des actions, même si elles sont urgentes pour protéger cette population exposée au virus, au froid, à la mort.

Elle rappelle que, à plusieurs reprises, le retrait des mécanismes de protection minimale contre le froid vient du gouvernement lui-même. En plus de l'indifférence et de la négligence, il y a aussi l'action de conciergerie qui enlève quotidiennement les effets personnels des sans-abri. «Nous en sommes venus à exiger des politiques publiques efficaces. Laissez-les arrêter la publicité, laissez-les arrêter le marketing », a-t-elle déclaré.

Antonio Carlos de Souza, un sans-abri, raconte avec émotion la réalité de la rue dans une période de froid record. «Ce que nous faisons aujourd'hui est en l'honneur des frères morts. Nous sommes en deuil. Beaucoup de nos gens ont été massacrés et le massacre continue. Nous voyons l'injustice avec nous et nous n'avons pas le cœur de fer à endurer.

Actions de conciergerie

Le président du mouvement pour la population des rues de l'État de São Paulo, Robson Mendonça, est catégorique en affirmant que des décès auraient pu être évités. «Nous blâmons le maire et le Secrétariat de l'assistance sociale de ne pas avoir ouvert de postes vacants à cette population. Ils continuent de prendre la tente, la couverture, les vêtements et l'argent de la population. Cette manifestation vise à arrêter les actions de conciergerie, à obtenir une place pour ces personnes, un camping, sans trouver de place et, surtout, à arrêter les actions de reprise de possession.

Parmi les organisations qui composent la commission figurent également la Commission pastorale foncière (CPT) et le Mouvement des travailleurs sans terre (MST). Les revendications ont été officiellement remises à la mairie et le groupe a publié un document dans lequel il souligne que ce qui a tué les sans-abri «n'était pas le froid ou la pluie, car le froid et la pluie sont les mêmes pour tout le monde», mais «le manque d'assistance et d'invisibilité, négligence et actions criminelles du gouvernement ».

Vous pourriez également aimer...